Danielle Thiéry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thiéry (homonymie).
Danielle Thiéry
Description de cette image, également commentée ci-après
Le Jour de gloire, dédicaces en 2013.
Naissance (70 ans)
Viévigne, Côte-d'Or, Drapeau de la France France
Activité principale
Romancière, commissaire divisionnaire de police
Distinctions
Prix du Quai des Orfèvres 2013 Festival Du Polar Bloody Fleury 2018
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Danielle Thiéry, née le à Viévigne[1] en Côte-d'Or, est une ancienne commissaire divisionnaire (l'une des premières femmes de l’histoire de la police française à accéder à ce grade), aujourd'hui écrivain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est née en Bourgogne en 1947. Son père est policier et son frère travaille chez les CRS. Elle fait, dans la deuxième partie des années 1960 des études de droit, et d'éducatrice spécialisée. Puis elle devient en 1969 inspectrice de police puis chef des « stups » à la Sûreté de Lyon[2].

Danielle Thiéry est l'une des premières femmes dans l'histoire de la police française à accéder au grade de commissaire en 1976[2],[3]. Elle est alors présentée dans les médias comme porte-parole de la cause féminine, participant à l'émission Les femmes à la barre (Radio France) avec la première femme à avoir gravi l'Everest ou encore de Régine Desforges[2].

En 1986, elle travaille à la sécurisation du tunnel sous la Manche. En 1989, elle devient la cheffe de la brigade de sécurité des chemins de fer (chargée de pacifier les trains de banlieue parisienne) puis, en 1991, la toute première femme commissaire divisionnaire[2],[4] (suivie la même année par Mireille Ballestrazzi et Martine Monteil[2]). Par la suite, elle travaille en tant que directrice de la sûreté pour de grandes entreprises françaises telles que Air France (vivant en direct la prise d'otage de 1994) ou La Poste[2],[5].

Elle entame sa carrière d'écrivain dans les années 1990. Elle publie de nombreux romans policiers ainsi que des scénarios à destination de la télévision[2],[5]. Depuis 2015, elle préside le jury spécial police du Festival du film policier de Beaune[5].

Mariée, elle est mère d'un fils et d'une fille[2].

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • 1995 : Mauvaise Graine, éditions J.-C Lattès ; réédition, Masque poche no 58, 2015
  • 1996 : Le Sang du bourreau, éditions J.-C Lattès ; réédition, Masque poche no 20, 2013
  • 1997 : La Petite Fille de Marie Gare, éditions Laffont
  • 1998 : La Guerre des nains, éditions Belfond
  • 1998 : Mises à mort, éditions Robert Laffont
  • 1999 : Et pire, si affinités, éditions Robert Laffont
  • 2002 : Origine inconnue, éditions Robert Laffont, réédition J'ai lu, 2015
  • 2001 : Affaire classée, éditions Robert Laffont, réédition J'ai lu, 2014
  • 2005 : Le Festin des anges, éditions Anne Carrière, réédition J'ai lu, 2014
  • 2008 : L'Ombre des morts, éditions Anne Carrière, réédition J'ai lu, 2015
Le prisonnier Albin Lovici est transféré d'une prison belge à une prison française. À la gare du Nord, le RAID est là pour assurer la sécurité lors du transfert. Malgré tout, une fusillade éclate. Un policier profite de la confusion pour assassiner le prisonnier. En parallèle à cette enquête, le commissaire Marion recherche pourquoi son amant ne répond plus lorsqu'elle essaie de le contacter.
Le règlement de comptes entre le policier ripoux et la commissaire Marion a lieu à côté de la statue de Dunkerque, sur le fronton qui domine la gare du Nord. Le ripoux succombe et Marion la commissaire intègre survit avec quelques blessures et poursuit avec quelques dents en moins son enquête sur la disparition de son amant.
  • 2011 : J'irai cracher dans vos soupes, éditions Jacob-Duvernet
  • 2011 : Crimes de Seine, éditions Rivages ; réédition, Rivages/Noir no 916
  • 2011 : BRI, histoire d'une unité d'élite, éditions Jacob-Duvernet
  • 2012 : Des clous dans le cœur, Fayard
  • 2013 : Le Jour de gloire, éditions Rivages ; réédition, Rivages/Noir no 994
  • 2014 : Echanges éditions Versilio (Parution 27/03/2014) Format epub, réédition J'ai lu, 2015
  • 2015 : Dérapages éditions Versilio, Paris, réédition J'ai lu, 2016 (Parution le 2/03/2016)
  • 2016 : Tabous éditions Ombres Noires (Parution sept. 2016)
  • 2018 : Féroce éditions Flammarion (Parution mars 2018)

Littérature jeunesse[modifier | modifier le code]

  • Nuit blanche au musée, éditions Syros
  • Les Trois Coups de minuit, éditions Syros
  • Les Enfants perdus, éditions France loisirs
  • Énigme au Grand Stade, éditions Syros

Prix obtenus[modifier | modifier le code]

  • Prix Bourgogne 1997 pour La petite fille de Marie Gare
  • Prix Polar 1998 et Prix Charles Exbrayat 1998 pour Mises à mort
  • Prix du Quai des Orfèvres 2013 pour Des clous dans le cœur

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice biographique sur le site du Festival International des Littératures Policières de Toulouse.
  2. a, b, c, d, e, f, g et h Jean-Marc Leclerc, « Danielle Thiéry, une plume et des crocs », Le Figaro,‎ , p. 36 (lire en ligne).
  3. « Concarneau. Des débuts sans bavure pour le festival du polar », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  4. Yann Plougastel, « Commissaire prisée », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. a, b et c « Festival du film policier de Beaune 2016 : Danielle Thiéry présidera le Jury spécial police », Francetv info,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

  • Quai no 1 : série télévisée à laquelle Danielle Thiéry a contribué

Liens externes[modifier | modifier le code]