Dahmane Deriche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Deriche.
Dahmane Deriche
Fonctions
Commissaire politique du Front de libération nationale
Délégué spécial de Souk El Had à la mairie de Ménerville
Membre de l'Exécutif provisoire algérien à Rocher Noir (auj. Boumerdès)
Biographie
Nom de naissance arabe : دحمان دريش
kabyle : ⴹⴰⵀⵎⴰⵏⴻ ⴹⴻⵔⵉⵛⵀⴻ
Date de naissance
Lieu de naissance Souk El Had, Daïra de Thénia, Wilaya de Boumerdès, Basse Kabylie, Algérie.
Date de décès
Lieu de décès Thénia, Daïra de Thénia, Wilaya de Boumerdès, Basse Kabylie, Algérie.
Nationalité Algérienne
Père Mohamed Deriche (1865-1948)
Profession Caïd, Bachagha.
Religion Islam, Sunnisme, Malikisme.
Résidence Département d'Alger, Algérie.
Site web www.thenia.net

Dahmane Deriche (1905-1979) est un militant nationaliste algérien kabyle natif de Souk El Had dans le Département d'Alger durant l'Algérie française[1].

Présentation[modifier | modifier le code]

Dahmane Deriche est né à Souk El Had non loin du douar kabyle de sa tribu des Aïth Hamadouche en 1905[2].

Les Aïth Hamadouche sont une tribu berbère dont le village est situé sur la partie septentrionale du massif du Khachna et qui surplombe l'Oued Isser[3].

Son père est Mohamed Deriche, agriculteur à Souk El Had, son grand-père est Ali Deriche, agriculteur à Béni Amrane, et son arrière-grand-père est Mohamed Deriche, ancien Zouave[4].

Dahmane est ainsi originaire de la région du Khachna qui fait partie de la Basse Kabylie qui s'étend de Oued Sebaou jusqu'à l'Oued Mazafran[5].

Le patronyme Deriche a été attribué à la famille de Dahmane par les Bureaux arabes lors de l'établissement de l'État civil indigène d'Algérie à l'époque du gouverneur Louis Tirman.

Ce nom Deriche est soit une modification du nom arabe Derviche, soit une signification d'opulence française « De Riche »[6].

Activité agricole[modifier | modifier le code]

Dahmane Deriche a exercé à Souk El Had le métier d'agriculteur avec ses frères dans un grand domaine agricole appartenant à leur père le Caïd Mohamed Deriche[7].

Souk El Had était une commune de plain exercice créée en 1872 avec une superficie de 1 139 hectares divisés en 40 concessions agricoles dont l'une appartenait la famille Deriche.

Les terrains de ces concessions provenaient exclusivement du séquestre appliqué sur les biens des Khachna de la plaine des Isser après la révolte des Mokrani en 1871[8].

La famille kabyle Deriche faisait partie, en plus des colons venus d'Alsace-Lorraine, des algériens qui sont restés en possession des terres après 1880[9].

Dahmane Deriche participait à la culture des céréales, de la vigne et du tabac, ainsi qu'à l'exploitation des cultures maraîchères et arbustives dans les jardins[10].

Il était aussi question de l'élevage de bœufs, de moutons et chèvres, ainsi que de chevaux et mulets[11].

Les paysans Kabyles de la région percevaient des salaires pour leur travail agricole et permettaient à leurs familles dans les villages de Djenah, Ifekharène, Itoubale, Igueraïchène, Aïth Ali Si Mebarek, Bouhra, Baloul et Aïth Hamadouche de subvenir à leurs besoins[12].

Activité communale[modifier | modifier le code]

Lorsque son père Mohamed Deriche a été nommé Caïd du Khachna à partir de 1919 jusqu'à sa retraite en 1946, son fils "Dahmane" l'a aidé dans sa mission[13].

Cette position de caïd du Khachna, qui était une partie du Canton de Ménerville, lui a permis d'éduquer ses enfants et ses proches dans l'école publique française et les insérer ainsi dans le giron administratif colonial[14].

Le caïd Mohamed Deriche siégeait au Conseil municipal de Ménerville et était secondé par un Comité indigène de conseillers municipaux dont les membres étaient Rabah Maref, son fils Dahmane Deriche lui-même, Rabah Timizar, Hocine Fazez, Mohamed Amraoui, Lounès Deriche et Ahmed Deriche[15].

Ce caïd assistait aux réunions administratives, électorales et festives qui se déroulaient au niveau de la mairie de Ménerville en 1931 et 1932[16].

Dahmane, avec son père Mohamed Deriche, a eu à collaborer avec les maires César Boniface et Jérôme Zévaco[17].

Exécutif provisoire Algérien[modifier | modifier le code]

Abderrahmane Farès (1911-1991)

Lorsque Abderrahmane Farès a été nommé président de l'Exécutif provisoire algérien le [18], "Dahmane Deriche" l'a rejoint comme représentant de la Basse Kabylie lorsqu'il est entré en fonctions le [19], jour de la proclamation des résultats du référendum du .

Avec les autres membres de l'Exécutif provisoire, installé à Rocher Noir (auj. Boumerdès)[19], Dahmane a participé à la gestion des affaires courantes tout en organisant le référendum officialisant l'indépendance de l'Algérie.

Le , dès la proclamation des résultats du référendum d'autodétermination du [20], la France reconnaît solennellement l'indépendance de l'Algérie[21] et le président français de Gaulle transfère les pouvoirs à l'Exécutif provisoire dont faisait partie "Dahmane Deriche"[22].

Lorsque la première Assemblée nationale constituante (ANC) algérienne est formée, Abderrahmane Farès et son équipe, dont faisait partie "Dahmane Deriche", transmettent leurs pouvoirs à l'assemblée constituante le 25 septembre 1962 et au gouvernement Ben Bella le 15 octobre 1962[23].

Algérie indépendante[modifier | modifier le code]

A l'indépendance de l'Algérie, Dahmane Deriche a été chargé de représenter l'ancienne commune de Souk El Had au sein de la délégation spéciale responsable de la nouvelle commune de Ménerville après la proclamation de l'indépendance algérienne en 1962[24].

Dahmane gérait auparavant une exploitation agricole à Souk El Had et maintenait une relation intime avec le mouvement nationaliste Algérien[25].

C'est par l'arrêté du 21 août 1962 paru dans le Journal officiel de la République algérienne démocratique et populaire que le préfet d'Alger Nadir Kassab a nommé Dahmane Deriche à ce poste administratif[26].

Dahmane sera commissaire politique du FLN pour la période post-coloniale en Basse Kabylie.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://menerville.free.fr/phpwebgallery/picture.php?image_id=312
  2. disponible sur Gallica
  3. disponible sur Gallica
  4. http://www.algerie-dz.com/forums/archive/index.php/t-199153.html
  5. disponible sur Gallica
  6. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k427082q/f1.item.r=Ca%C3%AFd+Khachna+Beni+A%C3%AFcha.zoom
  7. http://menerville.free.fr/phpwebgallery/category.php?cat=21
  8. https://archive.org/stream/leroyaumedalgers00rinn#page/28/mode/2up
  9. https://archive.org/stream/bulletinofficie13algegoog#page/n722/mode/2up
  10. https://archive.org/stream/gographiedelalg00joangoog#page/n45/mode/2up
  11. https://archive.org/stream/noticetopograph00berngoog#page/n35/mode/2up
  12. https://archive.org/stream/EnqueteSurLesResultatsDeLaColoni/Enqu%C3%AAte_sur_les_r%C3%A9sultats_de_la_coloni#page/n281/mode/2up
  13. http://jeunepiednoir.pagesperso-orange.fr/jpn.wst/LivredOrAlgerie.htm
  14. disponible sur Gallica
  15. disponible sur Gallica
  16. disponible sur Gallica
  17. disponible sur Gallica
  18. Décret du portant nomination de l'Exécutif provisoire en Algérie, dans Journal officiel de la République française. Lois et décrets, vol. 94e année, no 84, , p. 3644 [fac-similé (page consultée le 17 septembre 2016)].
  19. a et b Guy Pervillé, Les accords d'Évian (1962) : succès ou échec de la réconciliation franco-algérienne (1954-2012), Paris, Armand Colin, coll. « U / Histoire / Les évènements fondateurs », , 1e éd., 288 p., 16 × 24 cm (ISBN 2-200-24907-1 et 978-2-200-24907-6, OCLC 819141530, notice BnF no FRBNF42745251, présentation en ligne), p. 109 [lire en ligne (page consultée le 18 septembre 2016)].
  20. Proclamation des résultats du référendum d'autodétermination du , dans Journal officiel de l'État algérien, vol. 1re année, no 1, , p. 3 [lire en ligne (page consultée le 18 septembre 2016)].
  21. Déclaration portant reconnaissance de l'indépendance de l'Algérie, dans Journal officiel de la République française. Lois et décrets, vol. 94e année, no 156, , p. 6483 [fac-similé (page consultée le 18 septembre 2016)].
  22. Lettre de de Gaulle au président de l'Exécutif provisoire, Journal officiel de l'État algérien, 1re année, n° 1 (6 juillet 1962) p. 4
  23. Lettre du Président de l'Exécutif provisoire au Président de l'ANC, Journal officiel de la République algérienne démocratique et populaire, 1re année, n° 1 (26 octobre 1962) p. 3.
  24. http://www.vitaminedz.org/articlesfiche/1153/1153992.pdf
  25. http://www.joradp.dz/JO6283/1962/009/FP103.pdf
  26. http://www.joradp.dz/FTP/Jo-Francais/1962/F1962009.pdf

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]