Daniel Labaronne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Daniel Labaronne
Illustration.
Daniel Labaronne en juin 2017.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(3 ans, 6 mois et 27 jours)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 2e d'Indre-et-Loire
Législature XVe (Cinquième République)
Groupe politique LREM
Prédécesseur Claude Greff
Maire de Bléré

(3 ans, 3 mois et 7 jours)
Élection 30 mars 2014
Prédécesseur Georges Fortier
Successeur Lionel Chanteloup
Biographie
Date de naissance (65 ans)
Lieu de naissance Paris
Nationalité Française
Parti politique DVG (2014-2017)
LREM (depuis 2017)
Diplômé de Université François-Rabelais
Profession Maître de conférences en économie

Daniel Labaronne, né le 16 juillet 1955, est un homme politique français.

Économiste, il est maire de la commune de Bléré de 2014 à 2017. Membre de La République en marche, il est élu député dans la deuxième circonscription d'Indre-et-Loire lors des élections législatives françaises de 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et études[modifier | modifier le code]

Titulaire d'un doctorat en économie de l'université François-Rabelais (1988)[1], Daniel Labaronne est issu d'une famille d'agriculteurs[2].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Il est maître de conférences dans cette discipline à l'université de Bordeaux et consultant sur les questions économiques pour les entreprises[2]. Ses thèmes de recherche portent sur la gouvernance publique, le gouvernement d’entreprises publiques, la responsabilité sociale des entreprises et des banques publiques, et la privatisation des entreprises publiques industrielles. Il publie en 2014 une tribune dans le quotidien Le Monde sur le clanisme du capitalisme tunisien[3].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Après une défaite à l'élection municipale de Courçay en 2008, il est élu maire de Bléré en 2014. Il reverse chaque mois une partie de ses indemnités d'élu au Centre communal d'action sociale[4].

Il essuie une défaite aux élections départementales de 2015[2]. Il a auparavant occupé diverses fonctions dans la vie politique locale, comme celle de conseiller municipal de la ville de Tours au milieu des années 1980, dans l'opposition de gauche au maire Jean Royer[2].

Il est présent lors du lancement du mouvement En Marche ! en juillet 2016 à Paris, soutenant la candidature d'Emmanuel Macron à la présidence de la République[2].

Il remporte l'élection législatives de 2017 sous l'étiquette La République en Marche, opposé au second tour à la députée Les Républicains sortante Claude Greff[5].

Mandat de député[modifier | modifier le code]

Membre de la commission des finances, il est rapporteur spécial de la mission budgétaire Conseil et contrôle de l’État et représente l'Assemblée nationale au sein du Comité consultatif du secteur financier.

Après avoir retiré un amendement en 2017 contre l’engagement du gouvernement d’étudier un changement de la doctrine fiscale concernant les entreprises de logistique, il travaille sur le sujet avec quelques élus LREM et MoDem, Bercy et les représentants des collectivités locales : à l'issue de cette négociation, quatre amendements sont adoptés en novembre 2018. Daniel Labaronne indique avoir « reçu une lettre de remerciement du Medef »[6].

Il se mobilise fin 2018-début 2019 pour la reconnaissance du Grand Est Touraine comme Territoire d'industrie[7].

Lors du mouvement des Gilets jaunes, interrogé en mars 2019 par France Bleu Touraine sur les images de saccages et de pillages sur les Champs-Élysées, il appelle à « revoir l'ensemble de notre dispositif de sécurité » et à « des mesures énergiques », et estime que « nous sommes quand même un peu en état de guerre »[8]. À propos des critiques émises contre la loi dite « anti-casseurs », il répond que « notre État de droit est instrumentalisé par des gens qui s'en servent pour mettre à bas notre démocratie, nos valeurs républicaines »[8].

Il est nommé en mars 2019 député en mission par le Premier ministre pour formuler des propositions en faveur des territoires ruraux[9]. Son rapport de mission (co-écrit) Ruralités, une ambition à partager. 200 propositions pour un Agenda rural est remis à Jacqueline Gourault le 26 juillet 2019. Le plan d'action gouvernemental pour les territoires ruraux (Agenda rural) présenté par le Premier ministre le 20 septembre 2019 reprend 173 des 200 propositions du rapport.

Le 1er octobre 2019, il est élu vice-président de la commission des Finances. Il est nommé au poste de « whip » ou coordinateur du groupe LREM de la commission, après la démission d'Émilie Cariou, en juin 2020[10].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • La Transition de l'économie roumaine vers l'économie de marché, en co-signature avec G. Zaman, Éditions Expert, Bucarest, 1995, 194 pages.
  • Économie générale, t. 1, Éditions du Seuil, collection "Mémo", Paris, 1998, 95 pages. Économie générale, t. 2, Éditions du Seuil, collection "Mémo", Paris, 1998, 95 pages.
  • Macroéconomie, t. 3 : Croissance, cycles et fluctuations, Éditions du Seuil, collection "Mémo", Paris, 1999, 65 pages.
  • Macroéconomie, t. 2 : Équilibres, Éditions du Seuil, collection "Mémo", Paris, 1999, 95 pages.
  • Macroéconomie, t. 1 : Les Fonctions économiques, Éditions du Seuil, collection "Mémo", Paris, 1999, 65 pages.
  • Les Privatisations à l'Est, Éditions Management et Société, Caen, 1999, 128 pages.
  • La nouvelle comptabilité nationale, Éditions du Seuil, collection "Points-Économie", Paris, 2001, 190 pages.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.sudoc.fr/043791123.
  2. a b c d et e « Législatives : qui est Daniel Labaronne, le nouveau député En Marche ! de la 2e circonscription d'Indre-et-Loire ? », France Bleu,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juin 2017)
  3. Fahmi Ben Abdelkader et Daniel Labaronne, « La Tunisie piégée par le capitalisme clanique », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 24 juillet 2019)
  4. « https://www.lanouvellerepublique.fr/indre-et-loire/commune/blere/daniel-labaronne-equite-et-transparence », sur lanouvellerepublique.fr (consulté le 24 juillet 2019)
  5. « Tous les députés sortants ont été battus en Indre-et-Loire : la synthèse des résultats définitifs des législatives », France Bleu,‎ (lire en ligne, consulté le 18 juin 2017)
  6. Samuel Le Goff, « S’ils veulent influencer le budget, les députés LRM doivent s’y prendre longtemps à l’avance », sur contexte.com, (consulté le 8 décembre 2018).
  7. Solène Davesne, « Comment l'Est de la Touraine a été repêché comme Territoire d’industrie », L'Usine nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le 24 juillet 2019)
  8. a et b VIDEO - "Nous sommes un peu dans un état de guerre. Il faut que ça cesse" Daniel Labaronne, député LREM d'Indre-et-Loire sur France Bleu, le 18 mars 2019
  9. « https://www.lanouvellerepublique.fr/tours/un-mediateur-pour-la-ruralite », sur lanouvellerepublique.fr (consulté le 24 juillet 2019)
  10. « Daniel Labaronne, nouveau "whip" consensuel de la commission des finances », sur lefigaro.fr, 02. juin 2020

Liens externes[modifier | modifier le code]