Danseuses de Delphes (Debussy)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Danseuses de Delphes.

Le premier des préludes du Livre I, de Claude Debussy, Danseuses de Delphes a été créé par le compositeur en 1910.

Danseuses de Delphes est une composition musicale du compositeur français Claude Debussy. C'est la pièce qui ouvre le premier livre des Préludes, écrit entre la fin de 1909 et au début de 1910. La pièce, en si-bémol majeur, totalise 31 mesures et se joue en environ trois minutes.

Contexte et influence[modifier | modifier le code]

Les Danseuses de Delphes ou danseuses de la colonne d'acanthe.

Le titre de la pièce est inspiré par les « Danseuses de Delphes », fragment de sculpture du temple d'Apollon de Delphes dont le musicien avait vu la photo au Louvre[1]. L'inspiration antique traverse nombre de compositions de Debussy, telles le Prélude à l'après-midi d'un faune, Les Chansons de Bilitis, Danse pour harpe ou Syrinx pour flûte seule, par exemple[2].

Debussy a sans doute été inspiré par le Erik Satie des Gymnopédies et des Gnossiennes : les mesures 21 à 24 y renvoyant consciemment[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce prélude est daté du [3] et est donc le premier et le plus ancien de tout le recueil. L'œuvre a été créée par le compositeur lors du concert du avec trois autres préludes.

Analyse[modifier | modifier le code]

Au sein du Livre I des Préludes[modifier | modifier le code]

Danseuses de Delphes ouvre tel un fronton le premier livre des préludes[1].

Composition[modifier | modifier le code]

Se distinguent trois plans sonores : les basses, les accords processionnels et deux thèmes. Le premier est une danse sacrée, semblant gravir les marches du temple ; le second pentatonique énoncé en octaves descendants sur une pédale de fa.

Selon Marguerite Long[4], Debussy jouait ce prélude « avec une exactitude presque métronomique. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Lockspeiser 1980, p. 581–582.
  2. Guy Sacre, La musique pour piano : dictionnaire des compositeurs et des œuvres, vol. I (A-I), Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 2998 p. (ISBN 2-221-05017-7), p. 918.
  3. Lockspeiser 1980, p. 582.
  4. Long 1960, p. 102–103.

Liens externes[modifier | modifier le code]