Damnatio ad bestias

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La « damnatio ad bestias », expression latine signifiant en français « condamnation aux bêtes », désigne un supplice pour torturer et donner la mort par le biais d'animaux rendus féroces. Cette méthode d'exécution semble avoir été pratiquée notamment sous la Rome antique.

Toutefois, cette définition ne fait pas l'unanimité dans la communauté scientifique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lysimaque est livré à la fureur d'un lion affamé, gravure de 1825[1].
Mosaïque (détails) de Zliten, montrant deux condamnés ligotés, juchés sur des chariots et exposés aux bêtes (musée de Tripoli).
Mosaïque (détails) datant du IIIe siècle, montrant un léopard dévorant le visage d'un homme ayant perdu sa lance [?], un autre se tenant derrière lui (musée archéologique de Sousse).

Cette forme de mise à mort semble antérieure à la Rome antique : l'historien Justin raconte que Lysimaque, s'étant opposé à Alexandre le Grand en aidant à mourir Callisthène par le poison pour abréger ses souffrances, fut lui-même jeté au lion, mais, qu'ayant fini par terrasser la bête, il devint un favori du prince[2],[3].

Selon Pline l'Ancien, durant la guerre des Mercenaires (automne 241 - fin 238 av. J.-C.), le général carthaginois Hamilcar Barca condamna des prisonniers à être jetés aux bêtes, tandis que plus tard, Hannibal, lui, força des soldats romains à lutter, en vain, contre un troupeau d'éléphants[4].

À Rome, ces pratiques sont attestées sous le règne de Caligula, de Claude, de Néron et des empereurs flaviens[5], puis disparaissent progressivement jusqu'au IVe siècle, au profit de la mort par crémation (crematio)[6]. Elles relèveraient du spectacle, mettant en scène une forme de torture maximale — les « summa supplicia » : l'envoi aux bêtes est l'un des cinq supplices signifiés par le droit romain tardif, parmi le feu, le crucifiement, la mise en fourche et le culleus, ce sac en peau de bête dans lequel le condamné est inséré en compagnie d'animaux puis jeté à l'eau. Concernant les bestiaires, Georges Ville (1929-1967) précise[7] qu'outre les gladiateurs, professionnels ou amateurs, « les condamnés ad bestias descendent eux aussi dans l'arène, mais malgré eux. Affrontés aux fauves, aux ours ou aux taureaux, ils n'ont en général pas d'armes pour se défendre et se laissent dévorer. Parfois les condamnés ne sont pas tués, ils constituent alors une réserve pour un nouveau ludus [jeu dans l'arène] »[8].

Dès lors, deux formes de mode exécutoire sont à distinguer : d'une part, l'objicĕre bestiis, littéralement « jeté aux bêtes » mais sans pouvoir se défendre, voire pieds et poings liés, et, d'autre part, la damnatio ad bestias, qui relèverait plus de l'exposition aux dites bêtes, mais avec la faculté de se défendre. Dans cette seconde catégorie, entrent les jeux du cirque — par exemple le gladiateur qui doit combattre un lion. C'est ce que semblent révéler les mosaïques découvertes à Zliten en Libye mais dont la datation pose encore problème (entre la fin du Ier et le IIIe siècle)[9].

Selon Victor Saxer, la condamnation aux animaux était considérée comme un châtiment plus clément que l'exécution, peut-être parce que, dans certains cas, le condamné était armé et donc susceptible de se défendre. Il était appliqué aux parricides, aux meurtriers, aux rebelles, aux prisonniers de guerre et parfois aux chrétiens[10].

Dans son Histoire du droit criminel des peuples anciens, depuis la formation des sociétés jusqu'à l'établissement du christianisme (1845), le juriste français Albert Du Boys (1804-1889) rappelle qu'à la fin du Ier siècle, « la condamnation aux bêtes, damnation ad bestias, était peut-être encore plus usitée que le vivicomburium [acte d'être brûlé vif], à l'égard des confesseurs du christianisme »[11]. Du Boys insiste sur le fait que plus le statut du condamné était regardé comme bas dans l'échelle sociale, plus grande était la probabilité pour que le supplice soit la mise à mort par des bêtes féroces, entre autres.

Le consul Areobindus présidant les jeux à Constantinople en 506. Un condamné dans une cage est exposé à un ours — Musée de Cluny

Cependant, il semblerait qu'aucune mention de ce supplice, du moins en ces termes, ne soit faite avant le IVe siècle. Dans son Histoire ecclésiastique, Eusèbe de Césarée signale, à propos des martyrs de Lyon, que « le gouverneur fit avancer les bienheureux au tribunal d'une manière théâtrale, pour les donner en spectacle aux foules. Il les interrogea donc à nouveau. À ceux qui lui semblèrent posséder le droit de cité romaine, il fit couper la tête ; les autres, il les envoya aux bêtes »[12]. Plus tard, Sulpice-Sévère, un historien chrétien, écrit que sous Néron, alors que la faute du désastre de l'incendie de Rome était reportée sur les chrétiens, « de nouveaux genres de mort furent inventés : on couvrait les uns de peaux de bêtes, et on les abandonnait à la fureur des chiens »[13].

Outre cette méthode de mise à mort par des animaux rendus féroces, on compte par exemple l'écrasement et l'écartèlement par des chevaux, les morsures de serpents, l'écrasement par éléphant...

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Fr.: Edme-Théodore Bourg dit « Saint-Edme », Dictionnaire de la pénalité dans toutes les parties du monde connu, Paris, chez l’ éditeur, Rousselon, 1824-1828, volume 2.
  2. (en) H. S. Lund, Lysimachus. A study in Early Hellenistic Kingship, Londres, Routledge, 1992.
  3. Justin, Abrégé des Histoires Philippiques de Trogue Pompée, traduit par Marie-Pierre Arnaud-Lindet, Livre XV, chap. « Histoire de Lysimaque », en ligne.
  4. Pline l'Ancien, Histoire naturelle, VIII, Sec. VII.
  5. (en) Boris Paschke, « The Roman ad bestias Execution as a Possible Historical Background for 1 Peter 5.8. », Journal for the Study of the New Testament, vol. 28, no 4,‎ (DOI 10.1177/0142064X06065696)
  6. Benoît Garnot, Les victimes, des oubliées de l'histoire ?, Presses universitaires de Rennes, (lire en ligne), p. 265
  7. Georges Ville, La Gladiature en Occident des origines a la mort de Domitien, préface de Paul Veyne, École française de Rome, coll. Classiques de l'École Française de Rome, 1981, p. 232.
  8. « Tortures mortelles et catégories sociales. Les Summa Supplicia dans le droit romain aux IIIe et IVe siècles » par Denise Grodzynski, in Publications de l'École française de Rome, 1984, volume 79, no 1, p. 361-403.
  9. « La mosaïque de l'amphithéâtre de Zliten », par Agnès Vinas, in mediterranees.net, en ligne.
  10. (en) Victor Saxer, « Damnatio ad bestias », dans Angelo Di Berardino, Encyclopedia of Ancient Christianity, t. 1, Varsity Press, , p. 665
  11. Albert Du Boys, Histoire du droit criminel des peuples anciens, depuis la formation des sociétés jusqu'à l'établissement du christianisme, Paris, Joubert Libraire, 1845, p. 574sur Gallica.
  12. Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique, Livre V, chapitre I, consultable sur le site de P. Remacle.
  13. Œuvres de Sulpice Sévère, « Histoires sacrées » II, Paris, Panckoucke, 1848, Tome 1, p. 209.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]