Darco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Darco
Darco Code Art.jpg
Darco, en face d'une de ses œuvres en 2006.
Naissance
Nationalité
Activité
Formation
FBI, TFC, UA
Mouvement
Site web
Œuvres principales
Zeichen der Zeit (Hambourg), Fresques dans la Gare du Nord (Paris)

Darco, né en 1968 à Bielefeld en Allemagne, est un artiste graffeur allemand installé en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts[modifier | modifier le code]

Zeichen der Zeit, en 1995 à Hambourg.

Darco est né en 1968 à Bielefeld, il vit en France depuis 1976 et c'est là qu'il découvre la peinture murale à la bombe aérosol en 1982. Il se fait connaître par son style apparenté à la "3D" qui a influencé les nouvelles générations de graffeurs. Spécialisé en lettrages tout en gardant le côté graphique des contours (outline). Il travaille particulièrement les perspectives ainsi que le dynamisme des formes et des couleurs.

Il est le cofondateur du groupe FBI (Fabulous Bomb Inability) créé en 1985 qui réunit des graffeurs de nombreuses nationalités. Ce groupe a acquis une notoriété dans le milieu spécialisé du graffiti, puis s'est fait remarquer par le grand public par son originalité stylistique et ses thèmes, ainsi que par la grandeur de ses réalisations qui les fait entrer dans le livre Guinness des records en 1996.

Rôle en Europe[modifier | modifier le code]

Painting in the Bronx, réalisé dans le Bronx à New York en 1987, est une des fresques les plus importantes de Darco[1]. C'est l'une des premières fois que des européens (Darco, Chintz et Loomit (de)) réalisent des œuvres en collaboration avec des américains (Seen et Zoom) dans le domaine du graffiti[2].

Personnalité du monde du graffiti, Darco a été l’un des premiers européens à revendiquer et à assumer un statut d’artiste auteur. Ce statut acquis en 1992, lui permet de se professionnaliser et de se consacrer à sa recherche artistique. Il intègre les groupes UA (États-Unis) en 1987 et TFC (Australie) en 1995. Auteur de plusieurs réalisations en multimédia, il pratique également la direction artistique de projets.

Affaire de la SNCF[modifier | modifier le code]

À la suite d'une plainte de la SNCF, la justice condamne Darco en 1989 pour avoir fait des graffitis le long des voies ferrées. Ce procès fait jurisprudence en la matière, car désormais des personnes ayant peint sur un même support ne sont pas systématiquement considérées comme une bande organisée. La répercussion médiatique de cette affaire a indirectement contribué à faire connaître le mouvement graffiti en France, mais aussi à l'étranger.

En 1994, la SNCF passe commande à Darco pour la réalisation de deux fresques à la gare du Nord de Paris[1]. Il réalise les Fresques de la Gare du Nord en constituant une équipe internationale de graffeurs [3],[4],[5].

  • Paris 900 mètres : Cette fresque à une dimension de 50 mètres sur 5 mètres.
  • Gare du Nord : Cette fresque à une dimension de 90 mètres sur 4 mètres.

Années 1990[modifier | modifier le code]

En 1991, Darco collabore avec Jean-Jacques Beineix en tant que conseiller artistique pour le film IP5 et double Olivier Martinez. À la suite de la projection du IP5 en Allemagne, L. Knode contacte Darco pour un projet de mur peint dans le quartier de Lohbrügge à Hambourg[6]. Zeichen der Zeit (1995) est une fresque importante de l'histoire du graffiti[7]. Elle mesure 30 mètres de haut sur 11 mètres de large. Darco demande à DAIM, se trouvant sur place, de l'aider à organiser le projet qui allait être cité dans le livre Guinness des records en 1995 en tant que graffiti le plus haut jamais réalisé[8]. Elle fut réalisée par Darco, Loomit (de), DAIM, Hesh, Daddy Cool, Ohne et Vaine[9].

Années 2000[modifier | modifier le code]

Darco au Palais de Tokyo, pour l'ouverture du festival d'automne en 2003.

En 2000 la société Loxam passe commande de la réalisation d'une fresque de 180 m2 à Darco : La Fresque Loxam[10],[11]. Elle se situait le long du périphérique parisien à Porte d'Asnières. La construction du tribunal de grande instance a mené à la destruction de l'œuvre.

Années 2010[modifier | modifier le code]

Au mois de janvier 2012, à la demande de la maison Hermès, Darco part décorer les vitrines de son magasin à Dubaï, au sein du Dubai Mall[12],[13],[14]. Clarins a aussi fait appel à lui pour customiser le flacon de L'Eau Dynamisante à l'occasion des 25 ans du produit-phare de la marque[15].

Style[modifier | modifier le code]

Son travail dans le fond comme dans la forme est très rigoureux. Darco est l’un des artistes qui contribue le plus activement à la pérennité du genre pictural qu’est le Graffiti. Il est invité régulièrement à l'étranger. Sa recherche de style est permanente, il s'intéresse notamment aux cultures asiatiques et arabes afin de s’imprégner de leurs calligraphies. Artiste référent, son expertise a déjà été requise par le Musée national des Arts et Traditions populaires (RMN).

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

  • "Virtuose du wildstyle, il est capable d’intégrer cette énergie dans le contexte et la fonction de l’œuvre, que ce soit sur un mur, une enseigne ou un bus. Lui et sa génération d’artistes ont fait beaucoup pour la renaissance de l’art public."

Henry Chalfant (New York) [1]

  • "En voyage à Paris en 1985, faisant des recherches pour Spraycan Art, j’ai découvert un writer qui vivait en banlieue, auteur de grandes œuvres murales audacieuses et extrêmement bien exécutées. Suivant sa carrière naissante - car nous sommes restés en contact depuis plus de 20 ans - j’ai observé le chemin de Darco (FBI) vers la maturité ; ses nombreuses images sont admirées à travers le monde par des milliers d’amateurs d’art sur internet et dans des expositions en France, Italie, Belgique, Allemagne, Afrique, Australie, États-Unis et Canada. Un chemin remarquable que celui qui mène l’autodidacte de la bombe aérosol à devenir un artiste-peintre respecté dont l’œuvre orne les murs des musées et des galeries aussi bien que le musée des rues."

James Prigoff (San Francisco)[1]

  • "Seuls quelques membres du mouvement international du graffiti writing disposent d’un style personnel. Un style que l’on peut, au premier coup d’œil, attribuer à son auteur cela tient aussi au fait que les writers - des pionniers comme Darco, par exemple - n’avaient que peu de sources d’inspirations et ont dû suivre leur propre chemin pour trouver leur griffe personnelle. L’art et la manière dont quelqu’un réalise ses lettres reflètent toujours fortement sa personnalité et son caractère... il transpose ses lettrages d’une manière très puissante qui lui ressemble. L’équilibre dans ses compositions typographiques est avant tout remarquable parce qu’il sait comme personne tourner ses lettres de telle sorte qu’elle font sens du point de vue de la perspective tout en gardant les outlines nettes et précises qui donnent vie au mouvement."

Dare (Suisse) [1]

Collections[modifier | modifier le code]

Expositions (séléction)[modifier | modifier le code]

Années 1990[modifier | modifier le code]

Années 2000[modifier | modifier le code]

Années 2010[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]