Daniel Charpilloz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Daniel Charpilloz
Biographie
Naissance
Décès
(à 62 ans)
Bévilard (BE)
Nom de naissance
Daniel Charpilloz
Nationalité
Activité
Père
Conjoint
Lina Louise Hugentobler

Daniel Charpilloz, né le à Bévilard (BE), mort le à Bévilard (BE) et originaire de Bévilard (BE), est un Industriel jurassien.

Daniel Charpilloz est connu pour avoir fondé le Mouvement séparatiste jurassien (Rassemblement jurassien) avec Roland Béguelin et Roger Schaffter.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille protestante, Daniel Charpilloz est le fils d'Alfred Charpilloz (1856-1924) et de Caroline-Irma Voutat [1]. Il est issu d'une famille de 13 enfants [2].

Daniel Charpilloz effectue ses études à l'école cantonale de Porrentruy. En 1915, il obtient un diplôme du technicum à l'école d'ingénieurs de Bienne. Devenu chef de fabrication, Daniel Charpilloz fut associé à la direction de l'entreprise familiale de décolletage : Hélios à Bévilard de 1919 à 1940 [N 1]. En 1940, son frère Arnold se retrouve seul à la tête de la fabrique car, en 1941, Daniel racheta Malleray Watch (aujourd'hui Daniel Charpilloz Holding S.A.) et se lança dans la fabrication de tarauds, filières et alésoirs de précision.

En 1929, il est le cofondateur du trust des fabricants de pignons et devient président de l'Association suisse pour l'outillage et les instruments de précision en 1946 [3].

Lors de l'affaire Moeckli, il demanda la « libération » du Jura au cours de la manifestation populaire du . Il est alors membre fondateur et premier président du Mouvement séparatiste jurassien, puis du Rassemblement jurassien de 1947 à 1954.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Entreprise fondée en 1882 par ses parents, Alfred Charpilloz et Caroline-Irma Voutat, qui crée des pignons et pivots, destinés à l'industrie horlogère. Son père choisit la voie de la mécanisation et met au point différentes machines qui permettent l'interchangeabilité des pièces.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Charpilloz, Alfred », sur hls-dhs-dss.ch (consulté le )
  2. « DIJU - Dictionnaire du Jura – Charpilloz, Arnold (1902-1984) », sur www.diju.ch (consulté le )
  3. « Charpilloz, Daniel », sur hls-dhs-dss.ch (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]