Dame Carcas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Buste de la Dame Carcas devant la porte narbonnaise.
Tête de la statue originale.

Dame Carcas est un personnage légendaire de la ville de Carcassone. Elle est selon la légende la femme de Ballak, prince musulman de Carcassonne, qui est tué au combat contre Charlemagne[1],[2]. Cette dernière suite au décès de son mari aurait prit en main la défense de la ville face à l'armée franque et l'aurait repoussée[3],[4].

Légende[modifier | modifier le code]

Le récit légendaire affirme que Charlemagne et son armée étaient aux portes de la ville de la Carcassonne afin de la prendre, cette dernière était alors aux mains des arabes. La cité de Carcassonne avait alors pour roi un musulman du nom de Ballak. Ce dernier apprenant l'arrivée des troupes franques de Charlemagne, part à sa rencontre avec son armée mais est défait par l'empereur ; lui et tous ses hommes périssent durant la bataille. Dame Carcas quant à elle, était l'épouse de Ballak, apprenant la mort de son mari elle organise la défense de la cité.

Le siège mené par les francs s'éternise et il dure depuis déjà cinq ans. Mais au début de la sixième année, la nourriture et l'eau se font de plus en plus rares. Dame Carcas faire alors l'inventaire de toutes les réserves qui lui restaient. La ville étant sarrasine, une part de la population étant alors musulmane ne consomment pas de porc. Les villageois lui amenèrent ainsi un porc et un sac de blé. Elle eut alors l'idée de nourrir le porc avec le sac de blé puis de le précipiter depuis la plus haute tour de la Cité au pied des remparts extérieurs[5].

Charlemagne et ses hommes, croyant que la Cité débordait encore de vivres au point de gaspiller un porc nourri au blé, leva le siège. Voyant l'armée de Charlemagne quitter la plaine devant la Cité, Dame Carcas remplie de joie par la victoire de son stratagème décida de faire sonner toutes les cloches de la ville. Un des hommes de Charlemagne s'écria alors « Carcas sonne ! », d'où le nom de la Cité.

Historiographie[modifier | modifier le code]

Selon l'historiographie, Dame Carcas est un personnage qui semble se voir de l'ordre du légendaire. La légende peut selon certains dériver de chansons de gestes médiévales disparues. Elle fut recueille d'après la tradition orale par divers auteurs notamment au XVIe par Jean Dupré et au XVIIe siècle par Guillaume Besse[6] et Guillaume Catel. Charlemagne n'a probablement pas fait le siège de Carcassonne, son père Pépin le Bref l'ayant déjà prise aux Sarrasins vers 759, alors que Charlemagne avait 17 ans.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

  • À l'entrée du pont-levis, le buste de Dame Carcas accueille les visiteurs. Il s'agit d'une réplique. L'original, datant du XVIe siècle, est conservé au château.
  • Il existe une auberge de Dame Carcas dans la cité.
  • Des sablés au nom de Friandises de Dame Carcas sont commercialisés par l'Épicerie de la cité.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Bridget Hosey, « Carcassonne: A Medieval Citadel Rich in Historical Eloquence », History Class Publications,‎ (lire en ligne)
  2. Claude Marquié, « Dame Carcas, une héroïne musulmane ? », La Dépêche du Midi,‎ (ISSN 0181-7981, lire en ligne)
  3. Philippe Giraud, Les couleurs de l'Aude, Ed. du Pélican, 2002, (ISBN 2-7191-0630-5), p. 29
  4. « La légende de Dame Carcas », Ministère de la culture (consulté le 23 mai 2007)
  5. « La Légende de Dame Carcas », sur http://www.tourisme-carcassonne.fr/
  6. Guillaume Besse. Histoire des antiquités et comtes de Carcassonne. À Béziers, pour A. Estradier, marchand libraire de Carcassonne, 1645, in-4°, 256 p. (Réédité par Jean Amiel, Carcassonne, 1928).

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

  • Gauthier Langlois, « La Légende de Dame Carcas. Les origines épiques », Bulletin de la Société d’études scientifique de l’Aude, t. CIX, 2009, p. 77-87 et t. CX, 2010, p. 45-58.
  • Sylvie Caucanas, « Dame Carcas, une héroïne sarrasine », Perpignan, l’histoire des musulmans dans la ville (du Moyen Âge à nos jours). Recueil des communications du colloque du 7 et 8 avril 2005, Perpignan, Archives communales, 2005, p. 33-44.
  • Daniel Bernardin, De Dame Carcas à Carcassonne, L'Isle-d'Espagnac, D. Bernardin, 1996, 48 p.

Adaptations[modifier | modifier le code]

  • Gauthier Langlois (dir. et scénario), Yigaël (dessin) et al., « Un troubadour à la cour des Trencavel : la légende de Dame Carcas », dans Au fil des siècles : Histoire(s) de Carcassonne, Albi, Grand Sud, coll. « Histoire(s) », , 42 p. (ISBN 978-2-36378-043-0, présentation en ligne)
  • Jean-Pierre Kerloc'h (scénario), Sophie Minana (dessin), La Véritable légende de Dame Carcas, Ventenac-Cabardès, Éd. du Cabardès, 2010, 28 p. (coll. "histoires d'Histoire"). (ISBN 978-2-9534371-6-4).
  • Mor (scénario et dessin), La Légende de Dame Carcas, Cazilhac : Belisane, 2003, 40 p. (ISBN 2-910730-39-5).
  • Jean-Claude Pertuzé (scénario et dessin). Dame Carcas, Portet-sur-Garonne : Loubatières, 1997, 40 p. (Coll. Petits contes et légendes des pays occitans no 1), (ISBN 2-86266-249-6).
  • Julia Durand (scénario), Pierre Bonnafous (dessin), La légende de Dame Carcas, Carcassonne, Éd. Prestation soleil, 1996, 54 p., (ISBN 2-9509-9570-5).
  • Émile E., Dame Carcas, histoire et légende : d'après la tradition, Carcassonne, M. Bouffard, 1975, 38 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]