Damião Vaz d'Almeida

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Damião Vaz d'Almeida
Illustration.
Fonctions
Ambassadeur de Sao Tomé-et-Principe en Angola

(4 ans et 3 mois)
Président Evaristo Carvalho
Premier ministre Patrice Trovoada
Premier ministre de la République
démocratique de Sao Tomé-et-Principe

(8 mois et 21 jours)
Président Fradique de Menezes
Prédécesseur Maria das Neves
Successeur Maria do Carmo Silveira
Président du conseil régional
gouvernemental de Principe

(7 ans et 17 jours)
Président Miguel Trovoada
Fradique de Menezes
Premier ministre Carlos da Graça
Armindo Vaz d'Almeida
Raul Bragança Neto
Guilherme Posser da Costa
Evaristo Carvalho
Gabriel Costa
Prédécesseur Nouvelle fonction
Successeur Zeferino dos Prazeres
Député santoméen

(4 ans, 3 mois et 24 jours)
Élection 2006
Législature VIIIe
Groupe politique MLSTP-PSD
Biographie
Date de naissance (67 ans)
Lieu de naissance Principe (Portugal)
Nationalité Santoméen
Parti politique MLSTP-PSD

Damião Vaz d'Almeida
Présidents du gouvernement régional de Principe
Premiers ministres de Sao Tomé-et-Principe

Damião Vaz d'Almeida, né le à Principe au Portugal, est un homme politique santoméen, Premier ministre du au , membre du Mouvement pour la libération de Sao Tomé-et-Principe - Parti social-démocrate, auquel il fut vice-président. Il fut également président du conseil régional de Principe pendant 7 ans de 1995 à 2002.

Il est nommé ambassadeur en Angola par le décret no 16 / 2012 de Manuel Pinto da Costa, après trois ans sans représentants fixes dans ce pays[1]. Il est par la suite disculpé avec trois autres ambassadeurs (Homero Jeronimo Salvaterra, Carlos Filomeno Agostinho das Neves et António Quintas Espírito Santo) par le président Evaristo Carvalho le [2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (pt) Sónia Lopes, « Carlos Neves representa São Tomé e Príncipe junto às Nações Unidas », sur Téla Nón, (consulté le 29 janvier 2017).
  2. (pt) « Presidente de São Tomé demite quatro embaixadores e um juiz », sur Observador, (consulté le 22 janvier 2017).