Danse lori

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Danse de Čupi par les Lors Feyli en Suède

Les danses lori incluent une gamme de danses folkloriques populaires parmi différents groupes de personnes lors qui se sont formés, développés et transférés au cours des générations suivantes. Ils incluent généralement des caractéristiques communes des danses iraniennes. Les danses collectives et le quadrille, l'arrangement circulaire (cercle de danse) et les vêtements colorés[1],[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

En raison des objets découverts et des fouilles archéologiques des zones habitées lori comme Kozagaran, TepeGiyan, TepeMusiyan, CheghaMish et Kul-e Farah, il est évident que l'histoire de la danse est antérieure aux migrations ariennes vers le plateau iranien[3],[4].

Styles de danse[modifier | modifier le code]

Danseurs au mouchoir lors d'une cérémonie de mariage, Mamasani, Iran.

Il existe de nombreux styles de danse communs dans les zones habitées par les Lors. Les styles de danse lori les plus répandus sont la danse de mouchoir, les danses Čupi (SanginSamâ, le rythme lent avec la frappe et le violon, Se-Pâ (trois étapes), qui est exécuté plus rapidement que SanginSamâ, et Du-Pâ (deux étapes), c'est la performance la plus rapide et la plus excitante) et la danse du bâton (Čubâzi ou Tarka-bâzi) qui est un spectacle d'arts martiaux[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ida Meftahi, Gender and Dance in Modern Iran, Biopolitics on stage, Routledge, vol. 5/2, 2017, page 13.
  2. ثابت زاده، منصوره. (1383) رقص در ایران، انواع و ویژگیها، فصلنامه ماهور، ش 24
  3. Y. Garfinkel, Dancing at the Dawn of Agriculture, University of Texas Publication, 2010, 346 pages (ISBN 9780292779969) (lire en ligne)
  4. G. Contenau et R. Ghirshman, Fouilles du Tepe Giyan, Paris, Librairie Orientaliste Paul Geuthner, 1935 ; H. de Contenson, Troisième campagne à Tell, 1967.
  5. Elton Daniel et AliAkbar Mahdi, Culture and Customs of Iran, Westport, Greenwood Press, 2006, 210 pages.