Darío Benedetto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Benedetto.

Darío Benedetto
Image illustrative de l’article Darío Benedetto
Benedetto avec l'Olympique de Marseille en août 2019.
Situation actuelle
Équipe Drapeau : France Olympique de Marseille
Numéro 9
Biographie
Nom Darío Ismael Benedetto
Nationalité Drapeau : Argentine Argentin
Drapeau : Mexique Mexicain
Nat. sportive Drapeau : Argentine Argentin
Naissance (29 ans)
Lieu Berazategui (Argentine)
Taille 1,77 m (5 10)[1]
Période pro. 2008 -
Poste Attaquant
Pied fort Droit
Parcours junior
Saisons Club
0000-2002 Drapeau : Argentine CA Independiente
2006-2008 Drapeau : Argentine Arsenal de Sarandi
Parcours professionnel1
SaisonsClub 0M.0(B.)
2008-2013 Drapeau : Argentine Arsenal de Sarandi 059 (14)
2009-2010 Drapeau : Argentine Defensa y Justicia024 (2)
2011-2012 Drapeau : Argentine Gimnasia Jujuy 019 (11)
2013-2015 Drapeau : Mexique Club Tijuana 050 (23)
2015-2016 Drapeau : Mexique Club América 061 (26)
2016-2019 Drapeau : Argentine Boca Juniors 076 (45)
2019- Drapeau : France Olympique de Marseille 013 0(5)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
2017- Drapeau : Argentine Argentine 005 0(0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 10 novembre 2019

Darío Ismael Benedetto, surnommé Pipa[2], né le à Berazategui, est un footballeur international argentin qui évolue au poste d'attaquant à l'Olympique de Marseille.

Benedetto est un attaquant complet loué pour son état d’esprit, son altruisme, son sens du collectif et ses qualités athlétiques qui en font un joueur apprécié par les entraîneurs. Il est un excellent finisseur et bonifie le jeu d'attaque de son équipe. Il peut jouer en renard des surfaces mais sait aussi jouer en tant qu'ailier ou plus bas sur le terrain pour utiliser ses qualités techniques et participer à la construction du jeu[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Darío Benedetto est né le 17 mai 1990 à Berazategui, dans la ville de Buenos Aires. Élevé avec ses cousins, il est passionné de football et formé dans les catégories inférieures du CA Independiente[4].

À l'âge de douze ans, alors qu'il dispute une finale lors des « jeux nationaux Evita », sa mère subit une crise cardiaque dans les tribunes et meurt. Darío décide d'arrêter le football et l'école et de travailler avec son père comme maçon[4]. Au cours de cette période, il forme un groupe de cumbia avec son frère Lucas, El Pato, qui lui permet de passer trois fois à la télévision, sur la chaîne América TV.

À seize ans, il fait un essai à l'Arsenal de Sarandi[4] et est placé dans l'équipe réserve.

Débuts professionnels mitigés (2007-2010)[modifier | modifier le code]

Darío Benedetto fait ses débuts professionnels contre Boca Juniors[4], le 9 novembre 2007 lors de la quatorzième journée du Tournoi d'ouverture[5].

Benedetto marque son premier but quelques mois plus tard, lors du tournoi de clôture[4], contre Lanús.

Il est prêté pour l'année 2010 au CSD Defensa y Justicia en deuxième division argentine. Mais il n'inscrit que deux buts en 23 rencontres[6].

À l'été 2011, il retourne à l'Arsenal, où il est sacré champion du Tournoi de clôture 2012, mais avec un temps de jeu réduit. L'équipe remporte aussi la Supercoupe d'Argentine 2012[5], mais Darío n'entre pas sur le terrain.

Prêt réussi et retour à Sarandi (2010-2013)[modifier | modifier le code]

Pour la première moitié de 2011, Benedetto est à nouveau envoyé en prêt en D2, au Gimnasia Jujuy. Il y hérite du surnom El Diablo grâce à de bonnes performances qui le voient inscrire 11 buts en 19 rencontres[4].

Dans le championnat 2012-2013, Gustavo Alfaro lui donne l'occasion d'être titulaire au sein de l'équipe de Sarandi. Benedetto en profite pour marquer des buts contre l'Unión de Santa Fe et River Plate dans le stade El Monumental. Lors de la Copa Libertadores 2013, il inscrit son premier but international sur coup franc contre The Strongest au sommet de La Paz, puis deux autres contre São Paulo FC et l'Atlético Mineiro.

Exil réussi au Mexique (2013-2016)[modifier | modifier le code]

Benedetto sous les couleurs du Club América en 2016.

Son contrat est racheté par le Club Tijuana contre 1,5 M€ à l'été 2013[6]. Il fait ses débuts le 19 juillet 2013 en inscrivant un triplé contre le Club Atlas de Guadalajara. Au total, il marque 23 buts en 50 matchs[4] et, jusqu'au moment de son départ, il demeure le meilleur buteur du club. Ses performances lui ouvrent les portes d'un club mexicain plus huppé à México : le Club América[4], pour un montant de transfert estimé à 6,6 M€[6].

Darío signe son premier but à Monterrey lors d'un match amical, alors que son premier officiel est contre les Tigres UANL. Barré par la concurrence, il doit s'excentrer sur l'aile gauche et se mue d'avantage en passeur qu'en buteur[4].

Le 8 avril 2015, pour la demi-finale de la Ligue des champions de la CONCACAF, il réussit à marquer quatre buts contre Herediano et collabore ainsi pour permettre à l'América de dépasser le total de 3 buts adverses. Le 29 avril 2015, il est auteur de trois des quatre réalisations de Club América face à l'Impact de Montréal lors du match retour de la finale de la Ligue des champions de la CONCACAF 2014-2015 (4-2). Il gagne ainsi sa première Ligue des champions, compétition au cours de laquelle il remporte également le Ballon d'or et est avec son coéquipier Oribe Peralta le Soulier d'or de cette compétition avec sept réalisations.

Alors joueur de l'América, Benedetto obtient la nationalité mexicaine et exprime son désir de jouer pour l'équipe nationale locale[5].

Le succès continental qualifie l'équipe pour la Coupe du monde des clubs de la FIFA 2015 à laquelle Benedetto participe. L'équipe réussit ensuite à conserver son titre sudaméricain[5].

Malgré le peu de temps de jeu et de considération de ses entaineurs successifs, Gustavo Matosas et Ignacio Nacho Ambríz[5],[7], il inscrit tout de même 26 buts en 61 matchs. Il trouve une porte de sortie et retourne au pays pour s'engager à Boca Juniors en 2016, dont il porte le logo tatoué sur le corps[5]. Il prend lui-même en charge une partie de son transfert[4] qui s'élève à 4,4 M€[6].

Retour au pays et succès à Boca Juniors (2016-2019)[modifier | modifier le code]

Benedetto sous les couleurs de Boca Juniors en 2016.

Le club est alors en recherche d'un attaquant efficace depuis Martín Palermo, parti en 2011. La pression est grande sur Benedetto qui, en plus, porte le n°9[8]. Il fait ses débuts officiels face à l'Independiente del Valle lors du match aller des demi-finales de la Copa Libertadores 2016. Son premier but est inscrit contre Santamarina en huitièmes de finale de la Coupe d'Argentine lors d'un match remporté 2-1.

Le 25 septembre 2016, il réussit son premier coup du chapeau avec Boca, lors d'un match de première division contre Quilmes. Coupé par une blessure, il revient et inscrit sept buts en cinq matchs. L'équipe remporte le championnat et Benedetto termine meilleur buteur avec 21 buts en 25 matchs. Il est récompensée par une première convocation en équipe d'Argentine[4]. Il marque 31 buts lors de ses 38 matches[5]. De cette période où il brille avec Boca, ses coéquipiers reconnaissent tout particulièrement son impact dans les bons résultats du club : Juan Román Riquelme dit de lui qu' « il est le meilleur joueur de notre équipe »[7].

En 2017, il est victime d'une rupture des ligaments croisés[4] d'un genou tandis qu'il fait partie des meilleurs avant-centres du pays[8].

Écarté des terrains pendant plusieurs mois, il peine à revenir à son meilleur niveau mais est tout de même l'auteur de deux buts en finale de la Copa Libertadores 2018 contre River Plate, un au match aller et un autre au retour. Malgré cela, le joueur perd petit à petit sa place[4].

En 2019, l'Olympique de Marseille lui offre la possibilité de jouer en Europe. En trois ans à Boca, il dispute 76 rencontres pour 46 buts inscrits, soit un ratio de 0,6 buts par match[4].

Arrivée en Europe à l'Olympique de Marseille (2019-)[modifier | modifier le code]

Le , il s'engage officiellement pour quatre saisons en faveur de l'Olympique de Marseille[9]. Le montant du transfert s'élève à 14 millions d'euros[10].

Le , lors de la première journée de Ligue 1 2019-2020, il fait ses débuts avec le club phocéen face a Reims à la 73e minute en remplaçant Valère Germain[11]. Il marque son premier but avec l'OM d'une reprise astucieuse contre l'OGC Nice lors de la troisième journée de Ligue 1[12]. Quatre jours plus tard, il marque son premier but au Vélodrome face à l'AS Saint Étienne en étant a l'origine de l'action de but, permettant ainsi à son équipe de s'imposer 1 à 0[13].

Le 17 septembre 2019, il inscrit son premier doublé lors de la cinquième journée de Ligue 1 contre l'AS Monaco (victoire 4-3)[14]. Il devient ainsi le premier joueur du club à inscrire un but lors de chacune de ses 4 premières titularisations depuis Tony Cascarino et Djibril Cissé[15].

Carrière internationale[modifier | modifier le code]

Benedetto avec l'Argentine en 2017.

Le , il reçoit sa première convocation en équipe d'Argentine de football dirigée par Jorge Sampaoli pour les matchs de qualifications de la Coupe du monde 2018 contre l'Uruguay et le Venezuela. Il fait ses débuts officiels le lors du second match, en remplaçant Paulo Dybala (1-1) à la 60e minute[5].

Il est titulaire et joue toute la rencontre un mois plus tard, toujours dans le cadre des éliminatoires contre le Pérou (0-0). Idem cinq jours après en Équateur, mais il est remplacé à la 76e minute.

Mi-novembre, il s'envole pour la Russie et deux rencontres amicales. Il ne joue pas le premier match face au pays hôte mais, le 14 novembre 2017, enchaîne une quatrième apparition internationale en cette fin d'année. Il rentre en jeu à la mi-temps contre le Nigeria et subit sa première défaite avec l'équipe d'Argentine (2-4).

Sa blessure au genou l'écarte ensuite des terrains et donc de l'équipe nationale.

En mars 2019, revenu sur les terrains avec Boca Juniors, Benedetto est rappelé en équipe argentine pour l'amical face au Venezuela. Il entre à la 74e minute de la défaite (1-3). Il ne joue pas la seconde rencontre quatre jours plus tard au Maroc.

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Dario Benedetto est loué pour sa combativité. Il peut jouer en tant que renard des surfaces et également sur le côté, en tant qu'ailier. Rapide et technique, il sait reculer pour venir chercher des ballons[4].

À son arrivée à l'Olympique de Marseille en 2019, Nicolas Cougot, le rédacteur en chef du site Lucarne Opposée (spécialiste du football sud-américain) déclare « c'est un joueur qui aime participer au jeu, qui ne va pas se contenter de rester dans la surface. Il est très technique (...). C'est un garçon qui est dépendant du système. Il aime les équipes joueuses avec du jeu dans les couloirs et des ailiers rapides »[8].

Statistiques[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Statistiques de Dario Benedetto au 7 octobre 2019[6]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Mondial des clubs Total
Division M B M B M B M B C M B M B M B
2008-2009 Drapeau de l'Argentine Arsenal de Sarandi Primera División 12 1 - - - - - - - - - - - 12 1
2009 Drapeau de l'Argentine Arsenal de Sarandi Primera División 1 0 - - - - - - - - - - - 1 0
2009-2010 Drapeau de l'Argentine Defensa y Justicia (prêt) Primera B Nacional 13 1 - - - - - - - - - - - 13 1
2010 Drapeau de l'Argentine Defensa y Justicia (prêt) Primera B Nacional 10 1 - - - - - - - - - - - 10 1
Sous-total 23 2 0 0 0 0 0 0 - 0 0 0 0 23 2
2010-2011 Drapeau de l'Argentine Gimnasia Jujuy (prêt) Primera B Nacional 19 11 - - - - - - - - - - - 19 11
2011-2012 Drapeau de l'Argentine Arsenal de Sarandi Primera División 10 1 1 - - - - - - - - - - 11 1
2012-2013 Drapeau de l'Argentine Arsenal de Sarandi Primera División 28 7 2 2 - - - - CL 6 3 - - 36 12
Sous-total 51 9 3 2 0 0 0 0 - 6 3 0 0 60 14
2013-2014 Drapeau du Mexique Club Tijuana Liga MX 26 12 - - - - - - LCC 4 1 - - 30 13
2014-2015 Drapeau du Mexique Club Tijuana Liga MX 17 9 3 1 - - - - - - - - - 20 10
Sous-total 43 21 3 1 0 0 0 0 - 4 1 0 0 50 23
2015 Drapeau du Mexique Club América Liga MX 17 6 - - - - - - LCC 3 7 - - 20 13
2015-2016 Drapeau du Mexique Club América Liga MX 32 11 - - - - - - LCC 7 1 2 1 41 13
Sous-total 49 17 0 0 0 0 0 0 - 10 8 2 1 61 26
2016 Drapeau de l'Argentine Boca Juniors Primera División - - 3 2 - - - - CL 2 - - - 5 2
2016-2017 Drapeau de l'Argentine Boca Juniors Primera División 25 21 3 3 - - - - - - - - - 28 24
2017-2018 Drapeau de l'Argentine Boca Juniors Primera División 9 9 0 0 - - - - CL 6 5 - - 15 14
2018-2019 Drapeau de l'Argentine Boca Juniors Primera División 15 2 5 0 - - 1 - CL 6 3 - - 27 5
2019-2020 Drapeau de l'Argentine Boca Juniors Primera División - - 1 - - - - - - - - - - 1 0
Sous-total 49 32 12 5 0 0 1 0 - 14 8 0 0 76 45
2019-2020 Drapeau de la France Olympique de Marseille Ligue 1 9 5 - - - - - - - - - - - 9 5
Total sur la carrière 243 97 18 8 - - 1 0 - 34 20 2 1 298 126

En sélection[modifier | modifier le code]

Détails des matchs avec l'Argentine Drapeau : Argentine
# Date Adversaire Lieu Score Compétition Informations
1 6 septembre 2017 Drapeau : Venezuela Venezuela Estadio Monumental, Buenos Aires 1 - 1 Éliminatoires Mondial 2018 n°13, remplaçant, Entré après 63 minutes 63e [16]
2 5 octobre 2017 Drapeau : Pérou Pérou La Bombonera, Buenos Aires 0 - 0 n°7, titulaire, joue tout le match[17]
3 10 octobre 2017 Drapeau : Équateur Équateur Estadio Olimpico Atahualpa, Quito 1 - 3 n°7, titulaire, Remplacé après 76 minutes 76e[18]
4 14 novembre 2017 Drapeau : Nigeria Nigeria Stade FK Krasnodar, Krasnodar 2 - 4 match amical n°7, remplaçant, Entré après 46 minutes 46e [19]
5 22 mars 2019 Drapeau : Venezuela Venezuela Estadio Metropolitano, Madrid 1 - 3 n°9, remplaçant, Entré après 70 minutes 70e [20]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Titres collectifs[modifier | modifier le code]

Distinctions individuelles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.om.fr/fr/effectif/5181/attaquant/16516-dario-benedetto.
  2. RMC Sport, « OM: pourquoi Benedetto est surnommé « Pipa » », sur RMC Sport (consulté le 16 septembre 2019).
  3. « Avec Dario Benedetto, l’OM à choisi un vrai buteur qu'il faudra relancer », sur football365.fr (consulté le 17 juillet 2019).
  4. a b c d e f g h i j k l m n et o « Portrait : Qui est Dario Benedetto, le guerrier prêt à tout donner pour l'OM », sur 90min.com, (consulté le 14 août 2019).
  5. a b c d e f g et h (es) « Darío Benedetto, el arma secreta de Sampaoli », sur elpais.com, (consulté le 14 août 2019).
  6. a b c d et e « Fiche de Darío Benedetto », sur footballdatabase.eu.
  7. a et b Nicolas Cougot, « Darío Benedetto, l’héritier », sur lucarne-opposee.fr, (consulté le 16 septembre 2019).
  8. a b et c « Qui est Dario Benedetto, le nouvel attaquant de l'OM ? », sur yahoo.com, (consulté le 14 août 2019).
  9. « Transferts : l'OM officialise l'arrivée de Dario Benedetto », sur L'Équipe, .
  10. Timothée Talbi, « OM : Dario Benedetto a signé ! », sur Onze Mondial, .
  11. Jean-Guy Lebreton, « OM-Reims: Benedetto à manqué de temps et de munitions pour s'illustrer », sur RMC Sport, .
  12. Arthur Merle, « Benedetto et l'OM s'éveillent à Nice », sur Eurosport, .
  13. « L'OM s'arrache et bat Saint-Étienne grâce à Benedetto », sur RMC Sport, .
  14. Nathan Gourdol, « Ligue 1 : l'OM renverse Monaco avec un doublé de Benedetto dans un match fou, l'ASM en crise », sur L'Équipe, .
  15. Nicolas Basse, « Seuls 2 joueurs ont connu un meilleur départ que Benedetto à l’OM », sur onefootball.com, .
  16. « Argentine vs. Venezuela 1 - 1 », sur soccerway.com (consulté le 14 août 2019).
  17. (en) « 2018 FIFA World Cup Russia™ - Matches - Argentina-Peru », sur fifa.com (consulté le 14 août 2019).
  18. (en) « 2018 FIFA World Cup Russia™ - Matches - Ecuador-Argentina », sur fifa.com (consulté le 14 août 2019).
  19. « Argentine vs. Nigeria 2 - 4 », sur soccerway.com (consulté le 14 août 2019).
  20. « Argentine vs. Venezuela 1 - 3 », sur soccerway.com (consulté le 14 août 2019).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :