Damaras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Damara (homonymie).

Damaras

Description de cette image, également commentée ci-après

Paysans Damaras

Populations significatives par région
Drapeau de la Namibie Namibie 100 000[1]
Population totale 100 000[1]
Autres
Langues

héréro ou nama

Religions

animisme

Ethnies liées

Héréros, Namaquas

Description de cette image, également commentée ci-après

Carte de répartition

Le Damaraland dans le plan Odendaal de 1964

Les Damaras sont un groupe ethnique d'Afrique australe, présent au centre et au sud de la Namibie. Aujourd'hui plus de 100 000[1], ils représentaient 8 %[2] de la population namibienne à la fin du XXe siècle.

Ethnonymie[modifier | modifier le code]

Selon les sources, on observe quelques variantes : Bergdama, Bergdamara, Damara, Hill Damaras[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Leur origine est encore mal connue. Selon les anthropologues, assimilés à des peuples khoïsans, ils pourraient cependant être le premier groupe bantou (originaire d'Afrique centrale) à être venu s'installer en Namibie vers le IXe ou Xe siècle.

Jeune Damara (Archives fédérales d'Allemagne, 1897)
Sépulture damara (gravure 1857)

Les Damaras occupèrent le centre de la Namibie, mais ils furent repoussés par les vagues migratoires successives et belliqueuses de peuples venant du sud tels que les Namas et les Oorlams vers les années 1820, mais aussi par ceux venant du nord comme les Hereros qui les réduisirent en esclavage.

Affranchis de leur servage à la fin du XIXe siècle par l'administration coloniale allemande, les Damaras ont longtemps été assigné dans leurs territoires dits ancestraux du Damaraland. Ces territoires furent constitués administrativement en bantoustan sous le régime de l'apartheid lorsque l'Afrique du Sud dirigeait le Sud-Ouest africain (aujourd'hui la Namibie). C'est en 1970 que fut fondé et géographiquement délimité le Damaraland, par le rapport Odendaal. Ce territoire comptait 44 000 habitants et la capitale était Khorixas (11 000 habitants).

Le Damaraland fut incorporé en 1992 dans la nouvelle région post-apartheid de Kunene.

Langues[modifier | modifier le code]

Certains Damaras parlent une langue héréro, d'autres une langue nama[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) James Stuart Olson, « Damara » in The Peoples of Africa : An Ethnohistorical Dictionary, Greenwood Publishing Group, 1996, p. 137
  2. (en) Mohamad Z. Yakan, « Damara », in Almanac of African Peoples & Nations, Transaction Publishers, New Brunswick, N.J., 1999, p. 275-276 (ISBN 9781560004332)
  3. Source Bibliothèque du Congrès [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Sigrid Schmidt, Als die Tiere noch Menschen waren : Urzeit- und Trickstergeschichten der Damara und Nama in Namibia, Rüdiger Köppe Verlag, Cologne, 1995, 256 p. (ISBN 3-927620-88-2)
  • (de) Heinrich Vedder, Die Bergdama, L. Friederichsen, Hambourg, 1920-1923, 2 vol.
  • (en) James Edward Alexander (Sir), An expedition of discovery into the interior of Africa : through the hitherto undescribed countries of the Great Namaquas, Boschmans, and Hill Damaras, H. Colburn, Londres, 1838, 2 vol.
  • (en) Carl Hugo Linsingen Hahn, The native tribes of South-West Africa : The Ovambo - The Berg Damara - The bushmen of South West Africa - The Nama - The Herero, Cape Times Ltd., Le Cap, 1928, 211 p.
  • (fr) Robert Pimienta, L'Ancienne colonie allemande du Sud-Ouest africain, A. Challamel, Paris, 1920, 86 p.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Tate Penda, film de fiction d'Errol Geingob, Namibie, 2006, 77'

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :