Daniel Schechter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schechter.
Daniel Schechter
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à MiamiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité(s) États-UnisVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Formation université ColumbiaVoir et modifier les données sur Wikidata
Profession(s) psychiatre, neuroscientifique (en) et psychanalysteVoir et modifier les données sur Wikidata

Daniel S. Schechter (né le 15 août 1962 à Miami) est un psychiatre de l'enfant et de l'adolescent, un chercheur en neurosciences cliniques, et un psychanalyste américain.

Il est actuellement chargé de cours en psychiatrie à la Faculté de médecine de l'Université de Genève[1],[2],[3]. Il a été recruté en 2008 pour diriger l'Unité de liaison en pédopsychiatrie et le programme de recherche parents-enfant aux Hôpitaux universitaires de Genève.

Études[modifier | modifier le code]

Schechter a fait ses études en médecine, en psychiatrie de de l'enfant, de l'adolescent et de l'adulte, ainsi en psychobiologie développementale à Columbia University à New York où il est encore professeur adjoint en psychiatrie à la Faculté de médecine.

Contributions[modifier | modifier le code]

Il est connu tant pour son travail clinique que pour sa recherche psychobiologique sur la transmission intergénérationnelle de la violence et du traumatisme associé ainsi que sur les effets de stress sur les enfants et les adolescents[4],[5],[6]. Il a écrit sur les attentats du 11 septembre 2001 à New York dans un livre coédité avec la psychologue et psychanalyste américaine Susan Coates et Jane Rosenthal[7]. Leurs observations ainsi que celles de la psychanalyste française Christine Anzieu-Premmereur qui a travaillé avec eux au Parent-Infant Program, Columbia University Psychoanalytic Centre (New York) étaient parmi les premières observations systématiques par les cliniciens qui ont aussi vécu les attentats et leurs suites[8],[9],[10]

Schechter a notamment décrit la façon dont l'angoisse de séparation chez les jeunes enfants a déclenché des symptômes d'un trouble de stress post-traumatique (PTSD) chez leurs pourvoyeurs de soins qui ont survécu. Cette observation était validée par sa recherche sur comment les effets de la violence familiale affectent la relation parents-enfant, ainsi que comment ils sont liés aux troubles de l'attachement, et au développement émotionnel des jeunes enfants[11],[12],[13],[14]. Son travail sur le trauma et l'attachement est cité par les chercheurs importants dans les domaines des neurosciences cliniques, de la psychiatrie et psychologie développementale, et en particulier, de la théorie de l'attachement et du traumatisme[15],[16],[17].

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • En 2005, 2009, 2013, et 2015, le Significant Contribution to Psychoanalytic Research Awards (Association psychanalytique internationale)
  • En 2008, le Prix Pierre Janet pour le meilleur article scientifique (Société internationale pour l'étude du trauma et de la dissociation (ISSTD))
  • En 2010 et 2015, le Norbert and Charlotte Rieger Psychodynamic Psychotherapy Award for Best Paper de l'Académie américaine de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent (AACAP).
  • En 2014, un des prix pour la meilleure publication scientifique du Congrès français de psychiatrie, pour son article co-écrit avec Dominik Moser, sur le lien entre la dissociation et l'activité neuronale chez les mères traumatisées[18].
  • En 2015, le Prix Hayman de l'API pour son article « On Traumatically Skewed Intersubjectivity »[19].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • September 11 : Trauma and Human Bonds, avec Susan W. Coates et Jane Rosenthal, Hillsdale, NJ : Analytic Press, 2003, 2014.
  • Formative Experiences: The Interaction of Caregiving, Culture, and Developmental Psychobiology, avec Carol Worthman, Paul Plotsky et Constance Cummings, Cambridge University Press, 2010.

Articles[modifier | modifier le code]

  • avec C. Anzieu-Premmereur, S.W. Coates, E. First et al. Réflexions sur l’intervention de crise auprès des enfants de New York après l’explosion du World Trade Center, Psychothérapies, 2002/3 (Vol. 22), p.  142-152 [lire en ligne].
  • avec F. Suardi, D.A. Moser, et S. Rusconi Serpa. La parentalité dans un contexte de violence domestique : impact et modalités d’intervention. Enfance, 2015. 3(9), p. 409-427.

Liens extérieurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://spea.hug-ge.ch
  2. http://neurocenter.unige.ch/groups/schechter.php
  3. Almeida, A., Merminod, G., Schechter, D.S. (2009). Perinatal consultation with psychiatrically ill vulnerable mothers and newborns. Journal of ZERO-TO-THREE: National Center for Infants, Toddlers, and Families, (5), 40-46.
  4. Mayer, KM. (December 10, 2001). Der Terror bleibt in den Menschen. Focus, Germany
  5. Davaris, S. (March 18, 2011). Mon enfant peut-il me rendre fou. Tribune de Genève, Suisse [1]
  6. Marchese, M. (May 31, 2011). Stress: les enfants eux aussi surmenés. L'Hebdo, Suisse [2]
  7. Susan Coates, Jane Rosenthal, Daniel Schechter, September 11: Trauma and Human Bonds, New York, Routledge, 2003 (ISBN 978-0-8816-3381-8), 304 p.
  8. Schechter DS, Coates SW, First E (2002). Observations of acute reactions of young children and their families to the World Trade Center attacks. Journal of ZERO-TO-THREE: National Center for Infants, Toddlers, and Families, 22(3), 9-13.
  9. http://www.cairn.info/revue-psychotherapies-2002-3-p-142.htm
  10. http://rms.medhyg.ch/resume.php?ID_ARTICLE=RMS_374_0402
  11. Schechter DS, Zygmunt A, Coates SW, Davies M, Trabka KA, McCaw J, Kolodji A., Robinson JL (2007). Caregiver traumatization adversely impacts young children’s mental representations of self and others. Attachment & Human Development, 9(3), 187-20.
  12. Schechter DS, Coates, SW, Kaminer T, Coots T, Zeanah CH, Davies M, Schonfield IS, Marshall RD, Liebowitz MR Trabka KA, McCaw J, Myers MM (2008). Distorted maternal mental representations and atypical behavior in a clinical sample of violence-exposed mothers and their toddlers. Journal of Trauma and Dissociation, 9(2), 123-149.
  13. Schechter DS, Willheim E (2009). Disturbances of attachment and parental psychopathology in early childhood. Infant and Early Childhood Mental Health Issue. Child and Adolescent Psychiatry Clinics of North America, 18(3), 665-687.
  14. Schechter DS, Rusconi-Serpa S (2011).Applying clinically-relevant developmental neuroscience towards interventions that better target intergenerational transmission of violent trauma. The Signal: Newsletter of the World Association of Infant Mental Health, 19(3), 9-16.
  15. Fonagy P, Gergely G, Target M (2007). The parent-infant dyad and the construction of the subjective self. Journal of Child Psychology, 3, 288-328.
  16. van IJzendoorn M, Bakermans MJ (2008). DRD4 7-repeat polymorphism moderates the association between maternal unresolved loss or trauma and infant disorganization. Attachment and Human Development, 8(4), 291-307.
  17. Anthony Charuvastra, Marylene Cloitre, Social bonds and posttraumatic stress disorder, Annual Review of Psychology, 2008, Vol. 59: 301-328
  18. Moser DA, Aue A, Wang Z, Rusconi-Serpa S, Favez N, Peterson BS et Schechter DS, « Comorbid dissociation dampens limbic activation in violence-exposed mothers with PTSD who are exposed to video-clips of their child during separation. », Stress, no 16(5),‎ , p. 493-502 (lire en ligne)
  19. Hayman Prize for Published Work Pertaining to Traumatised Children and Adults, cf. page des prix de l'API, consultée en ligne le 21.01.2016.