Daniel Jeanneteau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Daniel Jeanneteau, né en 1963 à Creutzwald en Moselle, est un metteur en scène et scénographe français. Lauréat de la Villa Kujoyama à Kyoto en 1998. Lauréat de la Villa Médicis hors les murs au Japon en 2002. Grand prix du syndicat de la critique en 2000 et en 2004. Daniel Jeanneteau a dirigé le Studio-Théâtre de Vitry de 2008 à 2016. Il a pris la direction du T2G – Théâtre de Gennevilliers en janvier 2017.

Après des études à Strasbourg aux Arts Décoratifs et à l’École du TNS, il rencontre le metteur en scène Claude Régy dont il conçoit les scénographies pendant une quinzaine d’années. Il travaille également avec de nombreux metteurs en scène et chorégraphes (Catherine Diverrès, Jean-Claude Gallotta, Alain Ollivier, Nicolas Leriche, Jean-Baptiste Sastre, Trisha Brown, Jean-François Sivadier, Pascal Rambert…). Depuis 2001, et parallèlement à son travail de scénographe, il se consacre à la création de ses propres spectacles, en collaboration avec Marie-Christine Soma. (Racine, Strindberg, Boulgakov, Sarah Kane, Martin Crimp, Labiche, Daniel Keene, Anja Hilling, Tennessee Williams). Metteur en scène associé au Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis de 2002 à 2007, à l’Espace Malraux de Chambéry en 2006 et 2007, à la Maison de la Culture d’Amiens de 2007 à 2017, au Théâtre National de la Colline, avec Marie-Christine Soma, à de 2009 à 2011.

Mises en scène[modifier | modifier le code]

Scénographie[modifier | modifier le code]

Il a conçu des scénographies pour[1],[2] :

  • Marcel Bozonnet: Le Tartuffe de Molière, 2005; Gavroche d'après Victor Hugo et Antonin Artaud, 2008.
  • Trisha Brown: Da gelo a gelo opéra de Salvatore Sciarrino, 2006.
  • Gérard Desarthe: Hygiène de l'assassin d'après Amélie Nothomb, 1994; Partage de midi de Paul Claudel, 1998.
  • Eric Didry: Boltanski/Interview, 1993.
  • Catherine Diverrès: Fruits, 1996; Stances, 1997.
  • Michel Froehly: Quai Ouest de Bernard-Marie Koltès, 1994.
  • Didier Galas: Monnaie de singe, 1996.
  • Jean-Claude Gallotta: Nosferatu, 2001; 99 Duos, 2002.
  • Éric Lacascade: Phèdre de Jean Racine et Eugène Durif, 1998.
  • Nicolas Le Riche: Caligula, 2005.
  • Alain Milianti: Quatre Heures à Chatila de Jean Genet, 1991.
  • Alain Ollivier: L'Exception et la Règle de Bertolt Brecht, 2002; Pelléas et Mélisande de Maurice Maeterlinck, 2004; Les Félins m'aiment bien d'Olivia Rosenthal, 2005; Le Cid de Corneille, 2007.
  • Hervé Pierre: Le Gardeur de troupeaux d'après Fernando Pessoa, 2000; Caiero! d'après Fernando Pessoa, 2005.
  • Pascal Rambert: Clôture de l'amour de Pascal Rambert, 2011; Répétition de Pascal Rambert, 2014; Argument de Pascal Rambert, 2015.
  • Claude Régy: L'Amante anglaise de Marguerite Duras, 1989; Le Cerceau de Viktor Slavkine, 1990; Chutes de Gregory Motton, 1992; Jeanne d'Arc au Bûcher opéra de Honegger/Claudel, 1992; La Terrible Voix de Satan de Gregory Motton, 1994; Paroles du Sage d'Henri Meschonnic d'après la Bible, 1995; La Mort de Tintagiles de Maurice Maeterlinck, 1997; Holocauste de Charles Reznikoff, 1998; Quelqu'un va venir de Jon Fosse, 1999; Des couteaux dans les poules de David Harrower, 2000; Melancholia d'après Jon Fosse, 2001; Carnets d'un disparu de Leos Janacek, 2001; 4:48 Psychose de Sarah Kane, 2002; Variations sur la mort de Jon Fosse, 2003.
  • Jean-Baptiste Sastre: La Surprise de l'amour, 2005.
  • Jean-François Sivadier: La Dame de chez Maxim de Georges Feydeau, 2009; Le Misanthrope de Molière, 2013; Don Juan de Molière, 2016.
  • Charles Tordjman: Je poussais donc le temps avec l'épaule d'après Marcel Proust, 2001.

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

Collaborations avec l'auteur de bandes dessinées Pierre Duba :

  • Antoinette, 1999.
  • Kyoto-Béziers, 2001.
  • Quelqu'un va venir, d'après Jon Fosse, 2002.
  • A Kyoto, 2004.
  • Racines (postface), 2010.

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Lauréat de la Villa Kujoyama à Kyoto en 1998.
  • Lauréat avec Pierre Duba de la Villa Médicis hors les murs au Japon en 2002.
  • Grand prix de la critique en 2000 et 2004.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]