Dallara 188

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dallara 188
Présentation
Équipe Drapeau de l'Italie BMS Scuderia Italia
Constructeur Drapeau de l'Italie Dallara
Année du modèle 1988
Concepteurs Gian Paolo Dallara
Sergio Rinland
Spécifications techniques
Châssis Monocoque en fibre de carbone
Suspension avant Amortisseurs Koni
Suspension arrière Amortisseurs Koni
Nom du moteur Ford-Cosworth DFZ V8
Cylindrée 3 500 cm3
585 ch à 11 000 tr/min
Configuration 8 cylindres en V à 90°
Boîte de vitesses BMS/Hewland
Nombre de rapports 6 + marche arrière
Système de freinage Disques en fibre de carbone AP Racing
Poids 500 kg
Dimensions Empattement : 2 880 mm
Voie avant : 1 792 mm
Voie arrière : 1 672 mm
Carburant Castrol
Pneumatiques Goodyear
Histoire en compétition
Pilotes 36. Drapeau de l'Italie Alex Caffi
Début Grand Prix de Saint-Marin 1988
Courses Victoires Pole Meilleur tour
15 0 0 0
Championnat constructeur 12e avec aucun point

Chronologie des modèles (1988)

La Dallara 188 est la monoplace de Formule 1 conçue par Dallara et engagée par l'écurie italienne Scuderia Italia, dans le cadre du championnat du monde de Formule 1 1988. Pilotée par l'Italien Alex Caffi, elle remplace la 3087, monoplace de Formule 3000 engagée par la nouvelle écurie pour disputer le premier Grand Prix de la saison, au Brésil. La 188 s'en distingue par un moteur Ford-Cosworth de 585 chevaux, soit 90 de plus que celui de la 3087.

Historique[modifier | modifier le code]

La 188 est engagée à partir du Grand Prix de Saint-Marin, deuxième manche de la saison. Caffi se qualifie en vingt-quatrième position, à sept secondes de la pole position d'Ayrton Senna. Lors de la course, l'Italien abandonne au dix-huitième tour à la suite d'un problème de boite de vitesses[1],[2]. À Monaco, alors qu'il occupe la dix-septième place sur la grille, il est percuté par un concurrent au départ et tape le rail, l'obligeant à abandonner[3],[4]. Le Grand Prix suivant, au Mexique, n'est pas plus fructueux puisque Caffi, élancé depuis la vingt-troisième position, percute la Ligier de René Arnoux dans la deuxième moitié de l'Autódromo Hermanos Rodríguez, provoquant l'abandon des deux pilotes. Avec trente-et-un engagés pour le Grand Prix du Canada, une séance de préqualification est organisée, et Caffi, réalisant un meilleur tour plus lent d'une seconde que les autres monoplaces de fond de grille, ne peut participer au reste du week-end de Grand Prix[5].

Il faut attendre la sixième manche de la saison, le Grand Prix de Détroit pour que l'écurie italienne termine pour la première fois de son histoire un Grand Prix de Formule 1, Caffi finissant huitième et avant-dernier, à deux tours de Senna. L'Italien occupe même un temps la sixième place, synonyme d'entrée dans les points, avant d'être dépassé par Pierluigi Martini et Yannick Dalmas[6]. En France, il qualifie sa modeste 188 en quatorzième position avant de terminer douzième de la course, à deux tours du vainqueur Alain Prost[7],[8]. Au Grand Prix de Grande-Bretagne, vingt-et-unième des qualifications, Caffi effectue quelques dépassements pour terminer onzième, à un tour de Senna[9],[10]. À Hockenheim, en Allemagne, Caffi reste dans le ventre mou du peloton et finit quinzième[11].

La fin de la saison européenne permet davantage encore à Caffi de montrer son potentiel : en Hongrie, sur le tracé du Hungaroring qui semble convenir à la 188, il effectue le dixième temps qualificatif, à deux secondes de Senna, sa meilleure performance dans cet exercice cette saison. S'il parvient à conserver cette position en début de course, son moteur Ford-Cosworth explose au vingt-deuxième tour[12],[13]. Au Grand Prix de Belgique, Caffi profite des nombreux abandons de ses rivaux pour finir huitième, à un tour de Senna[14]. En Italie, auteur du vingt-et-unième temps des qualifications, il abandonne au vingt-quatrième tour sur problème électrique[15],[16]. Lors de l'épreuve suivante, disputée au Portugal, Caffi, parti de la dix-septième position sur la grille, hisse sa modeste monoplace à la septième place finale, à un tour de Prost, réalisant sa meilleure performance en course de la saison[17],[18]. Ensuite, au Grand Prix d'Espagne, il termine dixième, encore à un tour du Français[19].

Les deux dernières manches du championnat s'avèrent plus contrastées : pour le Grand Prix du Japon, Alex Caffi est vingt-et-unième des qualifications à 5,1 secondes d'Ayrton Senna. En course, il stagne en queue de peloton et est victime d'un accident au bout de vingt-deux tours[20],[21]. Enfin, en Australie, luttant avec les dix premiers, l'embrayage de sa Dallara 188 se casse au trente-deuxième tour de la course après avoir réalisé, la veille, le onzième temps des qualifications, à trois secondes de Senna[22],[23].

À l'issue de la saison, la Scuderia Italia, malgré des performances plutôt prometteuses, ne marque aucun point et se classe douzième du championnat des constructeurs.

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Résultats détaillés de la Dallara 188 en championnat du monde de Formule 1
Saison Écurie Moteur Pneumatiques Pilotes Courses Points
inscrits
Classement
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16
1988 BMS Scuderia Italia Ford-Cosworth DFZ V8 Goodyear BRÉ SMR MON MEX CAN DET FRA GBR ALL HON BEL ITA POR ESP JAP AUS 0 12e
Alex Caffi Abd Abd Abd Npq 8e 12e 11e 15e Abd 8e Abd 7e 10e Abd Abd

Légende : ici

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Qualifications du Grand Prix de Saint-Marin 1988 », sur statsf1.com (consulté le 31 juillet 2015)
  2. « Classement du Grand Prix de Saint-Marin 1988 », sur statsf1.com (consulté le 31 juillet 2015)
  3. « Qualifications du Grand Prix de Monaco 1988 », sur statsf1.com (consulté le 31 juillet 2015)
  4. « Classement du Grand Prix de Monaco 1988 », sur statsf1.com (consulté le 31 juillet 2015)
  5. « Qualifications du Grand Prix du Canada 1988 », sur statsf1.com (consulté le 31 juillet 2015)
  6. « Classement du Grand Prix des États-Unis 1988 », sur statsf1.com (consulté le 31 juillet 2015)
  7. « Qualifications du Grand Prix de France 1988 », sur statsf1.com (consulté le 31 juillet 2015)
  8. « Classement du Grand Prix de France 1988 », sur statsf1.com (consulté le 31 juillet 2015)
  9. « Qualifications du Grand Prix de Grande-Bretagne 1988 », sur statsf1.com (consulté le 31 juillet 2015)
  10. « Classement du Grand Prix de Grande-Bretagne 1988 », sur statsf1.com (consulté le 31 juillet 2015)
  11. « Classement du Grand Prix d'Allemagne 1988 », sur statsf1.com (consulté le 31 juillet 2015)
  12. « Qualifications du Grand Prix de Hongrie 1988 », sur statsf1.com (consulté le 31 juillet 2015)
  13. « Classement du Grand Prix de Hongrie 1988 », sur statsf1.com (consulté le 31 juillet 2015)
  14. « Classement du Grand Prix de Belgique 1988 », sur statsf1.com (consulté le 31 juillet 2015)
  15. « Qualifications du Grand Prix d'Italie 1988 », sur statsf1.com (consulté le 31 juillet 2015)
  16. « Classement du Grand Prix d'Italie 1988 », sur statsf1.com (consulté le 31 juillet 2015)
  17. « Qualifications du Grand Prix du Portugal 1988 », sur statsf1.com (consulté le 31 juillet 2015)
  18. « Classement du Grand Prix du Portugal 1988 », sur statsf1.com (consulté le 31 juillet 2015)
  19. « Classement du Grand Prix d'Espagne 1988 », sur statsf1.com (consulté le 31 juillet 2015)
  20. « Qualifications du Grand Prix du Japon 1988 », sur statsf1.com (consulté le 31 juillet 2015)
  21. « Classement du Grand Prix du Japon 1988 », sur statsf1.com (consulté le 31 juillet 2015)
  22. « Qualifications du Grand Prix d'Australie 1988 », sur statsf1.com (consulté le 31 juillet 2015)
  23. « Classement du Grand Prix d'Australie 1988 », sur statsf1.com (consulté le 31 juillet 2015)