Daft Punk's Electroma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Daft Punk's Electroma
Réalisation Daft Punk
Scénario Guy-Manuel de Homem-Christo
Thomas Bangalter
Paul Hahn
Cédric Hervet
Acteurs principaux
Sociétés de production Daft Arts
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la France France
Genre Drame
Science-fiction
Durée 74 minutes
Sortie 2006


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Daft Punk's Electroma est le premier long métrage écrit et réalisé par les membres du groupe Daft Punk (Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo).

Synopsis[modifier | modifier le code]

Les deux personnages principaux apparaissent comme les formes robotiques de Daft Punk et sont crédités comme "Hero Robot No. 1" et "Hero Robot No. 2". L'un porte un casque en argent et l'autre en or. Une scène d'ouverture montre le duo au volant d'une Ferrari 412 1987 avec sa plaque d'immatriculation affichant "HUMAN". Après avoir traversé un paysage du sud-ouest des États-Unis, le duo arrive en voiture dans une ville du comté d'Inyo, en Californie. [3] Les habitants de la ville se révèlent également être des robots physiquement identiques aux deux personnages principaux, mais à des âges différents, avec des vêtements différents et des sexes en alternance.

Les deux hommes se rendent dans une installation de haute technologie où du latex liquide est versé sur leurs têtes. Le latex est façonné en visages ressemblant à des humains à l'aide d'appareils prothétiques et de perruques. Le look qui en résulte caricaturise les membres de Daft Punk, Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo. Lorsque les deux quittent l'établissement, les habitants de la ville sont choqués par leur apparence humaine. Les citadins commencent progressivement à chasser le duo, dont les visages finissent par fondre au soleil. Les deux se mettent à couvert dans des toilettes publiques où le robot en or jette son masque en ruine, puis encourage le robot en argent réticent à faire de même. Apparaissant à nouveau comme des robots, le couple subit ensuite une longue randonnée à travers les salines du désert.

Après avoir marché pendant une période prolongée, le robot argenté ralentit et s'arrête. En prenant conscience de cela, le robot d'or revient vers celui d'argent. Le robot argenté continue de regarder le sol pendant un moment avant de retirer sa propre veste. Il se détourne ensuite de l'autre robot, révélant un interrupteur dans son dos. Le robot doré fait basculer l'interrupteur, ce qui déclenche une minuterie. À la fin du compte à rebours, le robot argenté est mis en pièces. Le robot restant empile les restes du robot argenté, puis continue de marcher. Le robot doré finit par tomber à genoux et tente d'atteindre l'interrupteur sur son dos, mais en vain. Un autre moment passe avant que le robot enlève son casque et le claque à plusieurs reprises dans le sol jusqu'à ce que le casque se brise. En utilisant l'un des éclats comme verre brûlant, le robot concentre la lumière du soleil pour enflammer sa main. Le film se termine alors que le robot, complètement en feu, marche au ralenti dans l'obscurité.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Chansons du film[modifier | modifier le code]

  1. Todd Rundgren - International Feel
  2. Brian Eno - In Dark Trees
  3. Curtis Mayfield - Billy Jack
  4. Gregorio Allegri - Miserere à neuf voix
  5. Sébastien Tellier - Universe
  6. Joseph Haydn - Kodály Quartet - String Quartet Op 646 II A
  7. Linda Perhacs - If You Were My Man (Demo)
  8. Frédéric Chopin - Prelude in E-Minor (Op.28 No.4)
  9. Jackson C. Frank - I Want To Be Alone (Dialogue)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Inyo County Court House.

Le tournage du film a été réalisé sur la « Three Flags Highway » et dans la petite ville d'Independence en Californie. Le Inyo County Courthouse (en) y joue un rôle prépondérant.

Accueil[modifier | modifier le code]

Les avis sur le film divergent énormément, notamment parce que le film est muet et qu'il contient de longs plan fixes et des séquences de très longues durée.

Daft Punk's Electroma a été présenté au festival de Cannes 2006, puis montré exclusivement au cinéma du Panthéon à partir de mars 2007, à raison d'une projection chaque samedi à minuit[2].

Clins d'œil[modifier | modifier le code]

  • La scène où l'automobile dépasse un tracteur agricole n'est pas sans rappeler Duel de Steven Spielberg, d'ailleurs tourné dans ces mêmes décors.
  • Lors de la séquence finale, le deuxième robot marche, enflammé, avec pour fond musical la chanson I Want To Be Alone de Jackson C. Frank. Ce compositeur, à la suite d'une explosion de chaudière a eu le corps brûlé et a perdu ses camarades de classe de musique[2].
  • Daft Punk's Electroma se rapproche de l'esprit de Gerry de Gus Van Sant : deux personnages évoluant dans le désert, même scène d'introduction (avec la voiture), similitudes dans le dénouement de l'histoire, utilisation de plans séquences, minimalisme, etc.

Autour du film[modifier | modifier le code]

Ferrari 412.

Sur la plaque de la voiture (une Ferrari 412) est inscrit : « HUMAN », en référence à leur désir de devenir des humains et au nom du troisième album studio des Daft Punk paru en 2005, Human After All[2].

Une entreprise s'est proposée de vendre les casques que les deux héros portent dans le film. Mais la commercialisation n'a pas eu lieu, probablement à cause du droit d'auteur dont disposait les Daft Punk. Le prix fixé par le constructeur était alors de 65 000 $[2].

Le , la Ferrari 412 noire du film fut vendue pour les sinistrés japonais pour la Croix-Rouge par le Label EMI via le site d'enchères EBay du Royaume-Uni. Le fruit de la vente rapporta 25 600 £[3],[4].

Le , le groupe Daft Punk annonce sa séparation sur YouTube dans une vidéo intitulée Epilogue majoritairement composée d'extraits du film[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) « Palmarès », sur http://www.allocine.fr/, AlloCiné (consulté le 6 août 2012)
  2. a b c et d (fr) « Secrets de tournage », sur http://www.allocine.fr/, AlloCiné (consulté le 6 août 2012).
  3. (fr) « Daft Punk vend la Ferrari 412 d'Electroma au profit des sinistrés japonais », sur http://www.caradisiac.com/, Caradisiac (consulté le 16 octobre 2014).
  4. (fr) « #60995, la 412 de Daft Punk en vente au profit des sinistrés du Japon : Résultat », sur http://www.f400club.com/, Européan Ferrari Club 400 (consulté le 16 octobre 2014).
  5. (en-US) Jazz Monroe, « Daft Punk Break Up », sur Pitchfork, (consulté le 22 février 2021).

Liens externes[modifier | modifier le code]