Dans l'empire des ténèbres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dans l'empire des ténèbres : un écrivain dans les geôles chinoises
Auteur Liao Yiwu
Pays Drapeau de Taïwan Taïwan
Préface Marie Holzman
Directeur de publication Marie Holzman, Jean-François Bouthors
Genre autobiographie
Version originale
Langue mandarin
Titre 我的證詞 Mon Témoignage (en mandarin)
Éditeur Chen Yun Publishing Company
Lieu de parution Taipei
Date de parution 2011
Version française
Traducteur Marie Holzman, Marc Raimbourg, Gao Yun
Éditeur François Bourin.
Collection Les Moutons noirs
Date de parution 2013
Nombre de pages 672
ISBN 2849413623
Chronologie

Dans l'empire des ténèbres : un écrivain dans les geôles chinoises est une œuvre du dissident chinois Liao Yiwu relatant quatre ans d'emprisonnement, de 1990 à 1994 dans le laogai. L'ouvrage comparé à celui de Soljenitsyne aurait pu ne pas être publié, en raison de l'acharnement de la censure chinoise[1].

Présentation[modifier | modifier le code]

En 1990 à propos des évènements de la place Tian'anmen de juin 1989, Liao Yiwu écrit un long poème Massacre qui lui vaut d'être condamné à quatre ans de prison[2], pour « incitation et propagande contre-révolutionnaire »[3].

Dans son ouvrage, Liao Yiwu évoque les « sans-grade d'un terrible système pénitentiaire et l'envers du décor de la Chine nouvelle »[4] : les « interrogatoires musclés des autorités », la faim de tous les instants, la saleté des prisons, les tortures par le détail, mais aussi les humiliations, les mensonges, les viols[5],[6].

Lecture critique[modifier | modifier le code]

Robert Badinter décrit Dans l'empire des ténèbres « comme l’un des grands livres de la littérature pénitentiaire, à côté de Soljenitsyne »[7]. Pierre Haski y note une « écriture rabelaisienne », un « humour ravageur » et « beaucoup d’autodérision », mais c'est aussi d'« une violence, physique et morale, insupportable »[7] Grégoire Leménager, critique littéraire au Nouvel Observateur, qualifie le livre Dans l'Empire des ténèbres de « magistral » et indique que Liu Xiaobo, un autre dissident chinois, le juge comme un « chef-d’œuvre »[8]. Le philosophe Michaël de Saint-Cheron évoque un « authentique chef-d’œuvre sur ses années d’incarcération »[9].

Publication[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. "Dans l'empire des ténèbres : un écrivain dans les geôles chinoises" de Yiwu Liao chez François Bourin éditeur (Paris, France)
  2. Dans l'empire des ténèbres, de Liao Yiwu L'Express, 18 janvier 2013
  3. Pascale Nivelle Liao Yiwu, supplicié chinois Libération, 16 janvier 2013
  4. Liao Yiwu, au cœur de l'actuel goulag chinois Mediapart, 5 février 2013
  5. Martine Bulard Liao Yiwu, l’ennemi que Pékin s’est fabriqué 22 janvier 2013
  6. Antoine Nouis Liao Yiwu, poète et dissident Réforme, 2 juin 2015
  7. a et b Pierre Haski Avec Liao Yiwu, voyage au bout de l’enfer du goulag chinois Rue89, 19 janvier 2013
  8. Liao Yiwu, le Soljenitsyne chinois Nouvel Observateur, 10 février 2013
  9. Michaël de Saint-Cheron Levinas en 3D « Malgré cela, Levinas aurait-il pu imaginer qu’un intellectuel chinois, vingt-cinq ans plus tard, un Liao Yiwu, poète exilé depuis 2011 en Allemagne, à cause de son combat pour la démocratie et la mémoire du Massacre (titre de son célèbre poème qui lui valut quatre ans de prison), prix pour la Paix des libraires allemands en 2012, Dans l'empire des Ténèbres, authentique chef-d’œuvre sur ses années d’incarcération, aurait une ligne sur la Shoah parlant de ces officiers nazis « émus aux larmes par la musique de Chopin ou de Mozart, mais [qui] n’avaient aucun scrupule à exterminer les Juifs dans les chambres à gaz » (p. 216-217) ? Oui, dans tout homme ou dans tout l’Homme, il y a le Juif, comme disait déjà Kafka. »

À voir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]