Dassa-Zoumè

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dassa-Zoumé
Dassa-Zoumè
Vue de Dassa depuis la colline de Kamaté
Administration
Pays Drapeau du Bénin Bénin
Département Collines (préfecture)
Démographie
Population 112 122 hab. (2013[1])
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 7° 45′ 00″ nord, 2° 11′ 00″ est
Superficie 171 100 ha = 1 711 km2
Divers
Langue(s) Français, Idaasha
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bénin

Voir la carte administrative du Bénin
City locator 14.svg
Dassa-Zoumé

Géolocalisation sur la carte : Bénin

Voir la carte topographique du Bénin
City locator 14.svg
Dassa-Zoumé

Dassa-Zoumé , également appelée Igbo Idaasha ou simplement Idaasha, est une ville du Centre-Sud du Bénin, chef-lieu de la commune du même nom et préfecture du département des Collines depuis le 22 juin 2016[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Collines de Dassa.

Limitée au Nord par Gbòmìnà Glazoué, au Sud par Covè, Zagnanado et Jija, à l’Ouest par la ville de Savalou et à l’Est par Shabɛ́ (Savè) et Kétu (Kétou), la commune de Dassa-Zoumè fait partie des six que compte le département des Collines et compte dix arrondissements : Dassa I, Dassa II, Akòfojúlé, Gbàfò, Kɛ̀rɛ́, Ìkpɛ̀nyìn, Ìlɛ́ma, Kpanwíyan, Sòkòlógbò et Ìtere (Tre)̀.

Leur ensemble fait quinze quartiers et 63 villages dont Ìgòhò, Ìtangbé, Òkèemèrè, Òríkɛ̀tɔ́, Àtàkè, Ayèwà-Ìnúdé (on le désignait Godogossoun); Odò-Oshɛ̀rɛ̀; Èròkówarí; Ìtàgí, Ìkpàkpadá, Àgbàkòsáré, Ìgàmbà, Kòjàshán, Tini (anciennement appelé Agbanso/Klugo); Èròkóyà (anciennement connu sous le nom Zankumando), Ìlɛ́ma, Arígbókòtó, Ògúdáko; Ìfìta; Nàmù, Aróbasá, Ìjàká, Kèré, Ìdàhò, Mòjì, Ìgàngàn; Kpákpá-Àgbàgúlɛ̀, Òkúrú, Bánigbé, Akòfojúlé, Bɛ̀tɛ̀kùkù, Ayédé, Ìmùjà, Ìlúlɛ̀, Yàwá, Bàkɛ̀ma, Ayétù (anciennement connu sous le nom Wekélé).

Histoire[modifier | modifier le code]

Les fondateurs de la ville de Dassa seraient venus d'Ɛ̀gbá au Nigéria vers le XIIe siècle[réf. nécessaire]. Igbó Ìdàáshà encore appelée Dassa-Zoumé ou Idaasha est une ville hétéroclite fondée au XIIe siècle après le déclin de l’empire d'Ɔ̀yɔ́. À cette époque, une vague migratoire des Ɔma Jagu conduite par le prince Oládégbò a rejoint les premiers Yorubas qui vivaient déjà aux pieds des collines bien avant la naissance de Jésus Christ. Eparpillés dans l’immense forêt, ils n’arrivaient pas à s’identifier. Grâce à son armée, à sa politique de développement et à son sens élevé d’organisation, le prince Oládégbò a su concilier les premiers Yorubas avec les siens. Cette entente a débouché sur la fondation d’un royaume. Le royaume d'Igbó Ìdàáshà fut donc fondé par le prince Oládégbò devenu roi sous le nom fort de Jagu Olófin (1385-1425). Le royaume d'Igbo Idaasha est aujourd'hui dirigée par les fils de cette même lignée royale.

Quel sens revêtait le nom de ce royaume ? Deux thèses sont utilisées pour justifier le nom Igbó Ìdàáshà devenu plus tard par déformation Dassa- Zoumé ou Dassa après la colonisation. Certains disent que le royaume des Ɔma Jagu tire son essence du nom de la fille du souverain Olófin née à leur arrivée aux pieds des collines et qui s’appellerait Daïssa devenue reine vers 1425 de notre ère. D’autres, par décomposition, soutiennent que le nom « Idaasha » vient de Orisha qui signifierait Dieu et « Ida » qui est synonyme de Créature et « Igbo » est égal à forêt. En conclusion, « Igbó Ìdàáshà » désignerait la créature de Dieu dans la forêt. D’après les souvenirs de l’ancien maire de Dassa centre, Gustave Zomahoun, la seconde thèse est la plus plausible étant donné que Daïssa, dont le nom aurait été attribué au royaume en signe de reconnaissance à Dieu, a régné en 1425. Ce qui voudra dire qu’elle est née au Nigéria et non aux pieds des Collines comme le pensent certains. « Igbó Ìdàáshà » désigne l’ensemble du royaume qui s’étend de Ìjú (le fleuve Zou) jusqu’à Ofɛ̀ vers le fleuve Ouémé. Cependant, « Igbó Ìdàáshà » symbolise le périmètre urbain, la capitale même du royaume encerclé par une muraille. De nos jours, le palais du royaume d’Igbó Ìdàáshà est occupé par sa majesté le roi Jagu Àfòmá ou Jagu Ɛ̀gbákòtán II, le 26e monarque. On peut lui rendre visite a Ɛ̀gbákòkú.

Démographie[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 2013 (RGPH-4), la commune comptait 112 122 habitants[1]. La langue locale la plus parlée est la langue Idaasha[réf. nécessaire].

Administration[modifier | modifier le code]

L’actuel conseil communal de dix-neuf conseillers est dirigé par le maire Nicaise Kòshàmí Fagnon, natif de la ville.

Économie[modifier | modifier le code]

Inauguration d'un petit tracteur destiné à la riziculture.

L’agriculture et le commerce sont les principales activités qu’exercent les populations.

Culture[modifier | modifier le code]

Les genres/ rythmes musicaux connus :

Des artistes idaasha comme Olíwɔ̀rɔ̀, Aláré de Àdùrèkòmà, Ajíbóyè de Ìsówé, Ayékòtó de Máagùḿ, Théophile, Oláyò de Odò Ɔ̀shɛ̀rɛ̀, Ras Bawa de Kàmàté ont démontré une immense sagesse à travers leurs musiques.

La jeune génération d'artistes idaasha comprend entre autres Ayɔ̀délé, Léman, Ben Kara, Oboss Kawa, le duo Ofoutan.

Religion[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Diocèse de Dassa-Zoumé.
Cérémonie au calvaire de Dassa-Zoumé.

Igbo Idaasha est une ville à forte tolerance religieuse. Bien que la religion catholique soit dominante à 49 %, les autres religions ne sont pas absentes : musulmans (5,2 %), protestants (16,2 %), traditionnelle (20,5 %), autres (9,1 %). La grotte Notre-Dame d'Arigbo rassemble chaque année à la mi-août, plusieurs dizaines de milliers de pèlerins venus des quatre coins du Bénin et des pays voisins, et même d'Europe. C'est un moment de communion, de brassage, mais aussi de fluides échanges commerciaux.

La ville est le siège d'un évêché catholique, créé le 10 juin 1995.

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Circle-icons-check.svg
Le fond de cette section est à vérifier (décembre 2018).
  • Adjo Bòkɔ́ Ignace, Militant politique, membre fondateur de l'Organisation de la jeunesse de la sous-préfecture de Dassa-Zoumé OJSD, membre fondateur et principal animateur du Front uni anti impérialiste de la jeunesse du Dahomey (JUD), Président du comité permanent de l’Assemblée nationale révolutionnaire (ANR). Il est décédé à Havane au Cuba le 17 octobre 1982 à l'âge de 40 ans
  • Attin Daniel, Chef de la Circonscription Scolaire de Igbo Idaasha de 1996-1997, CCS de Glazoué de 1997-1998, Sous-Préfet de 1998-2003 sous le Président Mathieu Kérékou.
  • Benjamin Adjinda, ancien maire de la ville
  • François Sùúrù Okioh Cinéaste et entrepreneur de renom
  • Dassoundo André, homme politique idaasha
  • Nicaise Kòshàmí Fagnon, ancien Ministre délégué auprès du Président de la République, chargé des Transports terrestres, des Transports aériens et des Travaux publics; actuel Maire de Igbo Idaasha
  • Okounde Jean Eudes Kòshikpá, homme politique idaasha, actuel député à l'Assemblée nationale
  • Àkpó Léon, 1er Adjoint au Maire Kòshàmí N. Fagnon
  • Zomahoun Gustave, historien
  • Zomahoun Idossou Rufin (en), ancien Conseiller Spécial du Président Thomas Yayi Boni chargé des affaires économiques en * Asie et en Océanie; Ambassadeur du Bénin près le Japon depuis décembre 2011
  • Akpo Philippe, ex Ministre de l'Agriculture
  • Simon Ifèdé Ogouman, ex Ministre des Affaires étrangères
  • Gédéon Dassoundo, ex Ministre de l'Agriculture, ex Député et Questeur de l'Assemblée Nationale
  • Joseph Dègla, ex Député et Vice-président de l'Assemblée Nationale Révolutionnaire
  • Sourou Atin, ex Ministre des Travaux publics
  • Pierre Amoussou, ex Directeur de la SONACOP
  • Denise Atioukpè, Directrice générale du Fonds national des microcrédits
  • Nicolas Okioh, ex Curé de Dassa-Zoumé et Évêque de Natitingou
  • Olodo, Pasteur de l'Église protestante
  • Didier Toni, Administrateur des Affaires, Directeur des opérations, Québec, Canada
  • Samuel Batcho, ex Directeur général du Port autonome de Cotonou
  • Albert Ezin Badou, Capitaine de vaisseau et Chef d'État-major des Forces navales
  • Allagbé, ex Député
  • François Xavier Ogbankotan, Douanier
  • Roger Dado, Docteur, France

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b INSAE, Effectifs de la population des villages et quartiers de ville du Bénin, (RGPH-4, 2013), février 2016, p. 33 [1]
  2. Site officiel Communiqué du conseil des Ministres du mercredi 22 juin 2016

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Jean Bonfils, La mission catholique en République du Bénin. Des origines à 1945, Karthala, 1999, 276 p. (ISBN 2-86537-919-1)
  • Propriétés foncières dans la sous-préfecture de Dassa-Zoumè, Porto-Novo, Bénin, 1993?

Liens externes[modifier | modifier le code]