darktable

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
darktable
Description de l'image Darktable icon.svg.
Description de cette image, également commentée ci-après
Organiser et développer les images d'un boîtier numérique
Informations
Développé par Henrik Andersson, Johannes Hanika et différents contributeurs
Première version [1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Dernière version 2.4.4 ()[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Dépôt darktable.org/redmine/projects/darktable/repositoryVoir et modifier les données sur Wikidata
Écrit en C et LuaVoir et modifier les données sur Wikidata/ GTK+Voir et modifier les données sur Wikidata
Système d'exploitation Linux, Microsoft Windows, macOS, FreeBSD, Solaris et OpenBSDVoir et modifier les données sur Wikidata
Environnement famille Unix, MAC OS X, Windows
Type logiciel de capture et traitement photographique sans perte.
Licence GPL-3.0+ (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.darktable.orgVoir et modifier les données sur Wikidata

darktable est un logiciel libre de traitement photographique, qui permet de cataloguer ses photographies numériques et d'appliquer des corrections et effets divers à ces images. Il autorise également le contrôle en temps réel d'appareil photographique numérique (APN) connecté par un câble à un ordinateur. Il est disponible gratuitement pour la plupart des distributions Linux, OS X et Solaris sous licence GNU General Public version 3 ou ultérieure. Une version Windows est en cours de finalisation[3]. C'est l'un des principaux logiciels de dématriçage libre, avec RawTherapee, Photivo (http://www.photivo.org) et Rawstudio, .

Présentation[modifier | modifier le code]

Le logiciel peut être classé dans la catégorie tout-en-un. Il dispose de multiples modules :

  • Table lumineuse : pour cataloguer, ajouter des mots-clés, placer des notes ou des codes de couleur, exporter vers Google+, Flickr, etc.
  • Chambre noire : pour développer ses fichiers numériques, dans la version 2.4 on peut compter 62 outils différents.
  • Capture : pour piloter un appareil photographique.
  • Carte : pour géolocaliser ses images en les plaçant sur une carte (plusieurs sources sont disponibles, dont OpenStreetMap, Google Maps, etc.) ou automatiquement depuis les informations GPS du fichier numérique.
  • Diaporama : pour présenter les images.
  • Impression : pour mettre en page et imprimer les images.

Une caractéristique intéressante de ce logiciel est la possibilité d'appliquer les différents effets en choisissant le mode de fusion de calque (comme écran, superposer, lumière douce, éclaircir, assombrir, multiplier…). Tous les effets sont soit appliqués globalement à l'image, soit localement en fonction de caractéristiques (masque paramétrique) de l'image (luminance, saturation, couleur, etc.) ou en dessinant des masques sur l'image. darktable propose un masque circulaire, elliptique, en forme libre, en dégradé ou depuis un pinceau. Il est aussi possible de combiner les masques dessinés avec les masques paramétriques. Il est aussi possible de combiner les masques dessinés entre eux avec des opérations d'inclusion ou de soustraction.

Il utilise la bibliothèque gPhoto pour communiquer avec les APN qui le supportent et utilise OpenCL lorsque c'est possible, pour le traitement des images. L'interface graphique est basée sur GTK 3.0.

Lors de la capture de photographie, il est possible, comme dans GTKam ou Entangle, de configurer les différents paramètres de prise de vue directement via l'interface, ainsi que d'avoir une vue en direct du viseur.

darktable est spécialisé dans le traitement au format RAW (format de données brutes sans pertes), non destructif (les modifications sont enregistrées par rapport au fichier original, qui est conservé à tout moment), et permet ainsi d'avoir un traitement orienté « professionnel » (ou avancé). Il est aussi important de noter que tous les traitements sont faits en 32 bits flottant pour une qualité optimale. Le logiciel garde toutefois une bonne réactivité et permet d'utiliser la puissance de la carte graphique via OpenCL.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]