Daucus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Daucus est un genre de plantes à fleurs herbacées de la famille des Apiacées (Ombellifères). Ce genre est représenté sur l'ensemble des continents à l’exception des zones les plus froides du globe. L'espèce la plus connue est Daucus carota dont provient la carotte cultivée.

Morphologiquement, ce genre se caractérise par des involucres à nombreuses folioles pennatiséquées et des involucelles à folioles simples ou tripennées. Ses fruits présentent neuf arrêtes, les cinq primaires étant filiformes, les quatre secondaires portant une seule rangée d'ailes munies d'aiguillons. À maturité des graines, la plante se recroqueville souvent sur elle-même.

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Le genre est décrit et nommé par le naturaliste Carl von Linné en 1753, dans son ouvrage Species Plantarum[1].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom générique Daucus désignait en latin et en grec (daukos, daukon, deukos, « doux, jus sucré »)[2] différentes Ombellifères (notamment la carotte et le panais) dont les auteurs antiques ne faisaient pas bien la différence[3].

Synonymes[modifier | modifier le code]

Selon Plants of the World online (POWO) (12 janvier 2021)[4], les genres suivants sont inclus dans le genre Daucus et sont donc synonymes :

Description[modifier | modifier le code]

Appareil végétatif[modifier | modifier le code]

Ce sont des plantes herbacées annuelles ou bisannuelles[4]. La tige est solitaire, dressée, ramifiée, hispide et gantée en arrière. Les feuilles basales sont pétiolées et bi à tripennées, devenant sessiles sur la tige[5].

Appareil reproducteur[modifier | modifier le code]

Les inflorescences sont des ombelles terminales et axillaires, peu composées ; les bractées sont nombreuses et généralement pennées ; les ombellules sont fortement fleuries et parfois aux pétales externes rayonnants. Les pédicelles sont inégaux ; les sépales sont petits ou absents ; les pétales sont blancs ou jaunes, les centraux parfois violacés. Le fruit, ellipsoïde à ovoïde, est comprimé dorsalement ; les nervures principales sont filiformes et poilues ; les nervures secondaires ailées, les ailes possédant des aiguillons. La graine est superficiellement concave à presque plate[5],[6].

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

Daucus crinitus (Espagne).
Daucus pusillus (Uruguay).

Il existe 45 espèces selon le jardin botanique de Kew[4] :

Répartition[modifier | modifier le code]

Le genre est représenté dans le monde entier, excepté la Sibérie, l'Alaska, le nord du Canada, le Groenland, l'Antarctique (les régions les plus froides), les forêts tropicales et les déserts d'Afrique et d'Asie[4],[7].

En France métropolitaine, une seule espèce est particulièrement courante : Daucus carota (dont de nombreuses sous-espèces), une autre est rare D. bicolor alors que D. aureus, D. crinitus, D. glochidiatus, D. gracilis, D. guttatus, D. littoralis, D. montevidensis, D. muricatus et D. sahariensis sont plus occasionnelles. Il semble que D. aureus et D. muricatus, deux espèces proches de D. bicolor, aient été relativement courantes dans le pourtour méditerranéen des XVIIIe et XIXe siècles[8],[Note 1].

Deux autres espèces sont également présentes sur le territoire, Daucus minusculus et Daucus pumilus, mais considérées comme appartenant au genre Pseudorlaya par la littérature française, sous les noms respectifs Pseudorlaya minuscula et Pseudorlaya pumila. Elles sont présentes sur les côtes méditéranéenes, y compris la Corse[9].

Menaces et conservation[modifier | modifier le code]

Sur les 45 espèces connues[4], seules 14 espèces ont été évaluées par l’Union internationale pour la conservation de la nature et inscrites sur la liste rouge de l'UICN : douze en préoccupation mineure, une espèce à données insuffisantes et une seule espèce vulnérable : Daucus mirabilis[10].

Préoccupation mineure(LC) :

Données insuffisantes(DD) :

Espèce vulnérable(VU) :

Le genre Daucus figure à l'annexe I du Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture, qui vise à garantir une agriculture durable et la sécurité alimentaire, par la conservation et l'utilisation durable des ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture, ainsi qu'à assurer le partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation[11].

Usages[modifier | modifier le code]

Les graines de la plante appelée Daucus de Crète étaient un des multiples constituants de la thériaque de la pharmacopée maritime occidentale au XVIIIe siècle[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Flora Gallica, l'INPN, Tela Botanica considèrent Daucus bicolor Sm. comme nom correct, Daucus broteri Ten. en étant un synonyme. Le jardin botanique de Kew reconnaît les deux taxons comme corrects et Catalogue of Life considère que Daucus bicolor Sibth. & Sm. est un synonyme incorrect de Daucus guttatus subsp. guttatus Sibth. & Sm. et Daucus broteri bicolor (Sm.) Boiss. un synonyme incorrect de Daucus broteri Ten.

Références[modifier | modifier le code]

  1. IPNI. International Plant Names Index. Published on the Internet http://www.ipni.org, The Royal Botanic Gardens, Kew, Harvard University Herbaria & Libraries and Australian National Botanic Gardens., consulté le 12 janvier 2021
  2. (en) Umberto Quattrocchi, CRC World Dictionary of Medicinal and Poisonous Plants. Common Names, Scientific Names, Eponyms, Synonyms, and Etymology, CRC Press, (lire en ligne), p. 1339.
  3. François Couplan, Les plantes et leurs noms. Histoires insolites, éditions Quae, (lire en ligne), p. 131.
  4. a b c d et e POWO (2019). Plants of the World Online. Facilitated by the Royal Botanic Gardens, Kew. Published on the Internet ; http://www.plantsoftheworldonline.org/, consulté le 12 janvier 2021
  5. a et b GUETTAF ASMA et SAOULI FAHIMA, Biologie et métabolisme secondaire du genre Daucus (lire en ligne [PDF])
  6. (en) Tutin, Thomas G. et Halliday, Geoffrey., Flora Europaea : volume 2 Rosaceae to Umbelliferae., Cambridge Univ. Press, , 497 p. (ISBN 0-521-06662-X et 978-0-521-06662-4)
  7. GBIF Secretariat. GBIF Backbone Taxonomy. Checklist dataset https://doi.org/10.15468/39omei accessed via GBIF.org, consulté le 12 janvier 2021
  8. Société botanique de France, Bruno de Foucault, François Guiol et André Charpin, Flora Gallica, flore de France, Mèze, Biotope, , 1195 p. (ISBN 978-2-36662-012-2).
  9. « Pseudorlaya (Murb.) Murb., 1897 », sur Inventaire National du Patrimoine Naturel (consulté le )
  10. (en) « Search for "Daucus" », sur www.iucnredlist.org (consulté le )
  11. (en) Shelagh Kell (Crop Wild Relative Sg et University of Birmingham), « IUCN Red List of Threatened Species: Daucus aureus », sur www.iucnredlist.org, (consulté le )
  12. D'après Maistral, in Yannick Romieux, De la hune au mortier, Éditions ACL, Nantes, 1986.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) David M. Spooner, « Daucus: Taxonomy, Phylogeny, Distribution », dans The Carrot Genome, Springer International Publishing, coll. « Compendium of Plant Genomes », (ISBN 978-3-030-03389-7, DOI 10.1007/978-3-030-03389-7_2, lire en ligne), p. 9–26
  • (en) Łukasz Banasiak, Aneta Wojewódzka, Jakub Baczyński et Jean-Pierre Reduron, « Phylogeny of Apiaceae subtribe Daucinae and the taxonomic delineation of its genera », TAXON, vol. 65, no 3,‎ , p. 563–585 (ISSN 1996-8175, DOI 10.12705/653.8, lire en ligne [PDF], consulté le )
  • (en) Fernando Martínez-Flores, Manuel B. Crespo, Emmanuel Geoffriau et Charlotte Allender, « Extended studies of interspecific relationships in Daucus (Apiaceae) using DNA sequences from ten nuclear orthologues », Botanical Journal of the Linnean Society, vol. 191, no 2,‎ , p. 164–187 (ISSN 0024-4074, DOI 10.1093/botlinnean/boz042, lire en ligne, consulté le )
  • (es) Fernando Martínez Flores, Sistemática del género Daucus L. (Apiaceae): implicaciones taxonómicas y filogenéticas, Universitat d'Alacant - Universidad de Alicante, (lire en ligne)
  • (en) Concepcion Sáenz Laín, « Research on Daucus L. (Umbelliferae) », Anales del Jardín Botánico de Madrid, vol. 37,‎ , p. 490 (lire en ligne [PDF], consulté le )
  • (en) Fernando Martínez-Flores, Carlos I. Arbizu, Kathleen Reitsma et Ana Juan, « Lectotype Designation for Seven Species Names in the Daucus guttatus Complex (Apiaceae) from the Central and Eastern Mediterranean Basin », Systematic Botany, vol. 41, no 2,‎ , p. 464–478 (DOI 10.1600/036364416X691849, lire en ligne [PDF], consulté le )
  • (en) Carlos I. Arbizu, Philipp W. Simon, Fernando Martínez-Flores et Holly Ruess, « Integrated Molecular and Morphological Studies of the Daucus guttatus Complex (Apiaceae) », Systematic Botany, vol. 41, no 2,‎ , p. 479–492 (ISSN 0363-6445 et 1548-2324, DOI 10.1600/036364416X691948, lire en ligne [PDF], consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]