Daniel Jadue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Daniel Jadue
Illustration.
Fonctions
Maire de Recoleta
En fonction depuis le
(9 ans, 9 mois et 17 jours)
Prédécesseur Sol Letelier González
Biographie
Nom de naissance Óscar Daniel Jadue Jadue
Date de naissance (55 ans)
Lieu de naissance Santiago (Chili)
Nationalité Chilienne
Parti politique PCCh
Diplômé de Université du Chili
Université catholique du Nord

Óscar Daniel Jadue est un sociologue, architecte et homme politique chilien. Il est membre du Parti communiste et maire de Recoleta depuis 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

Daniel Jadue est né à Santiago le 28 juin 1967. Il est issu d'une famille d'origine palestinienne.

Engagé dans le syndicalisme étudiant, il a été président de l’Union générale des étudiants palestiniens et coordinateur de l’Organisation de la jeunesse palestinienne d’Amérique latine et des Caraïbes. Il rejoint le Parti communiste du Chili (PCC) en 1993[1].

Membre du comité central du PCC, Jadue est élu maire de Recoleta (150 000 habitants), une commune pauvre dans la banlieue de Santiago, avec 41 % des voix et prend ses fonctions le 6 décembre 2012. C’est dans cette ville qu'il crée en octobre 2015 la première pharmacie populaire du pays, permettant de faire chuter les prix des médicaments de 30 % à 50 % (trois entreprises exerçant traditionnellement un oligopole sur ce marché au Chili). Plus de cent cinquante municipalités ont à leur tour adopté ce système. Il élargit progressivement l’initiative en créant une « Optique populaire » (avril 2016), une « Immobilière populaire » (janvier 2018), une « Université ouverte » (novembre 2018), une « Librairie populaire » (janvier 2019), ainsi qu'un « magasin de disques populaire » (avril 2019)[1]. Il est réélu pour un deuxième mandat en 2016 (56 % des voix), puis pour un troisième mandat en 2021 (64 %)[2].

Il est le candidat du Parti communiste aux primaires de la gauche pour l'élection présidentielle de 2021 mais est battu par Gabriel Boric, qui représentait le Front large. Sa défaite, alors qu'il était l'un des favoris de l'élection présidentielle, rassure les marchés financiers[3]. Sa candidature a également rencontré l'hostilité des médias chiliens[4].

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]