Dan Tepfer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dan Tepfer
Description de cette image, également commentée ci-après
Dan Tepfer en 2010.
Informations générales
Naissance (39 ans)
Paris
Activité principale pianiste, compositeur
Genre musical jazz
Instruments piano
Années actives depuis 2005
Labels Sunnyside Records
Site officiel dantepfer.com

Dan Tepfer est un compositeur et pianiste américain de jazz.

Il s'est produit, entre autres, avec Steve Lacy, Dave Holland, Chris Potter, Bob Brookmeyer, Claudia Solal, Lee Konitz (avec lequel il a enregistré en 2009 puis en 2018 des disques en duo) et Christian McBride.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Dan Tepfer nait à Paris en 1982. Ses parents sont américains, son père est un biologiste[1] et sa mère une chanteuse à l'Opéra de Paris[2], dont le père, Chuck Ruff[3], était pianiste de jazz[4]), Dan Tepfer commence l'étude du piano classique à six ans au conservatoire municipal du 12e arrondissement « Paul Dukas », et très vite se met à improviser[5].

Il obtient une licence d'astrophysique à l'université d'Édimbourg[4], sans pour autant perdre le jazz de vue. De retour aux États-Unis, il est diplômé en 2005 au New England Conservatory (en) à Boston, où il étudie notamment avec Fred Hersch[3], Bob Brookmeyer, Steve Lacy et Danilo Pérez, qui lui a appris l'importance du rythme[2]. Il s'installe à New York où il devient rapidement un musicien demandé.

Débuts professionnels[modifier | modifier le code]

Il remporte plusieurs prix, dont le Premier prix et le Prix du public au concours de piano solo au Montreux Jazz Festival (2006) ; le Premier prix du concours de l'East Coast Jazz Festival à Rockville (Maryland) (2006) ; le Premier prix du concours de l'American Pianists Association (2007). Il remporte également le 4e prix au concours international de piano jazz Martial Solal en 2006[6].

En 2008, Dan Tepfer est nommé ambassadeur culturel des États-Unis, il donne des concerts et des masterclasses en Azerbaïdjan, en Géorgie, en République tchèque, à Londres, en Corée du Sud...

En 2009 parait Duos with Lee, un album de duos avec Lee Konitz, que Tepfer a rencontré en 2006 grâce à Martial Solal, compagnon de route de Konitz[7]. Sa relation avec Konitz amène Tepfer à fuir les clichés[2] et à approfondir sa singularité musicale[3] : « quel que soit le contexte, Lee sonne exactement comme lui-même. Travailler avec quelqu'un d'aussi singulier m'a forcé à penser sérieusement à qui je suis, à ce que signifie le fait que ce soit moi qui joue[8]. »

Années 2010[modifier | modifier le code]

En 2010, l’orchestre de la garde du château de Prague lui commande un concerto pour orchestre à vents et piano improvisé intitulé The View from Orohena (« La vue depuis Orohena »). La première a lieu au château de Prague le .

En 2011, parait Goldberg Variations/Variations, un disque salué par la critique[9], sur lequel il joue les Variations Goldberg telles que les a écrites Bach en ajoutant des variations improvisées qui répondent aux variations originelles, chacune d'elles étant guidée par une idée de base mais pouvant s'avérer très différentes d'un concert à l'autre[10]. Il crée ainsi un commentaire contemporain au chef-d'œuvre de Bach, qu'il a entendu pour la première dans la version de 1981 de Glenn Gould[2]. L'idée de ce jeu avec les Variations Goldberg est venu par hasard, lors d'un concert en solo en République tchèque en 2007, au cours duquel il a décidé d'utiliser une variation de Bach comme support pour l'improvisation[8].

En 2013 parait Small Constructions, un album en duo avec le saxophoniste Ben Wendel. On y trouve trois compositions, plusieurs standards, une variation de Haendel et des morceaux de Lennie Tristano et Thelonious Monk[11].

En juillet 2018 sort Decade, célébrant les dix ans du duo de Tepfer avec Lee Konitz. Comme le précédent, Decade est un album laissant une large place à l'improvisation (seuls le standard Body and Soul et la 9/11 Suite sont des compositions)[7].

La même année parait Natural Machines, un « album vidéo » diffusé sur YouTube[12]. Pour ce projet, sur lequel il a travaillé pendant 4 ans et demi[13], Dan Tepfer a écrit des programmes informatiques sur SuperCollider[14] qui interagissent en temps réel pendant qu'il improvise directement sur son piano, un Yamaha Disklavier[15]. Ainsi, ce qu'il joue peut par exemple être répété comme dans un jeu de miroir, l'aigu devenant grave et inversement, suivant différentes combinaisons rythmiques[16]. Pour accompagner la musique, Tepfer a également écrit des programmes sur Processing[14] permettant de visualiser clairement ce qu'il se passe, à l'aide de formes abstraites pouvant évoquer des images astronomiques[17],[16]. Les vidéos publiées sur YouTube sont soigneusement montées par Tepfer, donnant une qualité visuelle unique à ce projet[14].

Discographie[modifier | modifier le code]

Avec Billy Hart

Compositions[modifier | modifier le code]

Dan Tepfer a écrit plusieurs pièces de musique dite classique, intégrant ou non de l'improvisation[18].

  • 2007 : Solo Blues, pour violon et piano.
La pièce est écrite pour un seul instrumentiste jouant alternativement du violon et du piano : les résonances de celui-ci accompagnent le violon, qui peut être joué sur les cordes à vide pendant que l'interprète égrène des accords au piano.
  • 2010 : The View from Orohena, concerto pour piano et vents.
La forme est celle d'un concerto classique en trois mouvements. La partition orchestre est écrite pour un orchestre de vents (bois, cuivres…). La partie de piano, pensée pour Tepfer lui-même, laisse une large part à l'improvisation.
Orohena est la plus haute montagne de Tahiti, une partie des structures rythmiques du concerto empruntent à la musique tahitienne.
  • 2015 : Algorithmic Transform, pour orchestre.
Cette suite en trois mouvements est inspirée par les recherches de Tepfer sur l'utilisation d'algorithmes dans la composition.
  • 2016 : Solar Spiral, pour quatuor à cordes et piano.
Le piano improvise en partie sur cette pièce. Le second mouvement, Tahiti, emprunte des rythmes à la musique tahitienne.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 2014 : Movement and Location[19] de Alexis Boling (Harmonium Films)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marc Zisman, « Coltrane, Brel, Bach et lui », Télérama, no 3210,‎ (lire en ligne, consulté le 29 octobre 2018).
  2. a b c et d (en) Corinna da Fonseca-Wollheim, « Improvised Variations », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne, consulté le 29 octobre 2018).
  3. a b et c Ludovic Florin, « Dan Tepfer, la science du piano », Jazz Magazine, no 543,‎ (lire en ligne, consulté le 29 octobre 2018).
  4. a et b (en) Andrew Patner, « From Bach to ‘Billie Jean’, pianist Dan Tepfer reworks the music he loves », Chicago Sun-Times,‎ (lire en ligne, consulté le 29 octobre 2018).
  5. Sauf indication contraire, les notations biographiques sont issues du site de Dan Tepfer.
  6. « Palmarès du concours Martial Solal », sur civp.com/solal (consulté le 10 juillet 2013).
  7. a et b Marc Zisman, « Decade, Lee Konitz & Dan Tepfer », sur play.qobuz.com, (consulté le 29 octobre 2018).
  8. a et b (en) Ted Panken, « Dan Tepfer, Back To Bach », Down Beat,‎ (lire en ligne, consulté le 29 octobre 2018).
  9. Voir par exemple Michel Contat, « critique de Goldberg Variations/Variations », sur telerama.fr, (consulté le 10 juillet 2013).
  10. (en) Anthony Tommasini, « Variations On Famed Variations », The New York Times, vol. CLXII, no 56 259,‎ (lire en ligne, consulté le 29 octobre 2018).
  11. (en) « Sons of Opera Moms Go Far Afield », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 29 octobre 2018).
  12. (en) Dan Tepfer, « Dan Tepfer's Natural Machines », sur youtube.com, (consulté le 29 octobre 2018).
  13. (en) Dan Tepfer, « Natural Machines is out », sur mailchi.mp, (consulté le 29 octobre 2018).
  14. a b et c (en) Anthony Dean-Harris, « Dan Tepfer – ‘Natural Machines’ (Album Review) », sur nextbop.com, (consulté le 13 novembre 2018).
  15. (en) Dan Tepfer, « Natural Machines », sur dantepfer.com, (consulté le 29 octobre 2018).
  16. a et b (en) Nate Chinen, « Fascinating Algorithm: Dan Tepfer's Player Piano Is His Composing Partner », sur npr.org, (consulté le 29 octobre 2018).
  17. (en) Dan Tepfer, « Natural Machines interview for LPR », sur dantepfer.com, (consulté le 29 octobre 2018).
  18. (en) « Concert music », sur dantepfer.com (consulté le 13 novembre 2018).
  19. « Movement and Location Full Cast and Crew », sur IMDb (consulté le 18 novembre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]