Danse historique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les danses historiques (à ne pas confondre avec l'histoire de la danse) représentent l'ensemble du patrimoine chorégraphique depuis le Moyen Âge jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. Ces danses historiques (citadine, de cour ou paysanne) comprennent :

Définition[modifier | modifier le code]

La Danse historique regroupe tous les courants de danse ayant eu cours du Moyen Âge à la Seconde Guerre mondiale. Cependant, des traits communs à tous ces courants sont remarquables :

  • la danse est principalement orientée vers le bal, que ce dernier soit de cour, mondain, bourgeois, de corporation, de barrière...
  • la danse est souvent constituée d'un enchaînement connu de pas que tous les couples peuvent exécuter simultanément (valse, bourrée...) ou successivement (contredanse, quadrille...).
  • la danse prend son essence par le bal ou dans la danse de groupe.

Pratique de la danse historique en France[modifier | modifier le code]

Si de très nombreux manuels de danses reprenaient succinctement les « danses anciennes », la mise en valeur de la danse comme patrimoine n’a vraiment commencé que dans la deuxième moitié du XX° siècle, notamment par les actions de "collectage" non seulement dans le domaine de la danse dite folklorique, mais également dans celui de la danse de bal.

Monique Decitre a publié dès 1945 un premier recueil dénommé "Dansez la France", et  très vite elle s'est intéressée également aux danses de cour. Elle crée en 1960 l'association  « la lionnaise » avec danseurs, musiciens et chanteurs, qui interpréteront les danses et chansons populaires et les danses de cours  de la Renaissance (en partant de l'Orchésographie publiée en 1588-1589 par Thoinot Arbeau), aux contredanses en passant par les danses de batellerie. Les premières représentations débutèrent au tout début des années 1960 avec quelques tournées en Europe.

Parallèlement de  1945 à 1960,  Hélène et Jean-Marie Guilcher menèrent une prospection sur la danse en Bretagne qui aboutit aux deux thèses de doctorat de Jean-Marie Guicher, « la Tradition populaire de danse en Basse-Bretagne » et en 1963 « la contredanse et les renouvellements de la danse française ».

 Alain Riou et Yvonne Vart, danseurs de la lionnaise, s’intéressent plus particulièrement au XVIII et XIX siècles et avec d’autres danseurs de la lionnaise, créairent en 1986 un groupe de recherche en danses et contredanses qui fut officialisé en association en 1988 dont  l’article 2 des statuts annonçait clairement le but de « ressusciter et de maintenir les danses anciennes, particulièrement les danses de bal, et par là combler les lacunes de la connaissance historique d’un aspect  de nos sociétés ». Ils commencèrent par exhumer, principalement de la Bibliothèque Nationale, des milliers de contredanses publiées à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, puis ils approfondirent cette recherche en analysant les traités des maîtres de danse, et en étudiant journaux, mémoires, romans et autres textes de l'époque. C’est ainsi que Michelle Nadal, danseuse professionnelle et présidente de l’association « Arts et mouvement », qui effectue également des recherches en Danses de Société des XIXème et début du XXème siècle, s’adressa tout naturellement à Révérences pour co-animer le premier bal XIX° de la Préfecture de la biennale de la danse de Lyon, qu’elle devait organiser en 1988. En 1991 Alain Riou, Yvonne Vart et le gorupe Révérences publient un livret sur la reconstitution des « passes d’Alllemandes ». Afin de ne pas limiter la diffusion de ces danses reconstituées au sein du groupe de recherche, Alain Riou et Yvonne Vart  fondent avec Thierry Frippiat en 1989 l’association Carnet de Bals à Paris et après le décès d’Alain Riou, Yvonne Vart poursuit cette transmission par de très nombreux  stages en France et à l’étranger. Ainsi la très grande majorité des danses du XIX° siècle pratiquées par les associations de danses historiques  du XX° siècle et début du XXI° sont issus des recherches et reconstitutions  réalisées par la compagnie Révérences.

Les différentes associations de danses historiques ont pris par la suite « leur émancipation » comme il se doit, et contribuent toutes à leur manière à faire vivre ce patrimoine qui fera rêver et vibrer encore beaucoup d’entre nous.  Ainsi  il faut remarquer depuis 2013, l’initiative de l'association Carnet de Bals, sous l'impulsion de son président Arnaud de Gioanni, et la Fédération française de danse (FFD) qui a pour but de souligner l'action commune de la Danse historique:

  • comme activité sportive
  • comme activité de cohésion sociale
  • comme activité de conservation du patrimoine

Cette dynamique a émergé, début 2014, par la création de la discipline "Danse Historique" au sein de la Fédération française de danse et la création la même année du premier Championnat de France de Danse historique.

Si l’on peut objecter que la notion de compétition officielle n’est pas retrouvée dans les bals, on peut néanmoins la rapprocher en clin d’œil des brevets de maitre à danser qui étaient décernés par un jury notamment au XIX° siècle.

Règlement technique[modifier | modifier le code]

Afin de conserver ses spécificités issues du bal, une réglementation propre à la discipline "Danse historique" a été mise en place par la Fédération française de danse.

Les épreuves des championnats de Danse historique se regroupent en trois catégories :

  • une épreuve imposée. Elle consiste à l'exécution d'un danse désignée lors de l'organisation du championnat. Une tenue correcte non-historique est exigée pour l'épreuve imposée. La note attribuée à chaque danseur est la note attribuée à l'ensemble ayant exécuté la chorégraphie imposée.
  • une épreuve de danse de couple. Les couples désireux de concourir dans cette épreuve peuvent présenter n'importe quelle chorégraphie de couple, tant que cette dernière est motivée par une FPI (Feuille de Programme Individuelle). La FPI doit justifier les choix de reconstitution, de la chorégraphie présentée, des costumes choisis et des difficultés techniques exécutées. La note attribuée à chaque danseur est la note attribuée au couple ayant exécuté la danse de couple.
  • une épreuve de danse de groupe. Les groupes désireux de concourir dans cette épreuve peuvent présenter n'importe quelle chorégraphie de groupe, tant que cette dernière est motivée par une FPI (Feuille de Programme Individuelle). La FPI doit justifier les choix de reconstitution, de la chorégraphie présentée, des costumes choisis et des difficultés techniques exécutées. La note attribuée à chaque danseur est la note attribuée au groupe ayant exécuté la danse de groupe.

Les compétiteurs peuvent s'inscrire dans une, plusieurs, ou toutes les catégories. Une ou un compétiteur peut s'inscrire plusieurs fois dans une même catégorie avec des partenaires différents. Un champion de chaque catégorie est désigné, mais le podium du championnat est calculé sur les moyennes des trois catégories.

2e championnat de France et 1er Open international de danse historique (2015)[modifier | modifier le code]

Les 4 et 5 juillet 2015 s'est tenu le tout premier championnat de France de danse historique, dans la salle de bal de la Mairie du 15e arrondissement de Paris.

La chorégraphie de l'épreuve imposée était lors de ce championnat le quadrille français de 1886, selon Eugène Giraudet.

Classement 2015 Athlètes Danses
Or Olivia Wély - Jean-Guillaume Bart Valse du "Papillon" de Jacques Offenbach
Argent Héloïse Marchal - Mike Gilavert Polka de Bohême - Valse 1826
Bronze Christine de Gioanni - Eric Burté Mazurka "En Réponse"

Le championnat de France se décline ensuite en trois catégorie.

Catégorie Athlètes Danses
Danse de couple Gaëlle Lafage - Alexandre Emard Valse 1826 - La Matchiche
Danse imposée Michelle Girerd-Potin - Danièle Pagny - Jacqueline Lesieur - Isabelle Pagny Le quadrille français de 1886, selon Eugène Giraudet.
Danse de groupe Clémence Troesch-Varlet - Adrien Chombard de Lawe - Benoît Habert - Yves Girard - Emeraude Brûlé - Emmanuel Cagnin - Karine Piot - Mustafa Avcikara - Alain Marcellas - Christelle Fortina - Alexandre Serant Quadrille 1835 - Quadrille Cake-Walk - Tourdion

Le championnat de France a été jumelé avec le Premier Open international de Danse historique.

Open Athlètes Danses
Ier Prix Bénédicte Soquet - Robert Germanski Valse "¨MorgenBlätter" - Mazur
2e Prix Angela Elsey - Jason Anderson Le Castle-Walk.
3e Prx Maryvonne Davin - Bruno Vindel La Mousmée

1er championnat de France de danse historique (2014)[modifier | modifier le code]

Les 5 et 6 juillet 2014 s'est tenu le tout premier championnat de France de danse historique, dans la salle de bal de la Mairie du 15e arrondissement de Paris.

La chorégraphie de l'épreuve imposée était lors de ce championnat le quadrille français de 1886, selon Eugène Giraudet.

Classement 2014 Athlètes Danses
Or Olivia Wély - Mike Gilavert Menuet de 1827
Argent Christine Degioanni - Eric Burté Boston Louis XV
Bronze Héloïse Marchal - Alexandre Emard Polka de Bohême

Le premier prix de danse de couple a été accordé, avec les félicitations du jury, à Olivia Wély et Jean-Guillaume Bart, sur la valse d'Eugène Onéguine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • M.Decitre, Dansez la France.Paris éditions Dumas 1945 ref éditeur 2045
  • M.Decitre, La lionnaise Cinq siècles de danses. Edition Lyon Artistique 1970
  • M.Decitre, Fêtes et chansons historiques et politiques. Editions Lugd 1991 ISBN 2-910979-21-0
  • Jean-Michel Guilcher, La contredanse et les renouvellements de la danse française, 1969, réédité en 2004 sous le titre La contredanse. Un tournant dans l'histoire française de la danse.
  • A. Riou, Y. Vart, et le groupe Révérences, Principes d'Allemandes par Mr Dubois de l'Opéra, étude critique et structurale, Fac similé et retranscription, reconstitution. Lyon, les auteurs, 1991.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Championnat de France de Danse Historique

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]