Danielle Casanova (cruise-ferry)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Danielle Casanova (ferry))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Danielle Casanova (homonymie).
Danielle Casanova
Image illustrative de l'article Danielle Casanova (cruise-ferry)
Le Danielle Casanova à Marseille.

Autres noms Méditerranée (sur cale)
Type Cruise-ferry
Histoire
Chantier naval Fincantieri, Ancône, Drapeau de l'Italie Italie (#6081)
Commandé
Quille posée
Lancement
Mise en service
Statut En service
Équipage
Équipage 172
Caractéristiques techniques
Longueur 176 m
Maître-bau 30,40 m
Tirant d'eau 6,62 m
Tirant d'air 48 m
Déplacement 20 537 t
Port en lourd 3 400 tpl
Tonnage 41 447 UMS
Propulsion 4 moteurs Wärtsilä 9L46C
Puissance 37 800 kW ou 50 000 ch
Vitesse 24 nœuds
Caractéristiques commerciales
Pont 13
Capacité 2 400 passagers
700 voitures
Carrière
Armateur SNCM (2002-2016)
MCM (2016)
Robin de Malet Fiduciaire (depuis mai 2016)
Affréteur Maritima Ferries (2016)
Corsica Linea (depuis mai 2016)
Pavillon Drapeau de la France France
Port d'attache Marseille (sur cale)
Ajaccio (depuis avril 2002)
Indicatif FILL
IMO 9230476
Coût 150 millions d'euros

Le Danielle Casanova est un cruise-ferry construit pour la Société nationale maritime Corse Méditerranée. Initialement nommé Méditerranée, le navire est finalement baptisé du nom de Danielle Casanova, militante communiste et résistante corse morte en déportation à Auschwitz en 1943. Assurant depuis sa mise en service en 2002 les liaisons avec la Corse et le Maghreb, il est, depuis la vente du Napoléon Bonaparte en avril 2014, le fleuron de la SNCM puis de Corsica Linea qui lui succède en 2016.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

À l'aube du nouveau millénaire, la SNCM emploie sur le réseau Maghreb deux navires vieillissants, le Napoléon et le Liberté respectivement mis en service en 1976 et 1980. De plus, algériens comme tunisiens ont renouvelé leur flotte avec des car-ferries neufs en 1995 (Tariq Ibn Ziad pour l'ENTMV) et 1999 (Carthage pour la CTN) sur les lignes d’Alger et de Tunis. La flotte française exploitée sur l'Afrique du Nord doit être renouvelée. À l’issue de tables rondes instaurées par le ministre des Transports Jean-Claude Gayssot, réunissant direction, représentants du personnel et de l’État, il est conclu que le Napoléon et le Liberté doivent être remplacés. Le Danielle Casanova (avec l’accord de l’OTC) sera transféré sur les lignes du Maghreb, alors qu’un navire neuf ou d’occasion entrera en flotte. Aucun navire d'occasion ne correspondant aux besoins de la SNCM n'ayant été trouvé, la compagnie envisage alors la commande d’une unité neuve, après accord des autorités de tutelle et définition des besoins par l’OTC. Un appel d’offres est lancé en octobre 1999. Les caractéristiques de ce navire doivent permettre à la SNCM de le positionner sur les lignes de la Corse au départ de Marseille, à la place du Danielle Casanova, améliorant la desserte de l'île, harmonisée au standard du Napoléon Bonaparte. Le nouveau navire s'en inspirera largement et aura une capacité d’environ 2 200 passagers et 700 véhicules. Inversement, la capacité d’emport, la vitesse et le standard de confort du Danielle Casanova permettront de répondre de manière satisfaisante aux attentes de la clientèle des lignes du Maghreb. De plus, l’augmentation de la capacité permettra d’accompagner la reprise du trafic avec l'Algérie engendrée par la situation politique apaisée de ce pays. La vitesse de ce navire autorisera également une utilisation intensive en été, sans risque de supprimer une rotation en cas de retard. Mais la capacité offerte demeurant malgré tout insuffisante par rapport au marché, le renfort de l'Île de Beauté est nécessaire. Il est alors projeté d’affecter ce navire sur le Maghreb quatre jours par semaine pendant l’été. Mais le transfert du Danielle Casanova sur le Maghreb va susciter des réactions de la part de diverses associations aussi bien corses que de résistants. Elles tiennent en effet à ce que le nom de la résistante soit toujours présent sur la Corse. C’est la raison pour laquelle, quelques mois avant la mise en service du nouveau navire, initialement nommé Méditerranée, celui-ci inverse son patronyme avec son aîné. L'appel d’offres international aboutira à la signature du contrat de construction avec les chantiers navals italiens Fincantieri, sa réalisation étant confiée au site d’Ancône. C’est une première pour la SNCM avec le groupe italien ; les Chantiers de l’Atlantique à Saint-Nazaire ayant décliné l’offre en raison d’un plan de charge incompatible avec le délai demandé par la SNCM. Pour le financement, plusieurs solutions sont envisagées : Après avoir songé à une dotation en capital de la part de l’État, à travers la création d’une filiale – SNCM International - pour le marché libre extracommunautaire, la direction a recours à un GIE fiscal. En effet, bien que le navire ne soit pas acquis en pleine propriété, cette solution, promue par l’État, permet alors à la compagnie de retirer certains avantages fiscaux tout en étant susceptible, à terme, de se porter acquéreur à titre permanent du navire.

Construction[modifier | modifier le code]

Le contrat de construction est signé le 23 mars 2000 entre la SNCM et les chantiers Fincantieri. Le navire est construit aux chantiers d’Ancône, il est le premier navire de la compagnie dont la commande est passée auprès d’un chantier étranger. La mise sur cale du premier bloc a lieu le 28 février 2001. La mise à l’eau du navire, sous le nom de Méditerranée, se déroule le 28 novembre 2001 ; pour cette occasion, la marraine est la yachtwoman Christina Monini. Le Danielle Casanova est livré le 26 juin 2002. La construction du navire représente une œuvre de la coopération industrielle européenne : ainsi, les principaux organes de la machinerie sont finlandais, les chaudières danoises, les hélices néerlandaises, les arbres porte hélices tchèques, les ponts car-decks espagnols et les sabords français. Le navire, bien que grandement inspiré par le Napoléon Bonaparte, sera conçu avec un souci d’économie. C’est ainsi que l’architecture générale sera articulée autour d’un tambour central, ce qui supprime ainsi les doublons au niveau des cheminées, mais aussi des ascenseurs et des escaliers, cette fois logés dans la partie centrale. Mais les lignes reprennent dans leur ensemble celles de son prédécesseur, notamment avec la grande passerelle panoramique, les embarcations de sauvetage intégrées dans le bordée de la coque. On retrouve également les immenses baies vitrées ouvrant sur la mer de vastes halls aux très hauts plafonds et qui font du Danielle Casanova un navire lumineux.

Service[modifier | modifier le code]

alternative textuelle
Le Danielle Casanova sous l'ancienne livrée « SNCM Ferryterranée » dans le port d'Ajaccio en 2004.

Parti le 29 juin 2002 d'Ancône, le Danielle Casanova sera livré avec retard par les chantiers italiens au début de la saison estivale. Les cinquante heures de voyage permettent à la fois de finaliser certains détails dans les aménagements intérieurs par de nombreux ouvriers des chantiers embarqués mais également de procéder à divers essais concernant les aptitudes de navigation du navire. Celui-ci va se révéler être « une réussite sur le plan nautique » selon les propres termes du président de la SNCM à la presse, M. Vieu. Le 1er juillet 2002 vers 9h00, le Danielle Casanova, au grand pavois, arrive pour la première fois à Marseille, salué par un bateau pompe et les coups de sirène du Méditerranée, du Paglia Orba et du Monte d'Oro. Il accoste au poste 76. Le 5 juillet, à 21h50, le Danielle Casanova quitte Marseille pour son premier voyage commercial, à destination d'Ajaccio sous les ordres du commandant Didier Oberlin. Le navire arrive le lendemain à 6h43 ; il est présenté à la presse avant d’appareiller à 9h40, pour Marseille. Le navire devait être baptisé à Ajaccio le 9 septembre 2002 par Mgr André Lacrampe, évêque d'Ajaccio, le jour de l'anniversaire de la libération de l'île, sa marraine devait être Marie-José Nat, cependant, le baptême est annulé pour des raisons de menaces de blocage par les marins de la CGT. Le 5 octobre, le Danielle Casanova arrive pour la première fois à Civitavecchia. À son bord ont pris place 1 400 pèlerins qui seront hébergés pendant tout leur séjour à Rome. Le navire appareille le 7 octobre, pour Marseille. Entre le 15 novembre et le 13 décembre, le car-ferry est en arrêt technique de garantie aux chantiers Fincantieri à Gênes. Il subsistait, depuis sa mise en service, quelques problèmes de finition et de mises au point, notamment en ce qui concerne les aménagements intérieurs, durant l’été ; la sécurité du navire n’ayant cependant jamais été mise en cause pendant son exploitation, 1 700 points à reprendre seront répertoriés par la SNCM avant le retour du navire aux chantiers.

Le 1er juillet 2003, le Danielle Casanova entame sa manœuvre d’accostage dans le port de Marseille, le vent est de secteur ouest, d'environ 15 nœuds ; l’ancre bâbord est en penaud. Par le travers du Napoléon Bonaparte amarré au poste 80, le vent fraîchit brusquement à 30 nœuds ; une manœuvre est opérée afin d’éviter la collision et l’ancre bâbord est mouillée. Le navire, finissant son erre, vient appuyer son bulbe d’étrave sur le ponton Cassiopée, entraînant la rupture de l’un de ses amarrages. Le ponton s’écarte du quai, alors qu’ont lieu les opérations d’embarquement des véhicules du Paglia Orba, amarré au poste 78 ; une voiture avec deux passagers chute dans les eaux du port, ainsi que le commandant du cargo, venu faire signe d’évacuer. Celui-ci ainsi que le conducteur sont rapidement secourus, alors que la passagère reste coincée à l'intérieur du véhicule, qui coule rapidement, malgré l'intervention de deux personnes qui ont sauté à l’eau. Les marins pompiers interviennent immédiatement sur les lieux et organisent les recherches. La voiture est sortie de l’eau à 20h10 avec son occupante, malheureusement décédée.

Le 5 janvier 2004 a lieu le départ du voyage inaugural de la reprise par la SNCM de l’exploitation sur Oran en Algérie, avec la première arrivée du navire à 11h50 le 6 janvier. Dans la nuit du 6 au 7 août, entre Toulon et Ajaccio, un membre d’équipage tombe à la mer. L’officier de quart à la passerelle est prévenu quelques minutes plus tard. Après réception du message de détresse, plusieurs navires se déroutent pour participer aux recherches : le Girolata de la CMN, le Monte d'Oro de la SNCM, le Mega Express Two de Corsica Ferries, le qatari Ibn Al Fujaa ainsi que le paquebot Brillance of the Seas. Deux hélicoptères sont également envoyés sur zone par le CrossMed, un Dauphin dans un premier temps, puis un Super Frelon venu le remplacer. À l'aube, l'homme est repéré vivant, après plus de trois heures dans l'eau, par plusieurs veilleurs du Danielle Casanova postés au pont 6 à tribord. Il est alors repêché par le Super Frelon.

alternative textuelle
Le Danielle Casanova sous les couleurs de la SNCM dans le port d'Ajaccio en 2011.

Durant l’arrêt technique du 6 mars au 7 avril 2006, le Danielle Casanova reçoit la nouvelle livrée SNCM.

Le 1er avril 2007 au matin, les concurrents du Rallye Optic 2000 débarquent à Propriano pour parcourir la première étape de l’épreuve. À la suite de celle-ci, les véhicules embarquent de nouveau sur le Danielle Casanova qui appareille vers 16h00 pour rejoindre Tunis.

Le 22 novembre 2009, à 4h00 du matin, entre Marseille et Tunis, le docteur Hubscher, médecin du bord, est prévenu qu'une passagère est sur le point de faire une fausse couche. Heureusement, une vingtaine de minutes plus tard, une petite fille, prématurée, a pu naître. Le contact est établi avec l'Hôpital Purpan de Toulouse pour assistance télé médicale et avec le MRCC de Rome. En attente d'instructions du centre italien, le navire se déroute vers Cagliari. Il lui est signalé vers 5h00 qu’aucun hélicoptère n’étant disponible, il faut rejoindre cette ville. Près de deux heures plus tard, le Danielle Casanova s’immobilise dans la rade du port sarde, en attente d’une vedette. Celle-ci arrive le long du bord vers 7h30 ; deux médecins ainsi qu’une infirmière embarquent sur le navire. Mais au bout d'une heure, en raison de l'impossibilité de transférer la couveuse depuis la vedette, il est décidé d’accoster. A 9h00, une fois à quai, des véhicules doivent être débarqués afin de faciliter l’accès au garage d’une ambulance et d’une couveuse. Une demi-heure plus tard, l'enfant et la mère peuvent être évacués vers l’hôpital de Cagliari. Après le réembarquement des véhicules et les formalités nécessaires, le Danielle Casanova peut appareiller pour Tunis à 11h00.

En décembre 2013, en raison de dysfonctionnements récurrents de la porte rampe avant, les portes d’étrave sont soudées[1].

Le 13 août 2014, le Danielle Casanova effectue sa première et dernière escale à Porto-Vecchio pour le compte de la SNCM.

En mai 2015, des portes étanches sont installées au pont 3 garage[2].

Le 5 janvier 2016 le navire est transféré à la Maritime Corse Méditerranée, nouvelle société créée à la suite de la reprise de la SNCM par transporteur corse Rocca. Le 13 mai, une fiducie sur le Danielle Casanova et le Pascal Paoli est signée par les nouveaux propriétaires des navires, le consortium détenant Corsica Linea, afin de garantir le financement de la nouvelle compagnie[3]. Durant l'arrêt technique de mai à juin 2016, le Danielle Casanova reçoit la nouvelle livrée « Corsica Linea ». Le navire est alors affecté sur la Tunisie pour la saison 2016 et effectue seulement deux traversée à destination de la Corse, l'une vers Bastia le 7 août et l'autre vers Ajaccio le 13.

Les 9 et 15 avril 2017, le navire réalise deux traversées exceptionnelles entre Marseille et Porto-Vecchio afin de palier l'indisponibilité du Paglia Orba immobilisé pour raisons techniques. En mai, le Danielle Casanova est spécialement affrété pour transporter la caravane de l'évènement cycliste Explore Corsica organisé par Amaury Sport Organisation et parrainé par la journaliste Nathalie Simon. Certaines célébrités du monde cycliste participent à cet évènement, notamment Cadel Evans, vainqueur du Tour de France 2011. Le navire quitte Marseille le 24 mai à 21h00 et arrive à Bastia le lendemain à 7h00. Une fois la 1re étape terminée, le cruise-ferry quitte Bastia à 23h00 et fait route vers Porto-Vecchio. Le navire reste alors une nuit à quai avant d'appareiller pour Propriano le 27 mai à 9h00. Le cap est ensuite mis sur L'Île-Rousse pour débarquer les participants puis vers Bastia afin de les récupérer au terme de la dernière étape de l'évènement qui se clôture le 29 mai à 8h00 avec l'arrivée du Danielle Casanova à Marseille.

Aménagements[modifier | modifier le code]

Locaux communs[modifier | modifier le code]

Le bar l'Alhambra.
La réception du navire.
Facade du restaurant les Calanques
le self-service les Arbousiers

Le Danielle Casanova propose à ses passagers des installations diverses et variées pendant la traversée principalement situées sur les ponts 10 et 11. Le navire possède un bar salon panoramique, une discothèque, une galerie marchande, trois espaces de restauration, une salle de conférence, une piscine, un solarium et un salon de 320 fauteuils. Si l'on se réfère toujours au Napoléon Bonaparte, la piscine est à l’extérieur, la Vigie et un pont sont supprimés, le grand bar avant ne possède pas de mezzanine. La décoration est moins classique et se traduit essentiellement par des coloris plus chatoyants.

  • L'Alhambra : Le vaste bar-salon principal situé à la proue du navire qui offre une vue panoramique sur la mer avec ses larges baies vitrées, des divertissements y sont proposés suivant les traversées ;
  • Le Cap Canaille  : Le bar-discothèque du navire situé au milieu tribord sur pont 10 ;
  • La Crique : Un espace de restauration rapide situé à la poupe du navire sur le pont 10, comprend également la piscine extérieure du navire et le bar adjacent ;
  • Les Arbousiers : Le self-service du navire situé à la poupe du navire sur le pont 9 ;
  • Le Girolata : Le restaurant du navire situé au milieu du côté tribord ;
  • Les Calanques : Le restaurant gastronomique du navire situé au milieu sur le pont 9 ;
  • La boutique : La galerie marchande du navire située au milieu du pont 10. Duty free sur les lignes du Maghreb ;
  • La salle de conférence : Située à la proue du navire au milieu du pont 9, elle peut être réservée pour y organiser des réunions ou des meetings ;
  • La piscine : La piscine du navire située à la poupe sur le pont 10 ;
  • Le solarium : Il est situé à la proue du navire sur le pont 11 ;
  • Les salons fauteuils : Deux salons dénommées « Gibraltar » et « Bosphore » regroupant 320 fauteuils situé à la poupe sur le pont 5, à la disposition des passagers n'ayant pas de cabines.

Cabines[modifier | modifier le code]

Salon d'une des 12 suite du Danielle Casanova.
Cabine extérieure.

Le Danielle Casanova possède 470 cabines situées sur les ponts de 5 à 9. 268 d'entre elles situées aux ponts 5, 6, 7 et 8 sont externes et sont pourvues de sanitaires complets ainsi que de la télévision, 107 aux ponts 6, 7 et 8 sont internes et disposent également de sanitaires et 81 du pont 5 sont internes et disposent d'un lavabo. La majorité de ces cabines comportent une à quatre couchettes et une armoire est à la disposition des occupants. Quelques unes d'entre elles disposent d'un grand lit à deux places. Au pont 9 se trouvent les suites de luxe pouvant loger jusqu'à quatre personnes et séparée en deux pièces : une chambre contenant un grand lit à deux places et un salon équipé de deux couchettes ainsi que de la télévision et des sanitaires. Les cabines et coursives des ponts 5 et 7 sont décorées d'une moquette et de portes vertes, tandis que les cabines et coursives des ponts 6 et 8 sont décorées d'une moquette et de portes rouges, les coursives abritant les suites sont, pour leur part boisées avec une moquette bleue. L'accès aux cabines se fait au moyen d'un digicode inscrit sur la carte d'embarquement du passager, à chaque traversée, ce digicode est modifié.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le Danielle Casanova dans le port de Toulon.
Le garage du Danielle Casanova lui permet d'embarquer à son bord 700 véhicules.

Le Danielle Casanova mesure 176 mètres de long pour 30,40 mètres de large, son tirant d'eau est de 6,70 mètres et sa cheminée culmine à 48 mètres. Sa jauge brute est de 41 447 tonneaux. Le navire peut embarquer 2 400 passagers et possède un garage pouvant contenir 700 véhicules répartis sur 2 niveaux et accessible par deux portes-rampes arrières de 8 mètres de large et 5 mètres de haut (le navire possédait à l'origine une porte-rampe avant de 5 mètres de large et 5 mètres de haut qui a été soudée lors d'un arrêt technique en décembre 2013). Il est entièrement climatisé. Il possède 4 moteurs Wärtsilä 9L46C développant une capacité de 37 800 kW entraînant 2 hélices Lips à pas variable de 5 m de diamètre faisant filer le bâtiment à plus de 24 nœuds. Le car-ferry est en outre doté de deux propulseurs d’étrave Lips de 1 600 kW chacun et d'un stabilisateur anti-roulis à deux ailerons repliables. Le navire est pourvu de six embarcations de sauvetages fermées de grande taille prévues pour l'évacuation de 900 personnes, complétées par deux embarcations semi-rigides ainsi que de nombreux radeaux de survie.

Lignes desservies[modifier | modifier le code]

À sa mise en service, le Danielle Casanova était placé sur les lignes de la Corse, principalement au départ de Marseille ou Toulon à destination de Bastia, d'Ajaccio et de Propriano. Il desservait également Porto Torres en Sardaigne. Le navire était aussi employé sur la desserte de la Tunisie et de l'Algérie, notamment en basse saison. En saison, le navire réalisait quelques rotations entre Toulon et Tunis les jours de pointe. La SNCM utilisait également le Danielle Casanova pour de petites croisières, ou « escapades », vers l'Espagne (Valence, Barcelone, Palma de Majorque) ou l'Italie (Civitavecchia, Naples, Palerme). Le navire a été également quelquefois employé pour des convoyages exceptionnels de véhicules neufs (vers la Turquie ou l'Italie). Il a en outre été régulièrement affrété par l’organisateur du Rallye Optic 2000 afin de convoyer les participants vers la Tunisie au départ de Nice ou Toulon. En 2014 le Danielle Casanova est placé sur la desserte simultanée de la Corse et du Maghreb. Pour la saison 2015, le navire est placé sur la ligne Marseille - Tunis principalement, puis en juillet et août sur les lignes depuis Marseille vers Bastia, Ajaccio et Propriano pendant les périodes de pointe. Depuis 2016, pour le compte de Corsica Linea, le navire est employé toute l'année sur la ligne Marseille - Tunis, hors saison sur Marseille - Alger et sur Bastia et Ajaccio en saison les jours de pointe.

Pour 2018, le navire est affecté aux lignes suivantes :

Ligne Période
MarseilleTunis Toute l'année
Marseille ↔ Alger Hors saison
Marseille ↔ Ajaccio En saison (le week-end)
Marseille ↔ Bastia En saison (le week-end)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]