Dampierre (Haute-Marne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dampierre.

Dampierre
Dampierre (Haute-Marne)
Carte postale du village vers 1910.
Blason de Dampierre
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haute-Marne
Arrondissement Langres
Canton Nogent
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Langres
Maire
Mandat
Jean-Pierre Luciot
2014-2020
Code postal 52360
Code commune 52163
Démographie
Gentilé Dampierrois
Population
municipale
389 hab. (2016 en augmentation de 4,85 % par rapport à 2011)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 57′ 17″ nord, 5° 23′ 45″ est
Altitude Min. 342 m
Max. 512 m
Superficie 16,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Marne
City locator 14.svg
Dampierre

Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Marne
City locator 14.svg
Dampierre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dampierre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dampierre

Dampierre est une commune française située dans le département de la Haute-Marne, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Vitry-lès-Nogent Poinson-lès-Nogent Chauffourt Rose des vents
Rolampont N Frécourt
O    Dampierre    E
S
Changey Neuilly-L'Évêque

Le village est situé à seize kilomètres au nord-est de Langres, sur la voie romaine allant d'Andemantunnum à Augusta Treverorum.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En 1225, Dampierre apparaît sous les formes Dongna Petra en 1225[1], Donna Petra en 1229, Donnipetra (sans date), Dampetra en 1249, Domnapetra en 1254, Dampierre en 1263, Damptpierre en 1434, Dempierre en Bassigny en 1577, Dampierre les Changey en 1727. De l'ancien français dom « saint » devenu dam (cf. dame), issu du gallo-roman DOMNU, latin classique dominus « seigneur ». D'où le sens global de « saint Pierre »

Histoire[modifier | modifier le code]

Sur le territoire de la commune de nombreux vestiges ont été retrouvés : briques, vases, statues, ossements, armes, pièces de monnaie de différentes époques. En 1887, lors de l'ouverture du chemin vers la ferme du Chêne, deux tumulus furent arasés ; le premier de 9 mètres par 8 avait deux squelettes côté à côté, la tête au nord avec des objets qui sont au Musée d'art et d'histoire de Chaumont. Le deuxième qui avait quinze mètres par douze ne contenait qu'un rasoir en bronze. Entre le plateau de Chanteroy et la voie romaine se trouvait le fanum de Fonteny.

Tumulus de la Combe Quinot.

Les de Montarby ont été seigneurs de Dampierre aux XVe, XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. En 1688, Nicolas (Ier) de Montarby seigneur de Dampierre, réunit toutes les parties de Dampierre possédées par des branches collatérales ; son fils, Nicolas (II), transmet la seigneurie de Dampierre à son cousin éloigné, Étienne de Montarby[2],[3]. Ce dernier sera guillotiné en 1794. La commune de Dampierre a adopté le blason des Montarby.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1799 1806 Véchambre Nicolas    
1806 1818 Besse Pierre    
1818 1831 De Montarby Jean Antoine    
1831 1841 Fourcaut Nicolas    
1842 1848 De Montarby Jean Antoine    
1848 1852 Thomassin Bezy Jean Baptiste    
1852 1867 Misset Simon Alexandre    
1867 1870 Collier Nicolas    
1870 1870 Henry Auguste    
1871 1871 Hutinet Pierre    
1871 1876 Collier Nicolas    
1876 1878 Hutinet Pierre    
1878 1880 Massenet Paul-Anasthase    
1880 1881 Drapt Nicolas    
1881 1888 Collier Nicolas    
1888 1892 Drapt Nicolas    
1892 1904 ? Dechanet Pierre    
    Dufour Antoine    
  1983 Luciot André    
mars 1983 mars 2008 Dufour Claude    
mars 2008 En cours Luciot Jean-Pierre    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2016, la commune comptait 389 habitants[Note 1], en augmentation de 4,85 % par rapport à 2011 (Haute-Marne : -2,35 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
600665745674728739729778834
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8038368348351 1257648038731 015
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
683637639515514482453381342
1962 1968 1990 1999 2006 2007 2008 2013 2016
320334339371362361360390389
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le fort de Dampierre[8] est, en surface, le deuxième fort de France avec une superficie de 52 hectares. Il est constitué d'une vaste enveloppe de 1 200 mètres de développement et d’un énorme réduit à cavalier. L'ensemble a été construit entre 1875 et 1878 et faisait partie du dispositif de protection de la ville de Langres.
Il pouvait accueillir 1 500 hommes en temps de paix et 3 000 hommes en temps de guerre. Son armement était composé de 142 pièces d'artillerie dont 82 pièces de rempart, 27 pièces à tir indirect et 26 pièces de flanquement. L'ensemble des infrastructures, réalisé en moellons, est recouvert de terre.
Il semble que le fort ait été occupé jusque dans le début des années 1920, puis un gardien en a assuré la surveillance. Ensuite, il ne servit que de dépôt de munitions et plus récemment de carrière de pierre. Ainsi le fort abandonné se meurt lentement. Ce fort appartient toujours à l'autorité militaire et fait partie du projet Natura 2000. Il ne se visite pas.

  • La chapelle Saint-Pierre-et-Saint-Paul

Située à flanc de colline, en bordure d'un plateau calcaire et en limite du bois communal de Champ Mécheron , elle domine la vallée de la Coudre. Comme l'atteste l'inscription sur son tympan, « Cette chapelle a été construite par les mains et aux frais des habitants de Dampierre l'an de grâce 1855 ». C’est à la suite des épidémies de choléra qui sévirent de 1832 à 1854 que les Dampierrois entreprirent sa construction en reconnaissance pour les vies épargnées. Elle fut solennellement bénie le 23 juillet 1856, par le curé doyen de Neuilly-l'Évêque et celui de Dampierre, entourés de plusieurs autres ecclésiastiques et d’une foule de fidèles. Un siècle et demi après sa construction, la chapelle paraissait à l'abandon et menaçait de ruine. Des travaux de restauration ont été menés de 2008 à 2010. Du parvis, on peut apercevoir l'église de Dampierre distante de 1,36 km et les tours de la cathédrale Saint-Mammès de Langres, à 11,76 km à vol d'oiseau.

  • L’église est dédiée à saint Pierre. Le culte de ce saint se développe surtout à la période carolingienne (an 800). Dans le chœur, il existe une belle statue de saint Pierre, assis sur son trône et tenant ses clés.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Étienne Louis de Montarby, seigneur de Dampierre ; guillotiné à Paris le samedi 12 juillet 1794 ainsi que sa femme[9].
  • Oswald Bénigne de Montarby (1828-1865), officier de l'armée française.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Dampierre

Les armes de Dampierre se blasonnent ainsi :

De gueules au chevron d'argent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vie et déclin d'un géant, le Fort de Dampierre et les Forts autour de Langres, 1988 ; Maurice Legros à Dampierre. Ouvrage édité par ses soins.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]