Dacos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dacos
Détail - En toute innocence.jpg

Autoportrait : En toute innocence

Naissance
Décès
(à 71 ans)
Liège (Belgique)
Nom de naissance
Guy-Henri Dacos
Nationalité
Activité
Dacos dans les années 1980.
Dacos à la fin des années 1960.

Guy-Henri Dacos, né le à Huy et mort le (à 71 ans) à Liège, est un graveur liégeois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Auteur de centaines[1] de gravures, de lithographies, d'offset et de sérigraphies, présentes dans de nombreux musées, il a souvent collaboré avec des poètes[réf. nécessaire], réalisant des livres d’artistes associant texte et images. Il laisse également une importante œuvre politique sous la forme d’affiches[réf. nécessaire], comme cette femme torse nu recouverte par le texte de la Déclaration universelle des droits de l’homme[réf. nécessaire], cet enfant dénonçant la pauvreté[réf. nécessaire], cette affiche sur la Palestine[réf. nécessaire].

Il devient professeur à l'Académie des Beaux-Arts de Liège en 1973, année où il reçoit le Grand Prix Quinquennal de gravure de la Ville de Liège. Reconnu comme un excellent technicien[réf. nécessaire], il forme plusieurs générations de graveurs[réf. nécessaire]. Il s'investit dans la vie artistique collective, à travers de nombreuses organisations, dont la « Nouvelle poupée d’encre[réf. nécessaire]. » Il a notamment exposé en France[réf. nécessaire], au Portugal[réf. nécessaire] et en Belgique. Reconnu par de nombreux prix, en Belgique et à l'étranger, notamment : Cerveira[réf. nécessaire] (2003), Belgrade (2011)[réf. nécessaire], Grand Prix de Gravure de la Ville de Liège (1973) et Prix de Consécration de la Province de Liège 1999. En 1980, Alain Daniel réalise La fête lente, téléfilm d’une heure autour de Dacos et de son œuvre, pour une chaîne de télévision belge.

Dacos au travail au Portugal dans un atelier de gravure. Fin des années 1960. Photographie anonyme conservée dans la collection particulière de Dacos.

En 2008, il contribue à illustrer le recueil de poèmes Trop tard de Laurent Demoulin (Prix Marcel Thiry 2009).

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Cette liste est élaborée grâce au livre Dacos : graveur de Linda Doria[2], sauf mention contraire.

Dacos et Ernest Pignon Ernest

Prix[modifier | modifier le code]

Cette liste est élaborée grâce au livre Dacos, Graveur de Linda Doria[2], sauf mention contraire.

  • Mention Première Biennale Internationale de Gravure de Liège (1968)
  • Grand Prix de Gravure de la Ville de Liège (1973)
  • Premio Baviera e Agostinho Santos à la Bienal Internacional de Cerveira (Portugal) (2001)
  • Premio Aguas do Minho e Lima à la Bienal Internacional de Cerveira (Portugal) (2003)
  • Prix de Consécration de la Province de Liège (1999)
  • First International Printmaking Triennial, Belgrade (2011)

Expositions[modifier | modifier le code]

Nombreuses participations[2] à des Biennales Internationales de Gravure, dont celles de Venise, Florence, Biella et Grado (Italie), Cracovie (Pologne), Ljubliana (Yougoslavie), Bradford (Angleterre), Frechen (Allemagne), Buenos Aires (Argentine), Cul des Sarts, Condé-Bonsecours et Liège (Belgique), Paris, Lyon, Chamaillères et Conflans Ste Honorine (France), Ibiza (Espagne), Vila Nova de Cerveira et Evora (Portugal), Maastricht (Pays-Bas) ou encore Györ (Hongrie).

Il participe également aux expositions internationales de Lisbonne, Estoril (Portugal), Wroclaw (Pologne), Barcelone, Cadaquès (Espagne), Belgrade (Serbie), Carpentras, Lyon, Uzès, La tour d’Aigues, Castillon (France), Brunssum (Hollande) et Munchen (Allemagne), notamment.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En 2002, Linda Doria a établi un inventaire dénombrant 1074 œuvres. Dacos a continué à graver jusqu'en janvier 2012. Linda DORIA, Dacos. Graveur, Université de Liège, mémoire de licence en histoire de l'art et archéologie, 2 vol., 2002.
  2. a, b et c Linda Doria, Dacos : graveur, Université de Liège, mémoire de licence en histoire de l'art et archéologie, 2 vol., 2002.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ministère de la Culture française. Douze années d'acquisitions de gravures, 1964 à 1975, Bruxelles, 1976, p. 92-97.
  • Dacos. Gravures, lithographies, catalogue d'exposition, Galerie de l'ancienne poste, Calais, 1982.
  • De Comhaire à Dacos, catalogue d'exposition, Musée de l'Art wallon, Liège, 1983.
  • Jean-Pierre ROUGE, Dacos : une conscience au monde, dans Arts & métiers du Livre, Revue internationale de la reliure, de la bibliophilie et l'estampe, n° 154, février/mars 1989, p. 76-80.
  • Art & Fact et artistes : 10 ans de collaboration, catalogue d'exposition, Liège, Art & Fact, salle d'exposition des Chiroux, 1992, p. 24-25.
  • Jany ZEEBROEK-HOLLEMAN, "Dacos", dans Le Dictionnaire des Peintres belges du XIVe siècle à nos jours depuis les premiers maîtres des anciens Pays-Bas méridionaux et de la Principauté de Liège jusqu'aux artistes contemporains, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1995, p. 227. (le Dictionnaire des Peintres belges sur internet : site de l'IRPA : Balat)
  • Alexia CREUSEN, "De l'estampe à la sérigraphie. L'image imprimée en Wallonie des origines à nos jours", dans Un double regard sur 2000 ans d'art wallon, Bruxelles, Crédit Communal / La Renaissance du Livre, 2000, p. 207-242.
  • Dacos.graveur, catalogue d'exposition, Cabinet des Estampes et des Dessins, Liège, 2000.
  • Linda DORIA, Dacos. Graveur, Université de Liège, mémoire de licence en histoire de l'art et archéologie, 2 vol., 2002.

Liens externes[modifier | modifier le code]