Daniel Martin (cyclisme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Daniel Martin et Martin.
Daniel Martin
Dan Martin, Japan Cup 2012 (cropped).jpg
Daniel Martin lors de la Japan Cup 2012
Informations
Surnom
Dan MartinVoir et modifier les données sur Wikidata
Naissance
Nationalité
Équipe actuelle
Spécialité
Équipes amateurs
Équipes professionnelles
Principales victoires
Courses par étapes
Tour de Pologne 2010
Tour de Catalogne 2013
2 classiques
Liège-Bastogne-Liège 2013
Tour de Lombardie 2014
1 championnat national
MaillotIrlanda.PNG Champion d'Irlande sur route 2008
3 étapes de grands tours
Tour d'Espagne (1 étape)
Tour de France (2 étapes)
Classement annexe de grand tour
Leader du classement de la combativité Prix de la combativité du Tour de France 2018
Daniel Martin lors du Critérium du Dauphiné 2011.

Daniel Martin, souvent appelé Dan Martin (né le à Birmingham, en Angleterre), est un coureur cycliste britannico-irlandais représentant l’Irlande en compétition, membre de l'équipe UAE Emirates. Il compte à son palmarès sur les courses par étapes deux étapes du Tour de France, une étape du Tour d'Espagne 2011 et le classement général du Tour de Catalogne 2013. Sur les courses d'un jour, il a notamment remporté Liège-Bastogne-Liège en 2013 et le Tour de Lombardie en 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et carrière amateur[modifier | modifier le code]

Né à Birmingham en Angleterre le , Daniel Martin est le fils de Neil Martin, coureur cycliste britannique, et de Maria Roche, sœur de l'ancien vainqueur irlandais du Tour de France et du Tour d'Italie Stephen Roche[2]. Dan Martin est le cousin de Nicolas Roche. En 2004, il remporte la course en ligne du championnat de Grande-Bretagne junior, puis opte pour la nationalité irlandaise, la patrie de sa mère.

Daniel Martin évolue dans les rangs amateurs au VC La Pomme Marseille à partir de 2005. Il y remporte deux étapes du Tour de la Vallée d'Aoste, dont il prend la deuxième place en 2006. Il se classe également trois fois parmi les dix premiers de la Ronde de l'Isard entre 2005[3] et 2007[4],[5], démontrant ses qualités de grimpeur. Après avoir refusé une première offre en 2006 auprès de Jonathan Vaughters, le manager de l'équipe américaine Slipstream, il signe un premier contrat professionnel avec l'équipe américaine Slipstream en juin 2007 comme stagiaire[6].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

En juin 2008, après une huitième place au Grand Prix International CTT Correios de Portugal, il prend le départ de la Route du Sud avec ambition, trouvant le parcours montagneux à sa mesure[7]. Sixième du contre-la-montre en côte[8], il prend la tête du classement général grâce à sa quatrième place à Luchon-Superbagnères[9] et il s'impose finalement devant le Français Christophe Moreau. Une semaine plus tard, il est sacré champion d'Irlande sur route. À l'issue d'une échappée du Tour de Grande-Bretagne 2008, il obtient la quatrième place du classement général qu'il conserve jusqu'à la fin de la course[10].

2009 : révélation au niveau mondial[modifier | modifier le code]

Il entame la saison 2009 avec l'ambition de participer à son premier grand tour. Sur le Tour méditerranéen, il se place lors de la quatrième étape menant à Bouc-Bel-Air et parvient à arracher la troisième place du général à moins d'une minute de Luis León Sánchez, le vainqueur final. Il réussit à accompagner Alejandro Valverde lors de la troisième étape du Tour de Catalogne et Julián Sánchez Pimienta lors de la quatrième étape, ce qui lui permet d'achever la course à la deuxième place du classement[11]. Sélectionné par son équipe pour participer au Tour de France, il doit y renoncer deux jours avant le départ à cause d'une blessure au genou[12]. Il prouve ses bonnes aptitudes sur les courses d'un jour en terminant cinquième du Grand Prix de Plouay, battu au sprint par Simon Gerrans, Pierrick Fédrigo, Paul Martens et Anthony Roux[13]. Il prend part à son premier grand tour, le Tour d'Espagne. Il se classe à la 14e place de l'étape au sommet de l'Alto de Aitana. Il achève la course de trois semaines à la 53e position. En fin de saison, il est désigné leader de son équipe sur le Tour de Lombardie. Il prend le 8e rang de la classique menant à Côme[14].

2010 : succès au Tour de Pologne[modifier | modifier le code]

Daniel Martin connaît un printemps 2010 décevant, gêné par des allergies[15]. Il participe au Tour d'Italie, qu'il termine à la 57e place. Troisième du championnat d'Irlande fin juin et du Brixia Tour à la fin du mois de juillet, il signe deux victoires importantes en août. Il gagne sa première course de l'UCI World Tour, le Tour de Pologne, grâce à sa victoire sur la 5e étape, l'étape reine. Il remporte ensuite les Trois vallées varésines, en Italie. Après avoir fini deuxième du Tour d'Émilie au début du mois d'octobre, il fait partie des favoris du Tour de Lombardie. Étant tombé, il ne termine pas cette course marquée par la pluie[15]. Il conclut sa saison avec une victoire lors de la Japan Cup. En fin d'année, il subit une opération au nez afin de résoudre de ne plus être pénalisé par ses allergies[16],[17].

2011 : victoire d'étape sur la Vuelta[modifier | modifier le code]

En 2011, après avoir fini deuxième du Tour de Catalogne[19],[20], il remporte au sprint le Tour de Toscane devançant l'Italien Mauro Santambrogio de la BMC Racing. À sa déception, il n'est pas retenu pour participer au Tour de France[21]. En août, il dispute le Tour de Pologne. En remportant la sixième étape, il s'empare de la première place du classement général. Il la perd cependant le lendemain, lors de la dernière étape, au profit de Peter Sagan, et termine deuxième. Il participe ensuite au Tour d'Espagne. Il en remporte la neuvième étape et finit la course à la treizième place du classement général. Après avoir pris la 90e place du championnat du monde sur route à Copenhague, il prend part aux classiques italiennes de fin de saison. Il est notamment troisième du Memorial Marco Pantani et deuxième du Tour de Lombardie.

2012 : premiers résultats sur les classiques ardennaises[modifier | modifier le code]

En 2012, Daniel Martin réalise son meilleur début de saison jusqu'alors. Quatrième du Tour de Catalogne en mars, il est sixième de la Flèche wallonne et cinquième de Liège-Bastogne-Liège[22]. Après le Tour de Romandie (14e), il se blesse à l'épaule pendant le Critérium du Dauphiné. Il récupère et peut prendre le départ de son premier Tour de France, à Liège[23]. Il doit y jouer un rôle d'équipier pour Ryder Hesjedal, récent vainqueur du Tour d'Italie. Celui-ci abandonne cependant à la suite d'une chute, de même que Tom Danielson. Daniel Martin est malade durant la première moitié de la course. Il est dans un groupe échappé lors de la onzième étape[24] puis lors des deux étapes pyrénéennes : il est ainsi septième à Bagnères-de-Luchon (16e étape) et dixième à Peyragudes (17e étape). Il termine ce Tour à la 35e place du classement général. Une semaine après l'arrivée, il représente l'Irlande aux Jeux olympiques de Londres, avec Nicolas Roche et David McCann. Il termine la course en ligne dans le peloton, à la 90e place. Durant l'été, il dispute cinq classiques du World Tour. Lors de la Classique de Saint-Sébastien, il est intercalé entre le vainqueur Luis León Sánchez et un groupe de poursuivants, avant d'être rattrapé. Il prend la 18e place[25]. À Fauquemont, il est 33e du championnat du monde sur route. Il se classe ensuite seizième du Tour de Lombardie. Il termine sa saison en Asie. Il prend la quatrième place du Tour de Pékin, dont il remporte le classement de la montagne, puis est deuxième de la Japan Cup, derrière Ivan Basso. À l'issue de cette saison, il occupe la seizième place du classement de l'UCI World Tour. En cours d'année, il prolonge son engagement avec l'équipe Garmin-Sharp jusqu'en 2014[26].

2013 : Victoire à Liège-Bastogne-Liège[modifier | modifier le code]

Au printemps 2013, Daniel Martin remporte le Tour de Catalogne, se classe quatrième de la Flèche wallonne et gagne la doyenne des classiques Liège-Bastogne-Liège en contrant Joaquim Rodríguez dans le dernier kilomètre. Au Tour de France, il est avec Ryder Hesjedal et Andrew Talansky l'un des trois leaders de Garmin-Sharp, qui en attend une bonne place au classement général[27]. Après avoir fini 15e lors de la 8e étape à Ax 3 Domaines, il s'impose le lendemain à Bagnères-de-Bigorre en battant Jakob Fuglsang au sprint après avoir distancé le groupe maillot jaune dans la Hourquette d'Ancizan. Après l’ascension du mont Ventoux lors de la 15e étape il est 10e au classement général, place qu'il conserve après le contre-le-montre reliant Embrun à Chorges. Il est cependant malade durant la semaine de course et perd du temps lors des trois étapes alpestre[28]. Il rallie l'arrivée à la 33e place. Il est désigné leader de l'équipe Garmin-Sharp au Tour d'Espagne, qui commence à la fin du mois d'août. C'est la première fois qu'il dispute deux grands tours la même année[29]. Martin chute durant la septième étape ce qui nécessite une hospitalisation[30]. Il ne repart pas le lendemain.

2014 : début de saison difficile, victoire en Lombardie[modifier | modifier le code]

En début de saison, il enchaîne Tirreno-Adriatico et le Tour de Catalogne qu'il termine seizième alors qu'il était tenant du titre. Au mois d'avril, il est engagé sur un de ses principaux objectifs : les classiques ardennaises. Il débute par un abandon à l'Amstel Gold Race puis obtient son premier résultat de l'année à la Flèche wallonne, avec une deuxième place derrière Alejandro Valverde malgré un placement non idéal au pied du décisif Mur de Huy[31]. Cette performance lui permet de prétendre à conserver son titre à Liège-Bastogne-Liège, dans lequel il attaque dans la dernière montée à Ans, mais lors de l'ultime virage, son vélo glisse et il tombe sur le bitume alors qu'il pouvait rallier l'arrivée en vainqueur[32]. Se rendant ensuite à son deuxième objectif de la saison, le Tour d'Italie, il abandonne dès la première étape, un contre-la-montre par équipes à la suite d'une chute engendrée par les conditions humides qui a emporté aussi trois de ses coéquipiers. Le diagnostic médical révèle une fracture d'une clavicule nécessitant une intervention chirurgicale[33],[34]. En août, sur le Tour d'Espagne, il crée la surprise en terminant septième. Puis il est sélectionné pour les championnats du monde à Ponferrada, en Espagne. Mais il ne brille pas et termine la course 84e de la course en ligne, à 8 minutes et 25 secondes du vainqueur, Michał Kwiatkowski. En fin de saison, il remporte à la surprise générale le Tour de Lombardie, devançant des favoris comme Alejandro Valverde et le Portugais Rui Costa d'une seconde. Quelques jours plus tard, il gagne l'étape reine de la dernière édition du Tour de Pékin[35] et finit second du classement général derrière le coureur belge Philippe Gilbert[36].

2015 : dernière saison chez Garmin[modifier | modifier le code]

En 2015 il est dixième du classement général du Tour de Catalogne puis septième du Critérium du Dauphiné. Il participe par la suite au Tour de France qu'il finit à la 39e place. Durant l'été il s'adjuge un nouvel accessit lors de la Classique de Saint-Sébastien qu'il boucle en septième position. Engagé par son équipe sur le Tour d'Espagne il doit abandonner lors de la huitième étape.

2016-2018 : Etixx-Quick Step[modifier | modifier le code]

En 2016, il rejoint l'équipe Etixx-Quick Step, après huit saisons au sein des équipes de Jonathan Vaughters. Il remplace Michal Kwiatkowski et bénéficie d'un rôle de co-leader avec Julian Alaphilippe pour les classiques mais également un statut de leader sur les grands tours[37].

Dan Martin s'impose avec ses nouvelles couleurs dès son deuxième jour de course, lors de la 2e étape du Tour de la Communauté valencienne. En mars, il gagne la 3e étape du Tour de Catalogne et termine troisième du général. Il se classe ensuite troisième de la Flèche wallonne, derrière Alejandro Valverde et Alaphilippe, après avoir tenté d'attaquer l'Espagnol dans le Mur de Huy. Il reprend la compétition en juin, où il est à nouveau troisième, cette fois lors du Critérium du Dauphiné. Leader de l'équipe sur le Tour de France, il se classe finalement neuvième de l'épreuve. En deuxième partie de saison, il est treizième des Jeux olympiques et du championnat d'Europe. En fin d'année 2016, il est classé 10e du classement World Tour et 29e du Classement mondial UCI.

En 2017, Martin gagne la deuxième étape du Tour de l'Algarve puis se classe troisième de Paris-Nice. Sixième du Tour de Catalogne, il est ensuite sur les classiques ardennaises deuxième de la Flèche wallonne et de Liège-Bastogne-Liège.

Après avoir terminé troisième du Critérium du Dauphiné en juin, il est ensuite sixième du Tour de France. Des examens médicaux pratiqués après ce Grand Tour montrent qu'il a effectué deux des trois semaines de course avec une fracture sur deux vertèbres[38].

2018- : UAE Emirates[modifier | modifier le code]

Le 12 juillet 2018, il s'impose à Mûr de Bretagne lors de la sixième étape de l'édition 2018 du Tour de France, devant Pierre Latour (AG2R) et Alejandro Valverde (Movistar).

Palmarès et résultats[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

6 participations

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

2 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

6 participations

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Année 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
Calendrier mondial UCI 35e[39] 49e[40]
UCI World Tour 8e[41] 16e[42] 6e[43] 9e[44] 51e[45] 10e[46] 8e[47]
UCI Europe Tour 360e[48] 262e[49] 41e[50] 588e[51] 220e[52]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Du 1er janvier 2008 au 4 juillet 2008
  2. Du 5 juillet 2008 au 31 décembre 2008
  3. Du 1er janvier 2012 au 29 juin 2012
  4. Du 30 juin 2012 au 31 décembre 2014

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Dan Martin », sur slipstreamsports.com (consulté le 14 août 2013)
  2. (en) « Martin chasing pro deal », Cyclingnews.com, 9 juin 2007
  3. (en) Classement final de la Ronde de l'Isard 2005, Cyclingnews.com, 22 mai 2005
  4. (en) Classement final de la Ronde de l'Isard 2006, Cyclingnews.com, 21 mai 2006
  5. (en) Classement final de la Ronde de l'Isard 2007, Cyclingnews.com, 27 mai 2007
  6. (en) « Daniel Martin: Recycling the family name », Cyclingnews.com, 25 juin 2007
  7. « Dan Martin : « Je me mets moi-même la pression » », Cyclismag.com, 18 juin 2008
  8. (en) « Stage 2 - June 20: Pierrefitte Nestalas - Cauterets Cambasque (ITT), 16,9 km », Cyclingnews.com, 20 juin 2008
  9. (en) « Martin keeps his cool to ride into lead », Cyclingnews.com, 21 juin 2008
  10. « Tour de Grande-Bretagne 2008 »
  11. « Valverde s'adjuge le Tour de Catalogne »
  12. (en) « Garmin's Martin out of Tour with knee problems », sur cyclingnews.com, (consulté le 25 juin 2011)
  13. « Gerrans en costaud »
  14. « Gilbert finit en trombe »
  15. a et b (en) « Martin optimistic despite Lombardy fall », sur cyclingnews.com, (consulté le 14 août 2013)
  16. (en) « Dan Martin to undergo surgery », sur cyclingnews.com, (consulté le 14 août 2013)
  17. (en) « Martin back on the bike after surgery », sur cyclingnews.com, (consulté le 14 août 2013)
  18. « Contador suspendu deux ans ! », sur lequipe.fr,
  19. a et b Alberto Contador, initialement vainqueur de la course, a été déclassé en février 2012 par le tribunal arbitral du sport[18]. Martin, troisième initialement, est alors reclassé deuxième.
  20. a et b « 21 Mar-27 Mar 2011 - General classification: Lloret de Mar - Barcelona », sur uci.infostradasports.com (consulté le 6 juillet 2012)
  21. (en) « In-form Martin left out of Garmin-Cervelo Tour de France team », sur cyclingnews.com, (consulté le 25 juin 2011)
  22. (en) « Daniel Martin on course for Tour de France debut », sur cyclingnews.com, (consulté le 13 août 2013)
  23. (en) « Daniel Martin to make Tour de France debut », sur cyclingnews.com, (consulté le 13 août 2013)
  24. (en) « Martin looks forward to Pyrenean return », sur cyclingnews.com, (consulté le 14 août 2013)
  25. (en) « Dan Martin comes close in late Clásica attack », sur cyclingnews.com, (consulté le 14 août 2013)
  26. (en) « Dan Martin renews with Garmin-Sharp », sur cyclingnews.com, (consulté le 14 août 2013)
  27. (en) « Garmin-Sharp confirm 100th Tour de France team », sur cyclingnews.com, (consulté le 13 août 2013)
  28. (en) « Talansky moves closer to top ten finish », sur cyclingnews.com, (consulté le 12 août 2013)
  29. (en) « Dan Martin heads to Vuelta to lead Garmin's challenge », sur cyclingnews.com, (consulté le 12 août 2013)
  30. (en) « Dan Martin taken to hospital following late crash at Vuelta a España », sur cyclingnews.com,
  31. (en) « Dan Martin second home in Flèche Wallonne », sur irishtimes.com, (consulté le 10 mai 2014)
  32. (en) Timothy John, « Liege-Bastogne-Liege 2014: victory for Simon Gerrans after Dan Martin suffers heartbreak », sur roadcyclinguk.com, (consulté le 10 mai 2014)
  33. (en) William Fotheringham, « Daniel Martin's homecoming ends abruptly on Giro time trial in Belfast », sur theguardian.com, (consulté le 10 mai 2014)
  34. (en) « Dan Martin has surgery on broken collarbone », sur cyclingnews.com,
  35. « L'étape reine pour Martin », sur lequipe.fr, (consulté le 23 octobre 2014)
  36. « Victoire finale de Gilbert », sur lequipe.fr, (consulté le 23 octobre 2014)
  37. Dan Martin chez Etixx-Quick Step, c’est presque signé
  38. « Vertèbres fracturées pour Dan Martin », sur lequipe.fr,
  39. « Classement Mondial UCI 2009 », sur dataride.uci.ch, UCI, (consulté le 15 août 2017)
  40. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2010 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  41. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2011 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  42. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2012 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  43. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2013 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  44. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  45. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2015 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  46. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  47. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2017 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 29 octobre 2017)
  48. « Classements Route UCI 2005-2006 », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 27 février 2015)
  49. « Classements Route UCI 2006-2007 », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 27 février 2015)
  50. « Classements Route UCI 2007 - 2008 - 10/17/2008 - Classements finaux des Circuits Continentaux UCI - Classement Individuel - Hommes Elite et Moins de 23 ans - Europe Tour », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 17 février 2015)
  51. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  52. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2017 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 29 octobre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :