Danielle Arbid

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Danielle Arbid
Danielle Arbid - LReneģe 2019.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (50 ans)
BeyrouthVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
دانيال عربيدVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Française
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Distinctions

Danielle Arbid, née le à Beyrouth, est une réalisatrice française d'origine libanaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'origine libanaise, Danielle Arbid étudie la littérature comparée à la Sorbonne-Nouvelle Paris 3 et le journalisme au CFPJ, rue du Louvre.[réf. nécessaire]

Elle réalise des films depuis 1997. Son premier court-métrage est produit par le Groupe de recherches et d'essais cinématographiques. Elle alterne fiction, essai et documentaire.

Sélectionnés par de nombreux festivals en France et dans le monde (Cannes, Toronto, New York, San Francisco, Locarno, Pusan, Tokyo, , etc.) ses films fictions ou documentaires ont reçu des dizaines de récompenses prestigieuses.[1],[2]

Son premier documentaire, Seule avec la guerre a reçu le Léopard d’Argent vidéo au festival de Locarno et le Prix Albert-Londres en 2001, faisant d'elle une des plus jeunes lauréates du prix. Trois ans plus tard, elle reçoit le Léopard d’Or vidéo pour l'essai Conversations de salon au festival de Locarno en 2004 et la Villa Médicis hors les murs pour le documentaire Aux Frontières.

En 2004 et 2007 ses deux longs-métrages de fiction Dans les champs de bataille et Un homme perdu sont sélectionnés successivement à Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes, recevant le Label Europa Cinemas de la Quinzaine des réalisateurs et le Grand prix du festival de Milan ou le Reflet d'or au festival de Genève, entre autres.

Elle tourne Beyrouth hôtel en 2011, un téléfilm pour Arte, programmé en janvier 2012, qui réalise une des meilleurs audiences fiction de la chaîne[réf. nécessaire].

En 2015, elle réalise son troisième long-métrage de fiction, Peur de rien[3]. avec notamment Vincent Lacoste et Dominique Blanc. Le film reçoit le prix de l'Académie Lumière de la Presse étrangère en France et entre autres le prix de la meilleure actrice au festival des Arcs pour Manal Issa[4], qu'elle révélé dans ce film.

Plusieurs rétrospectives ont été organisées autour de ses films à Paris cinéma en 2007 / festival de Bastia en 2007/ Festival de Gijon (Espagne) en 2007 / Festival de La Rochelle en 2008[5] et Festival dei Popoli (Florence) 2016[6]

Presque tous les films de Danielle Arbid ont été censurés ou interdit au Liban (son pays d'origine) et au Moyen-Orient. Elle a intenté un procès à l’État libanais en 2012 pour avoir censuré Beyrouth Hotel[7]et pour abroger la loi sur la censure[8], procès qu'elle a perdu.

« En général mes films exposent des secrets. À cause de cela beaucoup de gens estiment que je suis une provocatrice, que je pose la caméra là ou ça dérange, que je le fais avec une impertinence jouissive. Et que je ne suis pas du tout représentative du monde arabe d'où je viens. Moi je trouve même dans cette détestation, une force pour faire encore des films. Car au-delà de la provocation pure, c'est la désobéissance qui m'intéresse » explique-t-elle dans une interview du journal du festival de la Rochelle en 2012[réf. nécessaire].

Danielle Arbid est occasionnellement actrice (Thierry de Peretti Les Apaches, Katell Killevéré Réparer les vivants).

Elle est monteuse et cadreuse de ses films essais. Elle est aussi photographe et a exposé à la Galerie Cinéma à Paris (novembre 2015 / janvier 16)[9] et au salon Photomed à Beyrouth (janvier-février 2017)[10].

Elle intervient à La Femis et à Académie du film du Bade-Wurtemberg (Allemagne).

Elle a fait l’objet d’un film portrait, Danielle Arbid, un chant de bataille en 2017 réalisé par Yannick Casanova dans la prestigieuse série Cinéastes de notre temps dirigée par André S. Labarthe[11].

Elle a réalisé en 2018, Le feu au cœur pour la 3e scène de l’Opéra de Paris[12].

En 2020 elle a terminé son quatrième long-métrage de fiction, Passion simple, qui est l'adaptation du roman Passion simple d'Annie Ernaux[13],[14] avec dans les rôles principaux l'actrice française Laetitia Dosch et la star du ballet mondial Sergueï Polounine[15],[16] Passion Simple est annoncé en Sélection Officielle du festival de Cannes 2020 [17] au festival de San Sebastian, Toronto, Zurich, Busan, Lumière, etc.[18],[19],[20],[21],[22],[23],[24]

Danielle Arbid est membre du collectif 50/50 qui a pour but de promouvoir l’égalité des femmes et des hommes et la diversité dans le cinéma et l’audiovisuel[25],[26],[27]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme réalisatrice[modifier | modifier le code]

Courts métrages, documentaires et vidéos[modifier | modifier le code]

  • 1998 : Raddem (fiction, 17 min)
  • 1999 : Le Passeur (fiction, 13 min)
  • 2000 : Seule avec la guerre (documentaire 59 min)[28]
  • 2002 : Étrangère (fiction, 45 min)
  • 2002 : Aux frontières (documentaire 58 min)
  • 2004 : Conversation de salon 1-2-3 (vidéo essai 29 min)
  • 2005 : Nihna / Nous (vidéo essai 11 min)
  • 2008 : This Smell Of Sex (vidéo essai, 20 min 25 s)[29]
  • 2009 : Conversation de salon 4-5-6 (vidéo essai 30 min)
  • 2012 : Saat Saat (vidéoclip)
  • 2016 : Balcoon (Videoclip pour Bachar Mar khalife)[30]
  • 2015 : Allo Chérie (vidéo essai 24 min)[31]
  • 2017 : Le Feu au cœur (vidéo pour la 3e scène de l'Opéra)

Longs métrages de fiction[modifier | modifier le code]

Comme actrice[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Danielle Arbid, Prix Albert-Londres », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 22 avril 2020)
  2. « Arbid, aux frontières de l'image. », sur Libération.fr, (consulté le 22 avril 2020)
  3. « Numéro 25. La fougue de Danielle Arbid », sur France Culture (consulté le 22 avril 2020)
  4. « Avril 2017 – n°732 | Cahiers du Cinéma » (consulté le 23 avril 2020)
  5. http://archives.festival-larochelle.org/festival-2008/danielle-arbid
  6. « Danielle Arbid 1/5 », sur France Culture (consulté le 22 avril 2020)
  7. Bettina Braun, « Liban: "Beirut Hotel" de Danielle Arbid interdit de projection », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne, consulté le 3 septembre 2020).
  8. Colette KHALAF, « Danielle Arbid vs l’État libanais - Colette KHALAF », sur L'Orient-Le Jour, (consulté le 22 avril 2020)
  9. Philippine Jardin, « Trois « Exotic Girls » libanaises chamboulent Paris - Philippine Jardin », sur L'Orient-Le Jour, (consulté le 22 avril 2020)
  10. « Beyrouth Photomed 2017 : Danielle Arbid, Exotic Girls », sur L'Œil de la Photographie Magazine, (consulté le 22 avril 2020)
  11. « Cinéma de Notre Temps : Danielle Arbid – Un chant de bataille », sur Cinéma du réel (consulté le 24 octobre 2020)
  12. « LE FEU AU CŒUR », sur Opéra national de Paris (consulté le 24 octobre 2020)
  13. (en) Melanie Goodfellow2019-01-22T09:04:00+00:00, « Sergei Polunin, Laetitia Dosch join cast of Danielle Arbid's 'Passion Simple' (exclusive) », sur Screen (consulté le 22 avril 2020)
  14. (en-US) Laura Cappelle, « A Voice in French Literature: Her Own », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 22 avril 2020)
  15. « “J’aurais pu être meilleur danseur si je n’avais pas passé toutes mes soirées en boîte, ni pris autant de coke.” Rencontre avec le danseur star Sergei Polunin », sur Numéro Magazine, (consulté le 22 avril 2020)
  16. (es) « Serguéi Polunin, el 'demonio' ruso que tiene la cara de Putin tatuada en el pecho: "Hay buenos y malos en cada país" », sur ELMUNDO, (consulté le 24 octobre 2020)
  17. « Cannes 2020 : les 12 films qu'on a hâte de découvrir », sur Les Inrockuptibles, (consulté le 22 juin 2020)
  18. (en-US) Guy Lodge et Guy Lodge, « ‘Simple Passion’ Review: Explicit But Not Exploitative Erotic Drama Benefits From a Sharp Female Gaze », sur Variety, (consulté le 24 octobre 2020)
  19. « The Official Selection 2020 at the Busan International Festival », sur WebWire (consulté le 24 octobre 2020)
  20. « Toute la présence française au 68e Festival de San Sebastián », sur www.unifrance.org (consulté le 24 octobre 2020)
  21. (en) Jonathan Romney2020-09-21T06:00:00+01:00, « ‘Passion Simple’: San Sebastian Review », sur Screen (consulté le 24 octobre 2020)
  22. (en-US) « TIFF 2020 film review: 'Passion Simple' », sur Escape Into Film (consulté le 24 octobre 2020)
  23. « Critique : Passion simple », sur Cineuropa - le meilleur du cinéma européen (consulté le 24 octobre 2020)
  24. « Cannes à Lyon : Danielle Arbid, réalisatrice de Passion simple », sur www.festival-lumiere.org (consulté le 24 octobre 2020)
  25. « Femmes dans le cinéma : "La parité n'est pas qu'un problème de nana !" », sur LExpress.fr, (consulté le 3 avril 2020)
  26. « Le collectif 5050 », sur collectif5050.com (consulté le 5 avril 2020)
  27. « Septembre 2012 – n°681 | Cahiers du Cinéma » (consulté le 23 avril 2020)
  28. pointligneplan, « Danielle Arbid machine », sur pointligneplan (consulté le 22 avril 2020)
  29. « Photomed 2016 travaux video de Béatrice Pediconi, Danielle Arbid, Louidji Beltrame et Antoine d'Agata », sur Videodrome 2, (consulté le 22 avril 2020)
  30. « Bachar Mar-Khalifé déclare son amour à Beyrouth dans un nouveau clip », sur Les Inrocks, (consulté le 22 avril 2020)
  31. « film-documentaire.fr - Portail du film documentaire », sur www.film-documentaire.fr (consulté le 22 avril 2020)
  32. « Critique : Dans les champs de bataille, de Danielle Arbid », sur Critikat, (consulté le 22 avril 2020)
  33. « Dans les champs de bataille (Maarek Hob) », sur Quinzaine des Réalisateurs (consulté le 22 avril 2020)
  34. « Un homme perdu », sur Premiere.fr (consulté le 22 avril 2020)
  35. « Un homme perdu », sur Quinzaine des Réalisateurs (consulté le 22 avril 2020)
  36. « Beirut Blues », sur REORIENT - Middle Eastern Arts and Culture Magazine (consulté le 22 avril 2020)
  37. « «Peur de rien», un nerf de liberté », sur Libération.fr, (consulté le 22 avril 2020)
  38. « "Peur de rien" de Danielle Arbid : un film lumineux, viscéral et plein de souffle », sur leplus.nouvelobs.com (consulté le 22 avril 2020)
  39. « Danielle Arbid souffle un vent de liberté », sur France Culture (consulté le 22 avril 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]