Danielle Jacqui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Danielle Jacqui
Le pont de l'Huveaune, Pont-de-l'Étoile.jpg
"La maison de celle qui peint" depuis le pont de l'huveaune.
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (84 ans)
Nationalité
Activité

Danielle Jacqui, dite « Celle qui peint », est une peintre et sculptrice française, née le 2 février 1934 à Nice.

Elle vit à Roquevaire (Bouches-du-Rhône), où elle est célèbre pour avoir entièrement décoré sa maison.

Fondatrice du festival d'art singulier d'Aubagne, elle est l'une des plus emblématiques figures de ce mouvement issu de l'art brut (Neuve Invention) et de l'« art hors-les-normes ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Danielle Jacqui naît d'un père joaillier et d'une mère militante féministe. La rapide séparation de ses parents constitue un déchirement à la suite duquel elle est placée en pension, pour être finalement confiée à un couple d'instituteurs en 1945. Elle est alors soumise et admise dans un processus appelé alors "école nouvelle" de type -Julien- ou Freinet au centre scolaire; "li Pitchoun Mistralen" devenu "Torchok" au château Mistral à Saint-Rémy-de-Provence, puis république des enfants lors de la transplantation de l'école à Moulin Vieux Lavaldens Isère ce qui ouvrira durablement son expression en développement d'une énergie de libre expression à défaut d'un champ de scolarité normal.

Des études en dents de scie, jusqu'en fin de "seconde", elle doit arrêter ses études et se marie, à l'âge de 18 ans. Elle aura et élèvera quatre enfants.

À la suite de son divorce en 1970, elle devient brocanteuse, métier qui lui donne une culture avant tout tactile, par l'objet, et entre autres, le goût de la récupération.

À partir de cette époque, elle entame conjointement une production de peintre qu'elle commence à montrer.

Une autobiographie circonstanciée en cours de rédaction énumèrera ce parcours et aventure artistique dans un proche avenir.

L'investissement dans son intérieur n'a eu de cesse à partir du jour où elle entra en possession d'un intérieur sien. De sa propre maison, c'est dans le naturel qui la caractérise qu'en résultat, pas un seul centimètre carré sans son intervention en peinture, mosaïques, et autres broderies s'est fait jour.

En 1990, elle fonde et organise le festival d'art singulier d'Aubagne.

À partir de novembre 2006, elle est invitée en résidence d'artiste en lieu de la céramique à Aubagne, et elle inaugure et poursuit un travail d'ensemble sur plusieurs centaines de m2 des sculptures en céramique de grès qui formeront l'ensemble conceptualisé par ses soins en colossal d'art brut-ORGANuGAMME-

travail énorme et fabuleux qui finalement dédaigné par la Ville d'Aubagne, est parti sur donation en plusieurs lieux en France et majoritairement a été adopté par la Ville de Renens en Suisse qui doit élever la chose!

Le travail de Danielle Jacqui est représenté dans des lieux et collections concernant l'art singulier : la Fabuloserie (Dicy), le Musée de la Création Franche (Bègles), le musée international d'art naïf Anatole Jakovsky (Nice)… La collection de l'art brut à Lausanne

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

La Maison de Celle-qui-peint est mentionnée dans plusieurs ouvrages traitant des environnements visionnaires :

  • Claude Arz, La France insolite, Paris, Hachette,
  • John Maizels et Deidi Von Shaeuven, Mondes imaginaires, Paris, Taschen,

Liens externes[modifier | modifier le code]