Damien Monier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monier.
Damien Monier
TdB 2015 - Damien Monier.jpg

Damien Monier lors du Tour de Bretagne 2015

Informations
Naissance
Nationalité
Équipe actuelle
Équipes professionnelles
2004-2012 Cofidis
2013-2017 Bridgestone Anchor
2018- Aisan Racing
Principales victoires
2 Championnats
MaillotFra.PNG Champion de France de poursuite (2005 et 2008)
1 étape dans un grand tour
1 étape du Tour d'Italie (2010)

Damien Monier, né le à Clermont-Ferrand, est un coureur cycliste français. Il est membre de la formation Cofidis de 2004 à 2012, de l'équipe continentale Bridgestone Anchor de 2013[1] à 2017 et de l'équipe Aisan Racing depuis 2018. Son palmarès comprend notamment une étape du Tour d'Italie gagnée en 2010 et deux titres de champion de France de poursuite individuelle obtenus en 2005 et 2008. Il est également vainqueur du Tour cycliste international de la Guadeloupe en 2016.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts cyclistes et carrière amateur[modifier | modifier le code]

Damien Monier est né à Clermont-Ferrand en Auvergne le . Il découvre le cyclisme au VC Riom club auquel il est encore fidèle aujourd'hui.

Doué pour les épreuves contre-la-montre et la piste, il se fait remarquer grâce à ses talents de poursuiteur et de rouleur.

En 2002, il est champion de France du contre-la-montre espoirs[2]. Il termine également premier du Chrono de Maringues, du Souvenir Raymond Serrat et troisième du Chrono des Nations-Les Herbiers-Vendée espoirs.

L'année suivante, il gagne la première étape du Tour des Pays de Savoie, devient champion d'Auvergne sur route et glane un nouveau titre de champion de France espoirs en finissant sur la plus haute marche du podium lors des championnats de France de poursuite individuelle. En fin de saison il s'adjuge le Chrono des Nations-Les Herbiers-Vendée des moins de 23 ans.

Ces bonnes performances permettent au coureur auvergnat de devenir professionnel en 2004 dans les rangs de l'équipe cycliste Cofidis.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

2004-2012 : les années Cofidis[modifier | modifier le code]

Damien Monier en plein effort lors du prologue du Tour de France 2010.

Pour sa première année à ce niveau, Damien Monier obtient une médaille de bronze lors du championnat de France de poursuite individuelle sur piste.

Il devient champion de France de cette discipline sur le vélodrome de Hyères la saison suivante. Il devance Fabien Sanchez, le tenant du titre, et Jonathan Mouchel lors de cette compétition[3].

En 2006, il participe aux championnats du monde de cyclisme sur piste à Bordeaux[4] et termine huitième de l'épreuve de poursuite individuelle[5].

L'équipe Cofidis offre à Damien Monier la possibilité de participer à son premier grand tour en 2007. Il découvre à cette occasion les routes du Tour d'Espagne du 1er au 23 septembre[6]. À l'issue de la 21e et dernière étape il est 129e après avoir travaillé pour ses leaders. Quelques semaines plus tard, il s'offre la huitième place du Tour de Vendée.

L'année suivante, il réussit plusieurs bonnes performances dans l'exercice chronométré : huitième du contre-la-montre du Tour du district de Santarém en mars, il termine septième du classement général ; en juin, il est cinquième du championnat de France du contre-la-montre. La même année, il participe à son premier Tour d'Italie[7], qu'il finit en 111e position. Durant l'été, il glane un second titre de championnat de France de poursuite individuelle sur piste.

Lors de la saison 2009, Damien Monier démontre des capacités de grimpeur qui lui permettent d'obtenir des places d'honneur dans plusieurs courses par étapes. En février, il termine huitième de l'Étoile de Bessèges et cinquième du Tour méditerranéen[8]. En avril, il s'octroie la quatrième place du contre-la-montre du Circuit de la Sarthe et la neuvième du classement général final de l'épreuve. En juin, il est 19e du Tour de Suisse, compétition cycliste inscrite au calendrier mondial UCI. Enfin, en août, il se classe quatrième du Tour de l'Ain. En outre, il prend, lors de cette course, la troisième place de l'étape de montagne qui arrive au sommet du col du Grand Colombier derrière ses coéquipiers Rein Taaramäe et David Moncoutié[9].

En 2010, il prend part au Tour d'Italie pour pallier le forfait de Tristan Valentin blessé deux jours avant le départ[10]. Au cours de ce Giro, il s'adjuge sa première victoire professionnelle en enlevant la 17e étape[11],[12] à la suite d'une échappée. Quelques mois plus tard, il participe au Tour de France pour la première fois[13]. Il réussit une excellente entame en étant premier Français après une semaine. Il est par ailleurs souvent le dernier coureur tricolore présent dans le groupe de tête dans les étapes de montagne[14]. La dernière partie de la Grande Boucle est plus difficile pour le natif de Clermont-Ferrand qui rétrograde au classement général et finit 71e de l'épreuve à l'arrivée sur les Champs-Élysées. Il fait cependant figure de révélation pour certains observateurs du cyclisme qui découvrent ce coureur à la maturité un peu tardive[14].

Il est douzième du Tour de Turquie au premier semestre 2011 mais sa saison est perturbée par un problème de production d'enzymes qui le contraint à arrêter la compétition dès le mois d'août[15].

En janvier 2012, il est renversé par une voiture au cours d'un entraînement sur la commune d'Aubière près de Clermont-Ferrand et souffre de multiples fractures[16]. Son contrat n'est pas renouvelé par la formation Cofidis en fin d'année[17]. Après neuf ans au sein de cette équipe, il est donc obligé de chercher un nouvel employeur pour continuer à exercer son métier.

2013-2017 : carrière japonaise avec Bridgestone Anchor[modifier | modifier le code]

Damien Monier rejoint l'équipe continentale japonaise Bridgestone Anchor afin de poursuivre sa carrière professionnelle en 2013[1],[18]. Il s'adjuge la quatrième place du Tour d'Azerbaïdjan puis la troisième du Tour du Japon au printemps[19]. Durant l'été, il se classe sixième du Tour cycliste international de la Guadeloupe et second du Tour de Hokkaido derrière son coéquipier Thomas Lebas[20].

En 2014, il renoue avec le succès à l'occasion de la troisième étape du Tour international de Constantine qu'il remporte en solitaire. Il s'agit de sa seconde victoire sur une course organisée sous l'égide de l'Union cycliste internationale après celle obtenue sur le Tour d'Italie en 2010[21]. Au mois d'août, il termine second du Tour cycliste de Guadeloupe après avoir porté le maillot de leader pendant plusieurs étapes[22].

Ses talents de grimpeur permettent à Damien Monier de commencer sa douzième saison chez les professionnels par un podium au Tour des Philippines en février 2015. Huitième la veille de l'arrivée, la montée finale qui conclut la dernière étape lui permet de distancer une partie de ses concurrents directs et de s'adjuger la troisième place de l'épreuve[23]. Il termine également troisième du Tour de Kumano au mois de mai quelques jours après avoir pris la huitième place du Tour du Japon. En juin il est dixième du Tour de Corée. Au cours de l'été il s'illustre sur les routes du Tour cycliste international de la Guadeloupe où il remporte le prologue (contre-la-montre par équipes qui ne compte pas pour le classement général) et porte le maillot jaune de leader pendant une étape. Il doit cependant abandonner à la suite d'une chute alors qu'il est second du classement général derrière Boris Carène[24]. Au mois d'octobre il participe au Tour de Singkarak où il prend la neuvième place de la huitième étape et termine treizième du classement final de cette course disputée en Indonésie. En fin de saison il se classe également quatrième du Tour d'Okinawa à seize secondes du vainqueur Jason Christie de l'équipe continentale Avanti Racing et gagne le King of Mountains (KOM) challenge une épreuve très montagneuse organisée à Taiwan[25].

C'est une nouvelle fois sur le Tour cycliste international de la Guadeloupe que le coureur français fait étalage de son talent en 2016. Lors de la première semaine de course, il se met au service de son coéquipier Thomas Lebas, leader de l'épreuve pendant quatre jours. La veille de l'arrivée, il gagne sans coup férir la huitième étape (un contre-la-montre de vingt kilomètres tracé autour de la commune des Abymes) et revient à cinquante-deux secondes du maillot jaune, le vénézuélien José Chacón[26]. Il tente son va-tout le dernier jour de l'épreuve antillaise, attaque en début d'étape et reprend plus d'une minute à Chacón. Cette stratégie offensive lui permet de remporter le classement général de ce soixante-sixième Tour cycliste international de la Guadeloupe[27],[28].

Damien Monier glane quelques accessits au début de la saison 2017, il se classe notamment quatrième d'une étape du Tour des Philippines et cinquième d'une étape du Tour du Japon. En juin, il s'adjuge la dernière étape du Tour de Kumano[29] et termine cinquième du Tour de Corée[30]. Durant l'été, il participe de nouveau au Tour cycliste international de la Guadeloupe mais se classe seulement trente-deuxième de l'épreuve antillaise à plus de trente minutes du vainqueur Sébastien Fournet-Fayard[31].

2018 : professionnel chez Aisan Racing[modifier | modifier le code]

En 2018, après cinq années chez Bridgestone Anchor, Damien Monier rejoint une autre équipe japonaise, Aisan Racing[32].

Palmarès sur route[modifier | modifier le code]

Palmarès année par année[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

1 participation

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

2 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

2 participations

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Année 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Calendrier mondial UCI 142e[33]
UCI Africa Tour 58e[34]
UCI America Tour 55e[35] 109e[36]
UCI Asia Tour 36e[37] 353e[38] 49e[39] 424e[40]
UCI Europe Tour 905e[41] 1 052e[42] nc 516e[43] 1 056e[44]
Légende : nc = non classé

Palmarès sur piste[modifier | modifier le code]

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Championnats de France[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Monier chez Bridgestone », sur lequipe.fr, (consulté le 25 octobre 2013)
  2. « Champ. de France sur route de l'Avenir : les résultats », sur velo101.com, (consulté le 27 octobre 2013)
  3. « Piste / Championnats de France (H) : Damien Monier remporte la poursuite individuelle », sur sport365.fr, (consulté le 15 novembre 2013)
  4. « Championnats du Monde 2006 à Bordeaux : l'équipe de France définie », sur velo101.com, (consulté le 28 octobre 2013)
  5. « Potins des régions : 15/04 - Auvergne - Damien Monier 8ème à Bordeaux », sur velo.yellis.net, (consulté le 28 octobre 2013)
  6. « Vuelta : L’équipe Cofidis », sur archives-lepost.huffingtonpost.fr, 28 août2007 (consulté le 15 novembre 2013)
  7. « Nuyens et Verbrugghe au départ du Giro », sur 7sur7.be, (consulté le 15 novembre 2013)
  8. « Interview exclusive de Damien Monier », sur velo-club.net, (consulté le 15 novembre 2013)
  9. « La métamorphose de Damien Monier », sur cyclismag.com, (consulté le 15 novembre 2013)
  10. « Monier remplace Valentin », sur lequipe.fr, (consulté le 25 octobre 2013)
  11. « La belle victoire de Monier », sur lequipe.fr, (consulté le 25 octobre 2013)
  12. « Monier en pleine lumière », sur eurosport.fr, (consulté le 26 mai 2010)
  13. « Cofidis: le dernier billet pour Monier », sur sport.fr, (consulté le 27 octobre 2013)
  14. a et b « Tour de France : Damien Monier, la maturité sur le tard », sur fr.reuters.com, (consulté le 27 octobre 2013)
  15. « Fin de saison pour Kern et Monier », L'Equipe,‎ , p. 18
  16. « Monier grièvement blessé », sur lequipe.fr, (consulté le 22 janvier 2012)
  17. « Route Cofidis Damien Monier "Je n'arrête pas ma carrière" », sur ffc.fr, (consulté le 26 septembre 2013)
  18. « Damien Monier signe chez Bridgestone », sur lamontagne.fr, (consulté le 27 septembre 2012)
  19. « Et pendant ce temps… Monier parle japonais », sur velochrono.fr, (consulté le 26 septembre 2013)
  20. « Thomas Lebas vainqueur au Tour de Hokkaido », sur velostory.net, (consulté le 21 septembre 2013)
  21. « Le chiffre du jour : Monier, le 15e vainqueur français », sur directvelo.com, (consulté le 29 juin 2014)
  22. « classement général individuel au temps du tour de la Guadeloupe 2014 (résultats officiels) », sur toursdeguadeloupe.com, (consulté le 11 août 2014)
  23. Antonin Auvinet, « Thomas Lebas vainqueur final », sur cyclismactu.fr, (consulté le 4 février 2015)
  24. Dominique Chomereau-Lamotte, « La 7e étape en images », sur Franceantilles.fr, (consulté le 12 août 2015)
  25. « Vélo : le Français Damien Monier remporte le KOM 2015 », sur taiwaninfo.nat.gov.tw, (consulté le 7 août 2016)
  26. « 8e étape (2e tronçon) : Damien Monier écrase la concurrence, José Chacon prend le maillot jaune », (consulté le 7 août 2016)
  27. Yasmina Yacou, « 9ème étape : La troisième fois fut la bonne pour Damien Monier », (consulté le 7 août 2016)
  28. Thibaut Desmarest, « Damien Monier, la délivrance », sur guadeloupe.franceantilles.fr, (consulté le 9 août 2016)
  29. Nicolas Pineau, « Tour de Kumano - Damien Monier remporte la dernière étape », sur cyclismactu.net, (consulté le 6 juin 2017)
  30. Maurice Helman, « Tour de Corée - B. Jones l'étape, Kyeongho Min le général », sur cyclismactu.net, (consulté le 19 juin 2017)
  31. « Tour de la Guadeloupe 2017 - Résultats officiels », sur guadeloupe.franceantilles.fr, (consulté le 8 août 2017)
  32. Nicolas Gachet, « Une autre Conti pour Damien Monier », sur directvelo.com, (consulté le 1er janvier 2018)
  33. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2010 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  34. (en) « UCI Africa Tour Ranking - 2014 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  35. (en) « UCI America Tour Ranking - 2014 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  36. (en) « UCI America Tour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  37. (en) « UCI Asia Tour Ranking - 2013 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  38. (en) « UCI Asia Tour Ranking - 2014 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  39. (en) « UCI Asia Tour Ranking - 2015 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  40. (en) « UCI Asia Tour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  41. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2010 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  42. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2011 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  43. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2013 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  44. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2015 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :