Aller au contenu

Damrémont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Damrémont
Damrémont
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haute-Marne
Arrondissement Langres
Intercommunalité Communauté de communes des Savoir-Faire
Maire
Mandat
David Vaure
2020-2026
Code postal 52400
Code commune 52164
Démographie
Gentilé Damrémontais
Population
municipale
197 hab. (2021 en diminution de 9,63 % par rapport à 2015)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 57′ 13″ nord, 5° 38′ 30″ est
Altitude 427 m
Min. 310 m
Max. 437 m
Superficie 4,84 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Bourbonne-les-Bains
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Damrémont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Damrémont
Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Marne
Damrémont
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
Damrémont

Damrémont est une commune française située dans le département de la Haute-Marne, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est dans le bassin versant de la Saône au sein du bassin Rhône-Méditerranée-Corse. Elle est drainée par le ruisseau du Gravier et le ruisseau de Mauvaignant[Carte 1].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseau hydrographique de Damrémont[Note 1].

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat de montagne, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans la région climatique Lorraine, plateau de Langres, Morvan, caractérisée par un hiver rude (1,5 °C), des vents modérés et des brouillards fréquents en automne et hiver[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 9,5 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 17,2 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 981 mm, avec 13,4 jours de précipitations en janvier et 9,3 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Val-de-Meuse », sur la commune de Val-de-Meuse à 12 km à vol d'oiseau[3], est de 9,9 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 917,4 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 39,5 °C, atteinte le ; la température minimale est de −25 °C, atteinte le [Note 2],[4],[5].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[6]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Damrémont est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[8]. Elle est située hors unité urbaine[9] et hors attraction des villes[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (65,3 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (66,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (51,8 %), forêts (28,5 %), terres arables (7,7 %), zones urbanisées (6,3 %), zones agricoles hétérogènes (5,8 %)[12]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce petit village se constitua au XIIe siècle lorsque les habitants de Vicq défrichèrent cette région et fut élevé au rang de paroisse au XIIIe. Mentionné « Daremont » signifiant « derrière le mont », il obtient en 1337 une charte de franchise.

Pâturages, polycultures et élevage constituent l’essentiel de l’activité.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2008 mars 2014 Hubert Capelli    
mars 2014 En cours David Vaure    

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[14].

En 2021, la commune comptait 197 habitants[Note 3], en diminution de 9,63 % par rapport à 2015 (Haute-Marne : −4,53 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
536592686771822788779781762
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
759762812755803751692691655
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
630632625516498461419362356
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
337319248215200187208211222
2017 2021 - - - - - - -
197197-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L’église Saint-Nicolas, édifice du XIXe de style néogothique :

l' Eglise en 1909

Cette église paroissiale a été reconstruite dans le deuxième quart du XIXe siècle par l'architecte Paul Péchiné, sur la volonté et l'énergie du chanoine Jean-Nicolas Sauvage, curé de Damrémont pendant 49 ans et du père Bouvier également prêtre de la paroisse et de ses habitants.

Lorsque le visiteur entre dans l'édifice, c'est en traversant une nef de six travées, pour ensuite atteindre le transept au plan allongé et non saillant. Les différents espaces de l'église sont séparés par des colonnes circulaires à chapiteaux toscans, surélevés par des voûtes d'ogives pour l'ensemble de la structure de l'édifice. L'abside a pans coupés possède un chevet aveugle, tandis que le reste de l'édifice est largement éclairé par les bas-côtés grâce à cinq baies ogivales ainsi qu'une rose au bras du transept sur la façade principale.

Le clocher se trouvant au nord de la façade occidentale est de forme polygonale. L'accès aux cloches se fait par une tourelle intérieure et un escalier en vis. La couverture de l'édifice est entièrement faite de tuiles mécaniques, à l'exception de la flèche qui elle est en ardoise. Le pavement de la nef est en dalles de calcaire, les murs sont entièrement recouverts d'enduit blanc, ainsi que les voûtes et les murs du chœur, où autrefois se trouvaient des peintures murales.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Paul-Victor Fournier, botaniste, y est né en 1877. Il est l'auteur de l'ouvrage de référence Les quatre flores de France paru en 1940.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Émile Jolibois, La Haute-Marne ancienne et moderne. Dictionnaire géographique, statistique, historique et biographique de ce département, Chaumont, 1858. Réédité. Disponible en ligne :La Haute-Marne ancienne et moderne
  • Bernard Sanrey a écrit un livre qui raconte Damrémont : Autrefois... la région de Montigny à Bourbonne, 240 pages, 21x30 cm, chez l'auteur, (octobre 2011).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les ruisseaux intermittents sont représentés en traits pointillés.
  2. Les records sont établis sur la période du au .
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. « Réseau hydrographique de Damrémont » sur Géoportail (consulté le 30 mai 2024).
  2. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre Damrémont et Val-de-Meuse », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Val-de-Meuse », sur la commune de Val-de-Meuse - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Val-de-Meuse », sur la commune de Val-de-Meuse - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  6. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le ).
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le ).
  8. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  9. Insee, « Métadonnées de la commune de Damrémont ».
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.