Dame de tous les Peuples

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dame de Tous les Peuples
Image illustrative de l’article Dame de tous les Peuples
Image de la Dame de Tous les Peuples.
Apparition mariale
Vénérée à Chapelle de la Dame de Tous les Peuples à Amsterdam, Pays-Bas Drapeau : Pays-Bas

La Dame de Tous les Peuples est le vocable sous lequel est invoquée la Vierge Marie[N 1], telle qu'elle serait apparue à Ida Peerdeman à Amsterdam, aux Pays-Bas, du au . Au cours de ces 56 apparitions, la Vierge aurait délivré plusieurs messages concernant l'avenir de l'Église catholique et du monde, et elle aurait appelé les fidèles à la prière et à la conversion pour obtenir un monde en paix. Elle se serait désignée comme Médiatrice, Avocate et Co-rédemptrice.

Ces apparitions ont été reconnues officiellement par l'évêque du lieu en 2002. En 2005, la Congrégation pour la doctrine de la foi a autorisé une prière (après modification) à la Dame de tous les peuples. En 2020, une controverse a été levée sur la reconnaissant ou non, par le Vatican, de ces apparitions.

Historique[modifier | modifier le code]

Ida Peerdeman est née le à Alkmaar, dans une famille modeste. Elle aurait été favorisée d'apparitions mariales dès 1917, année des apparitions de Fátima, qu'elle confia à son directeur spirituel mais qui lui interdira d'en parler[1].

Le véritable cycle des apparitions débute le [2], au crépuscule de la Seconde Guerre mondiale. Elle se serait présentée à elle comme la Dame de Tous les Peuples. Dans les apparitions suivantes, la Vierge Marie lui aurait présenté le plan de salut préparé par Dieu pour le monde, qu'il réaliserait notamment par elle, la Vierge[1]. Pour cela elle lui aurait donné une image et une prière. L'image représente Marie, avec la croix et avec les pieds posés sur le globe terrestre. De ses mains sortent des rayons, représentant les grâces qu'elle dispensera à tous les peuples qui se tourneront vers la croix du Christ.

Quant à la prière, la Vierge se serait exprimée dessus en ces termes : « Vous ne pouvez pas imaginez le pouvoir et l'importance de cette prière auprès de Dieu » ; « Cette prière sauvera le monde » ; « Cette prière est donnée pour la conversion du monde »[1]. Voici le texte de la prière, traduit en 80 langues aujourd'hui :

« Seigneur Jésus Christ, Fils du Père, envoie aujourd'hui ton Esprit sur la terre. Fais habiter ton Esprit Saint dans les cœurs de tous les peuples, afin qu'ils soient préservés de la corruption, des calamités et de la guerre. Que la Dame de Tous les Peuples, la Bienheureuse Vierge Marie, soit notre avocate. Amen. »

La Vierge aurait également insisté sur la récitation du rosaire, et sur l'importance de l'eucharistie[3].

La Vierge aurait aussi demandé à Ida Peerdeman que le pape établisse un cinquième dogme marial, concernant le rôle de Marie comme Co-rédemptrice, Médiatrice et Avocate du genre humain[4].

Dans la nuit du , la Vierge aurait annoncé à Ida que le pape Pie XII mourrait dans les premiers jours du mois d'octobre. Elle nota cette annonce dans son journal. Et en effet, Pie XII mourut le [1]. De 1958 à 1970, Ida Peerdeman aurait vécu des expériences eucharistiques d'origine mystique[1]. Ida est décédée le à 90 ans[2].

Reconnaissance par l’Église Catholique[modifier | modifier le code]

Chapelle de la Dame de toutes les Nations à Amsterdam (Pays-Bas).

La reconnaissance officielle des « apparitions » a connu de multiples rebondissements. Pour les historiens Joachim Bouflet et Philippe Boutry, « le témoignage donné par la voyante Ida Peerdeman, au fil d'une vie d'effacement a pesé d'un grand poids dans la reconnaissance du culte de La Dame de tous les Peuples »[2].

Le , Mgr Johannes Petrus Huibers déclare qu'il n'y a « aucune preuve du caractère surnaturel des apparitions » et il interdit la vénération publique. La Congrégation pour la doctrine de la foi du Vatican confirme sa position le , puis à nouveau les et le [5].

Puis comme l'indique l’indique Mgr Punt, évêque émérite du diocèse de Haarlem-Amsterdam : "En 1967, l'évêque de Haarlem de l'époque, Theodorus Zwartkruis, à la demande de nombreux fidèles et en consultation avec la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, a décidé de rouvrir le dossier. Une nouvelle commission diocésaine ne pouvait pas tirer de conclusion claire, mais avait tendance à attribuer une origine naturelle aux événements. Pourtant, il a conseillé l'octroi de l'autorisation pour la dévotion publique. En 1974, la Congrégation car la doctrine de la foi n'a pas déclaré que les apparitions sont fausses, mais a précisé que le «non constat de supernaturalitate »existait toujours, et dans une publication officielle a confirmé l'interdiction de la vénération publique de 1956 par Mgr Huibers.

En 1973, un développement inattendu s'est produit. Les sœurs d'un couvent d'adoration eucharistique à Akita, Japon, avait commandé une statue en bois d'après l'image de la Dame de tous les peuples, et ont prié quotidiennement la prière d'Amsterdam. En juillet 1973, Sœur Agnès Sasagawa entendit une belle voix arriver de la statue de la Dame de tous les peuples, donnant des messages. Aussi, guérisons, larmes et autres événements miraculeux ont émané de cette statue, cinq fois en présence de l'évêque lui-même. Après une longue enquête scientifique menée par l'Université d'Akita, l'évêque local, John Shojiro Ito, le 22 avril, 1984 a approuvé «le caractère surnaturel des événements». Il a fait un pèlerinage à Amsterdam, et peu avant sa mort, il a écrit une lettre (28 février 1989) à l'évêque de Haarlem, dans laquelle il confirme qu'il avait approuvé les événements concernant la statue de la Dame de tous les peuples à Akita, comme provenant d'une origine surnaturelle. Il y a aussi une relation profonde entre la Dame de tous les peuples et la Sainte Eucharistie, à Akita comme à Amsterdam.

En 1984, Rome a modifié sa position sur Amsterdam. La Congrégation pour la Doctrine de la Foi conseille à l'évêque local de l'époque, Henricus Bomers, d'envisager de faire une distinction entre les titre et les apparitions, exprimant que la Congrégation était encline à reconnaître le titre. Dans les années suivantes, il y a une correspondance continue entre l'évêque local et la Congrégation au sujet de la possibilité et de la réalité d'une telle distinction. Le 6 avril 1990, la Congrégation déclare que « l'évêque de Haarlem lui-même devra juger de l'opportunité de cette décision. En 1995, Rome permet la vénération publique. Cette année-là, Mgr Punt est nommé évêque auxiliaire de Haarlem. Lors de sa visite d'introduction à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, octobre 1995, Mgr Punt rapporte : « le préfet, le cardinal Joseph Ratzinger, a soulevé la question de la dévotion à la Dame de tous les peuples, et a demandé mon avis sur ce sujet. J'ai répondu que j'étais en faveur de l’autorisation de la dévotion publique, sans encore porter de jugement sur l'authenticité, mais que j’attendais de nouveaux développements. Le préfet a donné autorisation à cette politique. Le 31 mai 1996, Mgr Bomers, avec moi en tant qu'évêque auxiliaire, a donc publié un décret dans lequel nous avons permis la vénération publique de «La Dame de tous les peuples », et laissé la question de l'authenticité des apparitions elles-mêmes à la conscience des fidèles. La dévotion s'est fortement répandue[6]. »

Le , l’évêque de Haarlem Mgr Henricus Joseph Aloysius Bomers autorise donc la prière qui aurait été donnée par la Vierge pour la dévotion privée[2],[7] et fait procéder au couronnement de la statue de « la Dame de tous les peuples », « sans que cela implique une reconnaissance du caractère surnaturel des apparitions »[2],[8].

Le , Mgr Joseph Maria Punt, évêque de Haarlem-Amsterdam, reconnaît comme authentiques et dignes de foi les messages et les apparitions de la « Dame de Tous les Peuples » à Amsterdam[9],[10].

En juillet 2005, la Congrégation pour la doctrine de la Foi demande la modification de la prière associée au culte de la supposée apparition, l’expression « qui fut un jour Marie » devant être remplacée par « la Sainte Vierge Marie »[11].

Controverse[modifier | modifier le code]

En septembre 2020, le groupe de presse Imedia, dans un article rédigé par Hendro Munsterman[N 2], rapporte dans une brève non sourcée, publiée le , que suite à une question posée par le cardinal Bechara Boutros Rahi, un membre de la Congrégation pour la doctrine de la foi aurait publié le une lettre dans laquelle elle confirmerait que son avis de 1974 indiquant qu’« il n’est pas opportun de contribuer à la diffusion de la vénération de Marie en tant que Dame de tous les Peuples » est définitif, et indiquerait aux catholiques qu'ils doivent « cesser toute propagande sur les apparitions et révélations revendiquées de la Dame de tous les Peuples et sont exhortés à exprimer leur dévotion à la Très Sainte Vierge, Reine de l’Univers sous des formes reconnues et recommandées par l’Église. »[8].

Cette information n'est diffusée que sur quelques rares sites et blogs francophones qui ne mettent pas à disposition la dite lettre officielle. Cette information n'est pas non plus confirmée par le site officiel du Vatican[N 3], ni publiée sur des média officiels du Vatican (Bureau de presse du Saint-Siège ou Vatican news). L'évêque émérite d'Amsterdam, contacté par de nombreux fidèles, publie une lettre en date du , rappelant la reconnaissance de la dévotion appuyée et encadrée par la Congrégation pour la doctrine de la Foi au cours des années, et le soutien explicite du pape François donné sous la forme d'une bénédiction apostolique aux fidèles participant à une journée de prière internationale en Allemagne en 2019. La publication de l'évêque émérite d'Amsterdam confirme donc officiellement l'autorisation de cette dévotion et la bénédiction apostolique donnée par le Pape François aux fidèles invoquant la Vierge, Mère de tous les peuples[12].

Sur son site internet, l'évêque d'Amsterdam indique que la réponse transmise par le nonce apostolique au Liban au cardinal Bechara Boutros Rahi était « une simple lettre privée », et que celle-ci s'appuyait sur une communication faite par la Congrégation pour la doctrine de la foi en 1974[13] et ne prenait pas en compte les évolutions du dossier depuis cette date (dont l'approbation par la congrégation d'une version modifiée de prière à la dame de tous les peuples en 2005[N 4])[14]. Malgré la réponse de l'évêché, Hendro Munsterman[N 2], l'auteur du premier article maintient sa position (que la lettre du nonce apostolique est une « réponse officielle du Vatican » et non « une lettre privée ») affirmant que l'apparition est bien non reconnue par le Vatican, et que l'évêque se trompe[15].

Liens avec d'autres apparitions mariales[modifier | modifier le code]

  • Notre-Dame d'Akita : apparitions en 1973 à une religieuse japonaise et lacrimations d'une statue représentant la Dame de Tous les Peuples.
  • Betania : apparitions de 1976 à 1990 à une femme vénézuélienne. La Vierge se serait présentée à elle comme la Vierge réconciliatrice de « Tous les Peuples ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. A ne pas confondre avec le titre que s'est attribuée la fondatrice de l'Armée de Marie, qui est en rupture avec l’Église catholique, excommuniée par la Congrégation pour la doctrine de la foi en 2007. Voir Stéphanie Audet, « Communauté de la Dame de tous les peuples (Armée de Marie) », sur Université de Laval, (consulté le 7 octobre 2020).
  2. a et b Hendro Munsterman est « un opposant déclaré de l'appellation Marie co-rédemptrice » (nouveau dogme demandé par la voyante et les partisans de l'apparition). Il a publié un livre sur ce thème en 2006 : Hendro Munsterman, Marie corédemptrice ? : Débat sur un titre marial controversé, Cerf, , 104 p. (ISBN 978-2204080286), qui est la publication de son mémoire de master en Théologie Catholique à Strasbourg. Voir E. Parmentier, « Hendro Munsterman, Marie corédemptrice », Revue d'Histoire et de Philosophie religieuses, no 87,‎ , p. 105 (lire en ligne, consulté le 19 octobre 2020).
  3. Une recherche sur le site du Vatican ne donne aucune trace d'une communication officielle et récente de la Congrégation pour la doctrine de la foi, ce qui serait normalement son usage, en cas de condamnation d'apparition.
  4. Soit trois ans après la reconnaissance des apparitions par l'évêque. A noter que dans le cas des apparitions mariales de Lipa, reconnues par l'évêque du lieu, la Congrégation pour la doctrine de la foi répond à l'évêque dans les mois suivants pour casser sa décision et déclarer que « le phénomène de Lipa n’était pas d’origine surnaturelle ». Cette lettre officielle du Vatican est publiée six mois plus tard. Voir « Les apparitions présumées de Lipa déclarées « inauthentiques » », Église d'Asie,‎ (lire en ligne). A ce jour le Vatican n'a publié aucune décision officielle cassant la déclaration de reconnaissance de l'évêque en 2020.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e (en) « Who is the Lady of All Nations ? », sur The Lady of All Nations, amsterdamapparitions.com, (consulté le 11 avril 2019).
  2. a b c d et e Joachim Bouflet et Philippe Boutry, Un signe dans le ciel : Les apparitions de la Vierge, Grasset, , 475 p. (ISBN 978-2-246-52051-1), p. 354-355.
  3. F. Breynaert, « Amsterdam : Rosaire et Chemin de croix », sur Marie de Nazareth, mariedenazareth.com (consulté le 11 avril 2019).
  4. Françoise Breynaert, « Amsterdam : la demande d’un 5° Dogme », sur Marie de Nazareth, mariedenazareth.com (consulté le 11 avril 2019).
  5. (en) « Sacred Congregation for the Doctrine of the Faith », L’Osservatore Romano,‎ , p. 12 (lire en ligne, consulté le 11 avril 2019).
  6. (en-US) « The Church's stance », sur Stichting Vrouwe van alle Volkeren, Amsterdam (consulté le 20 septembre 2020)
  7. (en) Bomers, Hendrik, « Notification for the catholic faithful of the diocese of Haarlem » [JPG], sur Global Catholic Network, ewtn.com, (consulté le 11 avril 2019).
  8. a et b « Le Saint-Siège rejette les apparitions de la Vierge à Ida Peerdeman », sur Aleteia, (consulté le 15 septembre 2020).
  9. « Reconnaissance des apparitions d'Amsterdam », sur Marie de Nazareth, mariedenazareth.com (consulté le 11 avril 2019).
  10. (en) Punt, Jozef, « (2002-05-31). "In Response to Inquiries Concerning the Lady of All Nations Apparitions » [PDF], sur Global Catholic Network, ewtn.com, (consulté le 11 avril 2019).
  11. (en) A.W. Leeman, « Change by the Congregation for the Faith », sur devrouwevanallevolkeren.nl, (consulté le 7 octobre 2020).
  12. (en-US) « The Church's stance », sur Stichting Vrouwe van alle Volkeren, Amsterdam (consulté le 20 septembre 2020)
  13. S. Congrégation pour la doctrine de la foi, « Notifiction à propos des soi-disnts apparitiosn d'Amsterdam », sur Vatican.va, (consulté le 9 octobre 2020).
  14. (nl) « De Vrouwe van alle Volkeren, Reactie op een artikel in het Nederlands Dagblad », sur Evêché d'Amsterdam, bisdomhaarlem-amsterdam.nl, (consulté le 7 octobre 2020).
  15. (nl) « Amsterdamse 'verschijningen': het Vaticaan vindt ze inderdaad 'vals' Een reactie op het bisdom Haarlem-Amsterdam », Katholiek Inside,‎ (lire en ligne, consulté le 7 octobre 2020). (réponse officielle cité et publiée par le De Roerom (web-journal néerlandais)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

ouvrages en français :

  • Joachim Bouflet et Philippe Boutry, Un signe dans le ciel : Les apparitions de la Vierge, Grasset, , 475 p. (ISBN 978-2-246-52051-1), p. 354-355,470.
  • Les messages de la Dame de tous les peuples, Téqui, , 220 p. (ISBN 978-2-7403-1308-4).
  • Françoise Breynaert, Amsterdam, Notre-Dame de tous les peuples : explication des messages et de la demande d'un 5ème dogme, Onet-le-Château, Rassemblement à Son Image, , 233 p. (ISBN 978-2-36463-321-6 et 2-36463-321-4).
  • Raoul AUCLAIR, La Dame de tous les peuples, Paris, Nouvelles Editions Latines, (1re éd. 1967), 203 p. (ISBN 978-2-7233-1453-4).
  • H.A. Brouwer, Le message de la Dame de tous les peuples, Amsterdam, Vrouwe van alle Volkeren, , 46 p..
  • Louis KNUVELDER, L'histoire de la Dame de tous les peuples, Amsterdam, Secrétariat Vrouwe van alle Vlokeren, , 159 p..

ouvrages en d'autres langues :

  • (it) P. Paul M. Sigl, Ida Peerdeman : La veggente di Amsterdam, .
  • (it) I messaggi della "Signora di tutti i popoli", Vocepiù, .
  • (it) Vincenzo Mercante, Sono la Signora di tutti i popoli. Corredentrice, mediatrice e avvocata, Ancilla, coll. « Mariologia », , 256 p. (ISBN 978-88-88609-52-2).
  • (de) de:Manfred Hauke, « Die Manifestationen der „Frau aller Völker“. Klärende Hinweise. », Sedes Sapientiae. Mariologisches Jahrbuch, Kisslegg, no 16 (2012) Band 2,‎ , p. 60-87 (lire en ligne, consulté le 11 avril 2019).
  • (de) de:Gebhard Paul Maria Sigl: Die Frau aller Völker: „Sie wird unter diesem Titel die Welt retten!“; Amsterdamer Botschaft vom 20. März 1953; Miterlöserin, Mittlerin, Fürsprecherin. Verlag Lütisburg-Station: Familie Mariens der Miterlöserin; 1998, 344 S. (ISBN 978-3-9521553-0-1)
  • (de) Die Botschaften der Frau aller Völker. 9. Auflage, Miriam-Verlag, Jestetten 2004, (ISBN 3-87449-006-8).