Dan Pagis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pagis.
Dan Pagis
Le poème de Dan Pagis « Écrit au crayon dans le wagon scellé » inscrit en hébreu, anglais et polonais sur une stèle du mémorial du camp d'extermination de Belzec.
Texte de ce poème en polonais.

Dan Pagis (en hébreu : דן פגיס) (Rădăuţi, 16 octobre 1930 - Jérusalem, 29 juillet 1986) est un poète israélien de langue hébraïque, figure de la littérature israélienne et auteur d'études sur la poésie juive profane de l'Espagne médiévale.

Dan Pagis est né en 1930 à Radautz en Bukovine, dans l'actuelle Roumanie. Il est emprisonné alors qu'il est encore adolescent pendant la Seconde Guerre mondiale dans un camp de concentration d'Ukraine, d'où il s'échappe en 1944. Il parvient à gagner la Palestine mandataire en 1946. Il a enseigné dans un kibboutz[1] avant d'obtenir une chaire de littérature hébraïque médiévale à l'Université hébraïque de Jérusalem.

Dan Pagis publie son premier recueil de poésie, Sheon ha-Tsel (Le Cadran d'ombre), en 1959. En 1970 paraît Gilgul (Cycle ou Métamorphose) : huit recueils paraîtront en hébreu au total, ainsi que de nombreux poèmes séparés qui ont été traduits à l'étranger.

Parce qu'il est l'un des représentants en poésie de la littérature de la Shoah et qu'une partie de son œuvre fait référence à l'Holocauste, certains commentateurs ont salué en Dan Pagis le « poète de l'inexprimable »[2]. D'autres soulignent l'influence sur son œuvre de l'ensemble de ses travaux universitaires, notamment de ses études des textes poétiques médiévaux ibériques[3].

A Jerusalem, à Yad Vashem institut commémoratif de la Shoah, au mémorial pour les déportés, un wagon rappelle la mémoire des millions de juifs parqués dans des wagons expédiés à travers toute l'Europe vers les camps d'extermination. Devant ce wagon une inscription de Dan Pagis, gravée sur le mur en anglais et en hébreu: " Ici dans ce wagon plombé,je suis Ève avec Abel mon fils. Si vous voyez mon autre fils, Caïn fils de l'Homme, dites-lui que je"

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Dan Pagis.Notice biographique et principaux travaux, The Institute for the Translation of Hebrew Literature, sur le site de l'Institut pour la traduction de la littérature en hébreu.
  2. (es) El poeta de lo inenarrable.Dan Paguis (1930-1986), article et traduction de l'hébreu de Nathalie Simana pour la revue « ADAMAR ».
  3. (en) Robert Alter, « Dan Pagis and the poetry of displacement », Judaism 1996, vol. 45, n°180, pp. 399-402. Lire en ligne.

Lien externe[modifier | modifier le code]