Danièle Mazet-Delpeuch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Danièle Mazet-Delpeuch
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Danièle Mazet-Delpeuch est une cuisinière française, née à Arcueil-Cachan en 1942.

Elle est considérée comme une pionnière du tourisme rural en ouvrant l'une des premières tables d'hôtes.

Elle est également connue pour avoir été la cuisinière personnelle du président de la République François Mitterrand de 1988 à 1990[1], devenant alors la première femme à ce poste. Cette expérience a inspiré le film Les Saveurs du palais de Christian Vincent, sorti en 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

Danièle Mazet-Delpeuch naît à Arcueil-Cachan, en banlieue parisienne[2], en 1942[3]. Lorsqu'elle a 8 ans, sa famille s'installe dans le Périgord[2].

Elle s'initie aux saveurs et aux bons produits grâce aux goûts de son père et aux talents et expériences de son arrière-grand-mère et de sa grand-mère maternelle[4]. Elle ne commence elle-même à cuisiner qu'à partir de son mariage, à 19 ans, avec progressivement une famille à nourrir[4], donnant naissance à son quatrième enfant à l'âge de 25 ans[2].

Puis elle commence à utiliser ses compétences professionnellement alors qu'elle n'a aucun diplôme[2]. En 1974, elle ouvre une des premières tables d'hôtes[2], qu'elle développe dans sa ferme du Périgord[5], à la Borderie, un hameau près de Chavagnac[1]. Elle transforme sa grange en lieu d'hébergement et fait notamment découvrir les truffes et le foie gras à une clientèle internationale[2]. Cela lui vaut d'être reconnue comme une pionnière du tourisme rural[1]. Plus tard, elle y donne aussi des cours de cuisine[4].

Dans les années 1980, elle s'installe aux États-Unis où elle donne des cours de cuisine[4]. À New York, vers 1986-1987[4], elle fait la connaissance de Joël Robuchon grâce à la cousine de celui-ci[2]. Elle revient ensuite à Paris où, alors qu'elle a divorcé, elle achète un appartement[2]. Robuchon la recommande alors à François Mitterrand, qui en fait sa cuisinière personnelle en 1988[4]. Elle reste à son service jusqu'en 1990.

Dix ans plus tard, elle répond à une annonce sur Internet pour une mission en Antarctique, pour laquelle on lui dit d'abord que seul un homme sera embauché[2]. Elle répond qu'elle est prête à se plaindre pour discrimination et évoque son expérience à l'Élysée, ce qui permet à sa candidature d'être acceptée[2]. Alors âgée de 60 ans, elle part donc pour la base de Saint-Paul-et-Amsterdam[5], pour préparer les repas d'une expédition scientifique durant 14 mois[4].

Revenue ensuite dans le Périgord, elle y développe des truffières[5], puis elle en acquiert une en Nouvelle-Zélande pour profiter des saisons opposées et avoir accès à ce met durant toute l'année[2]. Malgré ses multiples expériences, sa table d'hôtes a continué de fonctionner quand elle pouvait s'en occuper[2].

En 2012, un film réalisé par Christian Vincent, Les Saveurs du palais, s'inspire de son expérience aux côtés de Mitterrand[1], pour le personnage d'Hortense Laborie incarné par Catherine Frot. Danièle Mazet-Delpeuch participe à la promotion du film, y compris à l'étranger[2].

Différences entre sa vie et le film qui s'inspire de son expérience[modifier | modifier le code]

En 1990, contrairement au film Les Saveurs du palais qui montre un personnage donnant sa démission, Danièle Mazet-Delpeuch demande au président l'autorisation de quitter son poste pour rentrer chez elle, ce qu'il accepte[4].

D'autre part, le film montre un personnage qui va en Antarctique par dépit, ce qui n'a pas été le cas de Danièle Mazet-Delpeuch, même si elle a ressenti par ailleurs des frustrations à cause de la misogynie et de certaines restrictions administratives ou diététiques[2].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Adrien Vergnolle, « Elle était chef à l’Élysée : « En cuisine, Mitterrand voulait une femme de la campagne » », sur sudouest.fr, .
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n Silke Bender, « Je n'ai jamais voulu faire carrière en tant que cuisinière », sur saison.ch [archivé par wikiwix] (consulté le 20 janvier 2017).
  3. « Carnets de cuisine : du Périgord à l'Élysée / Danièle Mazet-Delpeuch », sur catalogue.bm-grenoble.fr (consulté le 21 janvier 2017).
  4. a, b, c, d, e, f, g, h et i Anne-Laure Pham, « Danièle Mazet-Delpeuch : « Je n'ai touché à une casserole qu'à 19 ans », sur lexpress.fr, .
  5. a, b et c « Mes recettes de l’Élysée à l’Antarctique », sur bayard-editions.com (consulté le 20 janvier 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]