Danse africaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La danse africaine désigne les danses dansées en Afrique et faisant partie de la culture africaine[1].

Description[modifier | modifier le code]

Il y a plusieurs sortes de danses africaines énumérées dans la liste de danses. Ces danses ont toutes un contexte géographique, historique et social différent[1]. Elles servent à exprimer chaque étape dans la vie d'un homme africain. Elles sont pratiquées par des hommes, des femmes ou même des enfants qui dansent au rythme du djembé. Traditionnellement, ces danses sont effectuées lors des mariages, des fêtes et de célébrations.

Elles sont un moyen d'expression c'est-à-dire qu'elles servent à exprimer des émotions car le corps entier est suscité. Il faut donc beaucoup d’énergie et, à ce titre, elles sont recommandées pour les personnes souffrant de stress[2]. Depuis le début des années 2010, ces danses sont un phénomène de mode. Elles sont de plus en plus pratiquées aussi bien par les hommes, les femmes que les enfants. Ces danses sont inspirées par la faune[3] et apportent de la souplesse et de la résistance car les hommes réalisent des sauts et des acrobaties tandis que les femmes travaillent leur agilité des hanches. Le son du djembé est rapide et tonique. Il est réalisé par des professionnels mais peut être aussi enseigné. Bien sûr que la danse africaine qui regroupe différents types de danse noires est aujourd'hui enseignée dans le monde entier même par des Blancs[4]. Les danses africaines s'inspirent aussi à travers les activités des chasseurs redoutables initiés qui sont appelées chez les Ewes du Ghana, du Bénin et Togo Ablafo. Ces Ablafos sont des conservateurs soldats traditionnels des royaumes des Ewes et ce sont eux qui font des sacrifices des clans. Alors au cours des fêtes traditionnels les danseurs imitent leurs actions en danse qu'il appelle danse des chasseurs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Signification de la danse africaine », sur afrique-annuaire.com (consulté le )
  2. Claire Sassonia, « La danse africaine, pour se défouler », sur sante.journaldesfemmes.com, (consulté le )
  3. « Danse africaine », sur tecfa.unige.ch (consulté le )
  4. « Danse africaine - Ground control », sur www.groundcontrolparis.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Mahalia Lassibille, « « La danse africaine », une catégorie à déconstruire », Cahier d'études africaines, vol. 175,‎ (lire en ligne)