Dan Fante

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fante.
Dan Fante
Description de cette image, également commentée ci-après

Dan Fante à Turku (Finlande) en 2007.

Nom de naissance Daniel Smart Fante
Naissance
Los Angeles, Californie
Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès (à 71 ans)
Los Angeles, Californie
Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale
Romancier, poète, dramaturge
Auteur
Langue d’écriture Anglais américain
Mouvement Réalisme sale
Genres
roman autobiographique, nouvelles, poésie, théâtre

Œuvres principales

  • Tétralogie Bruno Dante
  • Régime sec

Dan Fante, de son vrai nom Daniel Smart Fante, né le et mort le à Los Angeles[1],[2],[3],[4],[5], est un écrivain américain. Il est le fils de l'écrivain américain John Fante.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il suit les cours Santa Monica College (en) et poursuit ses études dans diverses institutions. Dan Fante s'installe ensuite à New York où il pratique plusieurs métiers : colporteur, chauffeur de limousines et chauffeur de taxi, laveur de carreaux, vendeur par téléphone, détective privé et gardien de nuit dans un hôtel[6].

Après une vie relativement instable et marquée par l'alcoolisme[7], il décide d'écrire sur le tard (bien que s'étant promis à 12 ans d'être écrivain[8]) et réussit à se faire publier à 45 ans par une maison d'édition française, sur la suggestion de la chanteuse April March[8]. Il écrit d'abord de la poésie, des nouvelles et des pièces de théâtre, puis les quatre volets de la tétralogie Bruno Dante qui, à l'image de l'œuvre de son père, constituent une saga autobiographique. Ses principaux modèles littéraires sont Hubert Selby Jr., John Fante, Raymond Carver et Charles Bukowski.

Son travail reste fortement marqué par la confrontation au succès de son père John Fante. Dan Fante portait tatoué à l'avant-bras « Nick Fante, dead from alcohol, 1-31-42 to 2-21-97 », en hommage à son frère.

Après avoir vécu quelques années à Sedona, en Arizona, Dan Fante est revenu vivre à Los Angeles avec son épouse Ayrin et son fils, Michelangelo Giovanni.

Il disparait en novembre 2015, des suites d'un cancer, à l'âge de 71 ans.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Tétralogie Bruno Dante[modifier | modifier le code]

  1. Les anges n'ont rien dans les poches, Robert Laffont, 1996 ((en) Chump Change, Sun Dog Press, 1998)
    Réédité aux éditions 10/18, coll. Domaine étranger no 2931 en 1998 et sous le titre Rien dans les poches aux éditions 13e note en 2011, puis aux éditions Points en 2015
  2. La Tête hors de l'eau, Christian Bourgois, 2001 ((en) Mooch, Canongate U.S., 2001)
    Réédité aux éditions 10/18, coll. Domaine étranger no 3707 en 2004, puis aux éditions 13e note en 2012
  3. En crachant du haut des buildings, Christian Bourgois, 1999 ((en) Spitting Off Tall Buildings, Canongate U.S., 2002)
    Réédité aux éditions 10/18, coll. Domaine étranger no 3471 en 2002, puis aux éditions 13e note en 2013
  4. Limousines blanches et Blondes platine, 13e note, 2010 ((en) 86'd, Harper Perennial, 2009)

Autre roman[modifier | modifier le code]

  • Point Dume, Seuil, coll. « Seuil Policiers », 2014 ((en) Point Doom, Harper Perennial, 2013)
    Réédité aux éditions Points en 2015

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Régime sec, 13e note, 2009 ((en) Short Dog: Cab Driver Stories from the L. A. Streets, Canongate U.S., 2002)
    Réédité aux éditions Points en 2014

Autre nouvelle[modifier | modifier le code]

  • (en) Renewal, Bottle of Smoke Press, 2005

Poésie[modifier | modifier le code]

  • De l'alcool dur et du génie, 13e note, 2010 ((en) A Gin Pissing Raw Meat Dual Carburetor V8 Son Of A Bitch from Los Angeles, Sun Dog Press, 2002)
  • Bons baisers de la grosse barmaid : poèmes d'extase et d'alcool, 13e note, 2009 ((en) Kissed by a Fat Waitress, Sun Dog Press, 2008)
    Réédité aux éditions Points en 2014

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • (en) The Closer/The Boiler Room
    créée à Los Angeles en 1998 mais non publiée à ce jour
  • Don Giovanni, 13e note, 2014 ((en) Don Giovanni: A Play, Burning Shore Press, 2006)
    suivi dans l'édition française de Les Initiés (The Boiled Room)

Essais[modifier | modifier le code]

  • (en) John Fante & The Hollywood Ten, Bottle of Smoke Press, 2010
  • Dommages collatéraux : l'héritage de John Fante, 13e note, 2012 ((en) Fante:A Family's Legacy of Writing, Drinking and Surviving, Harper Perennial, 2011)

Documentaire[modifier | modifier le code]

  • 2002: Dan Fante an American Writer, (15 min) réalisé par Flavio Sciolé[9]
  • 2004 : Made in Fante, (52 min), réalisé par François Lecauchois et Stéphane Muller, production : 5e Planète

Références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Addio a Dan Fante, poeta della vita al limite Article du quotidien italien Il Centro du 24 novembre 2015.
  2. (it) Morto Dan Fante, figlio di John Article du quotidien Corriere della Sera du 24 novembre 2015.
  3. (en) Dan Fante: underground writer expressed madness of the US workplace par Ben Myers dans le journal The Guardian du 25 novembre 2015.
  4. L’écrivain américain Dan Fante est mort à 71 ans par Florence Noiville dans le journal Le Monde du 30 novembre 2015.
  5. (en) This morning 11/23/15 at 7:30 am it shattered into a million pieces and Dan Fante died in my arms surrounded in love Annonce de son décès sur la page Facebook de sa femme Ayrin le 23 novembre 2015.
  6. « J’ai pris ma première cuite à 4 ans » : souvenirs de Dan Fante, Anthony Boyer, Rue89, 2 juillet 2013 [1]
  7. Dan Fante, un écrivain à l'ombre du père, Claire Devarrieux, Libération, 21 novembre 2011 [2].
  8. a et b « J'ai écrit pour faire cesser les hurlements dans mon cerveau », Macha Séry, Le Monde, 5 février 2014 [3]
  9. http://www.imdb.com/title/tt5242338/?ref_=nm_flmg_wr_97

Liens externes[modifier | modifier le code]

External.svg
Trop de liens externes (avril 2016).
Les liens externes doivent être des sites de référence dans le domaine du sujet. Il est souhaitable — si cela présente un intérêt — de citer ces liens comme source et de les enlever du corps de l'article ou de la section « Liens externes ».