Daniel Riot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Daniel Riot
Description de cette image, également commentée ci-après

Daniel Riot

Naissance
La Prétière
Décès (à 62 ans)
Nationalité Français
Profession

Daniel Riot, né le 16 avril 1946 à La Prétière (Doubs) et décédé le 28 février 2009 des suites d'un cancer[1],[2], est un journaliste français, spécialisé sur l'Union européenne.

De 1968 à 1993, il a été chef du service politique, puis éditorialiste et rédacteur en chef adjoint du quotidien Les Dernières Nouvelles d'Alsace (DNA).

En 1994, il est appelé par Jean-Pierre Elkabbach à France Télévisions, pour devenir le directeur de la rédaction européenne de France 3. Il est notamment le créateur et le producteur de l’émission Europeos.

En 2006, Daniel Riot quitte la rédaction européenne de France 3 et crée un blog, Relatio.fr, L’Europe en revue qui en mai 2008 se transforme en un webjournal européen.

En novembre 2011, à la suite de son décès, a été créée à Strasbourg une association de droit locale « Le Cercle Daniel Riot », ayant pour objectif de continuer la défense de l'Europe de et à Strasbourg et faire perdurer les idées et le nom de Daniel Riot.

Biographie et formation[modifier | modifier le code]

Né à La Prétière (« dans une ferme », aime-t-il préciser), Daniel Riot grandit et passe son enfance à Voujeaucourt, dans le Doubs. C’est à Montbéliard qu’il obtient son bac philosophie en 1966.

Attiré et passionné par le métier du journalisme et par les questions européennes, il choisit de poursuivre ses études à l'université de Strasbourg où il obtient une licence de lettres avec mention « journalisme » au Centre universitaire d'enseignement du journalisme, il sera major de sa promotion en 1969.

Stagiaire aux Dernières Nouvelles d'Alsace, il poursuivra des études de sociologie, d’histoire contemporaine et d’économie politique. Il effectuera des stages de formation et d’information, notamment au Pentagone, au département d’État et à l’OTAN, dans l’armée yougoslave (avant la mort de Tito).

Daniel Riot suivra également plusieurs formations de management.

Carrière[modifier | modifier le code]

1968-1993 : Les Dernières Nouvelles d'Alsace[modifier | modifier le code]

Presse écrite : grands reportages, entretiens et éditoriaux.

1968 : Daniel Riot est embauché dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace à Strasbourg comme stagiaire d’été. Il deviendra par la suite secrétaire de rédaction, grand reporter, chef du service politique, éditorialiste, rédacteur en chef adjoint.

C’est en grande partie sous son impulsion que le journal les DNA s’est modernisé dans sa présentation et a particulièrement développé l’information européenne (« Le Journal de l’Europe », réseau de correspondants, interviews exclusives des acteurs de la construction européenne).

Parmi les personnalités interviewées :

-des chefs d’État et des responsables politiques : Jean Monnet (l’un des derniers entretiens avant sa mort), les présidents Giscard d'Estaing, François Mitterrand et Jacques Chirac, Golda Meir, Shimon Peres, Abba Eban, Yitzhak Rabin, Moshé Dayan, Anouar el-Sadate, Ronald Reagan, Mikhaïl Gorbatchev, Indira Gandhi, Simone Veil, Jacques Delors, Felipe González, Mário Soares, Helmut Kohl, Gerhard Schröder.

- des chefs spirituels : le dalaï-lama, Mgr Helder Camara.

- des écrivains, des philosophes, des artistes, des musiciens, des peintres, des grands sportifs : Elie Wiesel, Anthony Burgess, Günter Grass, Alberto Moravia, Jürgen Habermas, Peter Sloterdijk, André Glucksmann, Luc Ferry, Alain Renaut, Alain Finkielkraut, Bernard-Henri Levy, Albert Jacquard, Jean d’Ormesson, Hubert Reeves, Jean-Marie Pelt, Jean Ziegler, Albert Memmi, Jean Lacouture, Milan Kundera, Maurice Clavel, Raymond Aron, Maurice Druon, Louise Weiss, Jean-Paul Aron, Jean Hamburger, Axel Kahn, Édouard Glissant, Amélie Nothomb, Renaud Camus, Vassilis Alexakis, Pierre Mertens, Françoise Giroud, Jean-Jacques Servan-Schreiber, Alain Peyrefitte, Juliette Greco, Yves Montand, Simone Signoret.

Grand reporter : Il a effectué de nombreux grands reportages dans toute l’Europe, et sur tous les continents : États-Unis, Canada, URSS, Maghreb, Proche-Orient, Japon, Chine, Taïwan, l’Inde, le Pakistan, Gabon, Sénégal, Amérique centrale, Brésil, Mexique, Argentine...

Il était sur le terrain pour couvrir des conflits « chauds ». Entre autres : l'Irlande du Nord en 1969 ; l'Égypte à la mort de Nasser, la guerre israélo-arabe de 1973 (depuis Jérusalem, Le Caire, Damas et Amman), la « Révolution des œillets » à Lisbonne en 1974, la Grèce des colonels et l’occupation de Chypre en 1974, la guerre civile du Liban (à neuf reprises), la Yougoslavie à la mort de Tito, l’Italie après l’assassinat d’Aldo Moro, l’Espagne après la mort de Franco, l’Afghanistan au moment de l’invasion soviétique (dernier journaliste occidental non communiste à bénéficier d’un visa et à être expulsé).

Conférencier : Daniel Riot a animé des débats aux côtés de grandes personnalités de tous les secteurs d’activité. Créateur des « Conférences Gutenberg », des « grands débats du Conseil de l’Europe », des « Conversations de Strasbourg ».

1994-2006 : Rédaction européenne de France 3[modifier | modifier le code]

Audiovisuel.

C’est tout naturellement qu’en tournant la page de la presse écrite et des Dernières nouvelles d’Alsace, qu’il accepte une proposition de Jean-Pierre Elkababbach alors président de France Télévisions.

Il sera le Directeur de la rédaction européenne de France 3 de 1994 jusqu’au 9 juin 2006.

Il couvrira les activités des institutions européennes pour l’ensemble du réseau France 3 à la tête d’une équipe de quatre journalistes installés à Strasbourg, Paris et Bruxelles.

Près de 400 sujets seront réalisés par an. Daniel Riot est notamment le créateur et le producteur de l’émission Europeos.

200 numéros ont été diffusés par le satellite EBS et le réseau CIRCOM des télévisions européennes à vocation régionale.

Daniel Riot a également été journaliste à la radio avec des passages sur Europe 1 (« Club de la presse » Radio Nuée Bleue (la radio des DNA), Radio-Judaïca (émission hebdomadaire pendant cinq ans)).

1999-2008 : Journalisme sur Internet[modifier | modifier le code]

En 1999, Daniel Riot est l’un des premiers journalistes français à ouvrir un blog à un moment où la profession ne croyait guère à ce nouveau média.

Après avoir co-lancé Europeus, il fonde, en 2005, et anime plusieurs « euroblogs » sur internet

Depuis le 9 mai 2008 : directeur de Relatio Europe[modifier | modifier le code]

Internet : webjournaliste européen.

Le 9 mai 2008 (Journée de l'Europe : anniversaire de la déclaration Schuman de 1950), il transforme son blog en webjournal : Relatio Europe qui est à la fois webnews, webzine et webrevue. Avec une rédaction, un réseau de contributeurs de talents et des partenariats éditoriaux de qualité.

Directeur et responsable de la ligne éditoriale, de Relatio Europe, il crée une SARL de presse, d’édition et de production.

Parallèlement, il fonde l’association Le Cercle Relatio, sorte de société des contributeurs et des lecteurs de Relatio Europe, qui est garante de l’indépendance et de la pérennité de Relatio Europe dont elle assure la promotion. Elle gère les euroblogs Relatio, Relatio événements. Elle milite pour le respect et l’approfondissement des valeurs fondatrices du Conseil de l’Europe et pour le renforcement de l’Europe De et A Strasbourg.

Elle lancera en septembre 2008 'Relatio Europe Formation' (un pôle spécialisé dans les affaires européennes et le journalisme-citoyen).

La passion de l’Europe[modifier | modifier le code]

Daniel Riot est spécialiste des affaires européennes depuis 1969, sans discontinuité. Il couvre les activités de l’ensemble des institutions européennes, il a rencontré la plupart des acteurs de la construction européenne (dont Jean Monnet juste avant sa mort). Il a apporté sa participation rédactionnelle à plusieurs revues européennes : EMOIS, la Semaine de l’Europe, Le Pont de l’Europe, la Quinzaine européenne, l’Européenne de Bruxelles.

9 mai 2008 : sortie de son livre L’Europe, cette emmerdeuse, un livre qui exprime cette passion pour l'Europe.

Sa conception de l’unité européenne y est développée. Rédigé avec Sandrine Kauffer, préfacé par André Glucksmann et Bernard-Henri Lévy, ce livre qui s’ouvre sur une lettre ouverte au président Nicolas Sarkozy vise à réconcilier les Français et L’Europe et à guérir la France de son « mal à l’Europe ».

Il pose avec un billet sur Internet le 7 juillet 2008[3] les bases du futur Forum Mondial de la démocratie qui se tiendra à Strasbourg en octobre 2012.

Engagement associatif[modifier | modifier le code]

Daniel Riot est investi dans la vie associative.

  • Il est président de AREMANE qui est une association pour la recherche sur les maladies neuro-dégénératives qui soutient un laboratoire strasbourgeois de l'Université Louis-Pasteur.
  • Il est cofondateur de DpJ, le Droit pour la Justice, une association qui milite pour le respect des Droits de l'homme, pour une Europe de la Justice et pour que le Droit soit moins mis au service du détournement de la justice ou des injustices.
  • Il est également membre du Club de la presse de Strasbourg, dont il est l’un des initiateurs.
  • Il préside le Cercle RELATIO.

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • 1989 : Pierre Pflimlin - Itinéraires d’un Européen, (en collaboration avec Jean-Louis English, éditions La Nuée Bleue)
  • 1991 : André Wenger, tendre croqueur, (éditions Koufra)
  • 2000 : 112 Les pompiers. Pour une Europe de la sécurité civile, (éditions REP)
  • 2002 : Ben Laden n’est pas dans l’ascenseur, avec Driss Ajbali (éditions Desmaret)
  • 2008 : L’Europe cette emmerdeuse[4], avec Sandrine Kauffer, préfaces de André Glucksmann et de Bernard-Henri Lévy, (éditions La City, 9 mai 2008).
  • Il est l’auteur de plusieurs études publiées sur son Blog-notes, sur Relatio et sur d’autres sites Internet (comme Agoravox) : le personnalisme trop oublié, le libéralisme trop trahi, les relations franco-allemandes (Du Boche à l’ami allemand), des portraits croisés de De Gaulle, Monnet, Schuman, Mendès-France, la Question anglaise, Quelles frontières pour l’Europe ?
  • Il est également l’auteur de « Éloges de la Grenouille », une série de contes publiée sur son Blog-notes.

Notes et références[modifier | modifier le code]