Dalenda Larguèche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dalenda Larguèche
Pr Dalenda Largueche.jpg
Dalenda Larguèche en mars 2018
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Dalenda Larguèche (arabe : دلندة لرقش), de son nom complet Dalenda Bouzgarrou-Larguèche, née le 16 novembre 1953 à Monastir, est une universitaire et historienne tunisienne spécialiste d'époque moderne et des questions féminines.

Biographie[modifier | modifier le code]

Militante du Parti communiste tunisien, la légalisation de ce parti en 1981 lui donne l’occasion de montrer son talent d’oratrice féministe[1]. Elle s'engage également au sein de l’Association tunisienne des femmes démocrates et au sein de l’Association des femmes tunisiennes pour la recherche sur le développement[2].

En plus de cette résistance, qui s’est traduite par un plein engagement dans la société civile, elle initie et développe, en tant qu’historienne et professeure d'histoire moderne, avec l'appui d’autres collègues universitaires à partir du début des années 1990, un champ relatif à l’enseignement et à la recherche sur l’histoire des femmes[3]. Cette innovation est introduite, non sans résistance, au sein de la faculté des lettres, des arts et des humanités de La Manouba[2].

Membre du conseil scientifique de l’université de Tunis, de l’université de La Manouba, du Laboratoire régions et ressources patrimoniales de Tunisie et du Centre américain des études maghrébines, elle est professeure invitée dans plusieurs universités américaines et européennes, dont l'École pratique des hautes études, l'université Toulouse-Jean-Jaurès, l'université de l'Arizona et l'université de Berkeley. Elle est également responsable de l’équipe de recherche « Genre, femme, société et culture »[4].

Elle est par ailleurs directrice générale du Centre de recherches, d'études, de documentation et d'information sur la femme (CREDIF) entre octobre 2011[4] et le 20 novembre 2013. Limogée par la ministre Sihem Badi et remplacée par Rachida Tlili Sellaouti, elle revient au poste de directrice générale qu'elle occupe entre avril 2016[5] et septembre 2018[6].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Marginales en terre d’Islam (avec Abdelhamid Larguèche), éd. Cérès, Tunis, 1993
  • Mémoire de femmes : Tunisiennes dans la vie publique, 1920-1960 (ouvrage collectif), éd. CREDIF, Tunis, 1994
  • Histoire des femmes du Maghreb : culture matérielle et vie quotidienne [sous la dir. de], éd. Centre de publication universitaire, Tunis, 2000
  • Territoire sans frontières : la contrebande et ses réseaux dans la régence de Tunis au XIXe siècle, éd. Centre de publication universitaire, Tunis, 2001
  • Femmes en ville dans le monde méditerranéen : passé et présent [sous la dir. de], éd. Centre d'études et de recherches économiques et sociales, Tunis, 2005
  • (ar) L’Histoire du Maghreb moderne à travers les sources (المغرب العربي الحديث من خلال المصادر) [avec Abdelhamid Larguèche et Jamel Ben Taher], éd. Centre de publication universitaire, Tunis, 2006
  • Monogamie en islam : l’exception kairouanaise, éd. Centre de publication universitaire, Tunis, 2011[10]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Dalenda Larguèche est mariée à l'historien Abdelhamid Larguèche.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Dalenda Larguèche : “Les femmes sont toujours instrumentalisées” », sur leconomistemaghrebin.com, (consulté le 28 février 2018)
  2. a et b Habib Kazdaghli, « Habib Kazdaghli : félicitations à mon amie Dalenda Larguèche, à toutes les femmes de Tunisie », sur leaders.com.tn, (consulté le 28 février 2017)
  3. Dalenda Larguèche, « En Tunisie », Clio. Femmes, genre, histoire, vol. 9,‎ (ISSN 1252-7017, DOI 0.4000/clio.294, lire en ligne)
  4. a et b « Dalenda Larguèche », sur babelio.com (consulté le 2 février 2018)
  5. « Décret gouvernemental », Journal officiel de la République tunisienne, no 32,‎ , p. 1287 (ISSN 0330-7921, lire en ligne [PDF], consulté le 7 mai 2017)
  6. « Qui succèdera à Dalenda Largueche à la tête du CREDIF », sur leaders.com.tn, (consulté le 13 décembre 2018)
  7. a b et c (en) « Curriculum Vitae : Dalenda Bouzgarrou-Larguèche », sur credif.org.tn (consulté le 28 février 2017)
  8. « Les personnalités féminines décorées par le chef d'État », sur kapitalis.com, (consulté le 28 février 2017)
  9. « Décrets et arrêtés », Journal officiel de la République tunisienne, no 68,‎ , p. 2003 (ISSN 0330-7921, lire en ligne [PDF], consulté le 27 mai 2017)
  10. Alya Hamza, « Le contrat kairouanais : une exception avant-gardiste », sur turess.com, (consulté le 28 février 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]