Dani (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dani.
Dani
Description de cette image, également commentée ci-après
Un Yali de la vallée de Baliem, appartenant à l'un des groupes dani

Populations significatives par région
Population totale 40 000 à 250 000
Autres
Régions d’origine Nouvelle-Guinée
Langues Langues dani
Religions Animisme, protestantisme
Ethnies liées Lani

Les Dani ou Ndani est un ensemble de populations de Nouvelle-Guinée occidentale, dans la province indonésienne de Papouasie. Ils habitent notamment dans la vallée de Baliem[1]. Ils arboraient des décorations corporelles comme les plumes d'oiseau, des colliers, des peintures corporelles mais aussi les étuis péniens, ils utilisaient des outils en pierre et en os et chassent à l'arc[1]. Les langues dani forment un rameau dans la branche occidentale de la famille des langues de Trans-Nouvelle Guinée.

Il importe de préciser que la société des Dani, telle que décrite ci-après, n'existe plus. Les autorités, d'abord néerlandaises ensuite indonésiennes, se sont appliquées à pacifier les sociétés néo-guinéennes.

Contexte géographique et socio-économique[modifier | modifier le code]

Dans le milieu des années 1960, la population de Dani en Papouasie-Nouvelle-Guinée était estimée à environ 200 000 habitants, dont environ 50 000 dans la région de la Grande-Vallée.

Un ensemble de quartiers formaient l'entité territoriale, sociale et politique que les Danis nommaient Confédération. Puis, les confédérations étaient regroupées formant des alliances. Ces alliances étaient très instables.

À l'intérieur d'un quartier, chaque aire d'habitation, qui comprend plusieurs bâtiments érigés autour d'une cour commune, abritait une population instable variant d'un minimum de 3 à maximum 40 personnes. Les membres des ces aires ne forment pas des familles à proprement parler. Toutefois, la majorité des hommes mariés sont polygynes et auront donc plusieurs enfants avec des épouses différentes. Certains hommes sont monogames.

Chef de guerre d'un village Kurulu

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Carstensz Pyramid - Tribus » (consulté le 27 avril 2009)