Daniel Gottlieb Messerschmidt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Messerschmidt.
image illustrant un zoologiste, un botaniste ou un mycologue
Cet article est une ébauche concernant un zoologiste, un botaniste ou un mycologue.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Daniel Gottlieb Messerschmidt
Naissance
Dantzig (Pologne)
Décès
Saint-Pétersbourg (Russie)
Nationalité Drapeau : Russie russe
Drapeau : Allemagne allemand
Domaines Médecine
Botanique
Renommé pour Développe la première grande expédition scientifique en Sibérie

Daniel Gottlieb Messerschmidt est un médecin et un naturaliste allemand, né en 1685 à Dantzig et mort en 1735 à Saint-Pétersbourg.

Il obtient son titre de docteur à Halle en 1707. Il part à Saint-Pétersbourg en 1716 et s’engage, pour la modique somme de cinq cents roubles à parcourir la Sibérie pour y étudier l’histoire naturelle et les peuples qui s’y trouvaient. Il réalise de très nombreuses observations. Ne recevant pas l’accueil qu’il pouvait souhaiter à son retour, il décide de revenir à Dantzig avec ses collections mais celles-ci sont perdues durant un naufrage. Il revient alors à Saint-Pétersbourg et y meurt pauvre et oublié. On lui attribue la description du premier crâne d’éléphant fossile connu. Peter Simon Pallas (1741-1811) cite des extraits de son voyage dans Neue nordischen Beyträge.

Wilhelm Radloff dans ses Antiquités Sibériennes (Сибирские древности, 1888-1894, vol I) reprend son journal de voyage et sa description de la Sibérie, partiellement[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Cypripedium guttatum (description de Messerschmidt)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ignati Kratchkovski, Očerki po istorii ruskoj arabistiki, Moscou et Léningrad, 1950, traduit en allemand par Otto Mehlitz sous le titre Die russische Arabistik : Umrisse ihter Entwicklung, Leipzig, Otto Harrassowitz, 1957, p42