Plumfoot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Dacau)
Aller à : navigation, rechercher

Le plumfoot est un sport d'origine asiatique. Il consiste à garder en l'air un volant en utilisant les pieds et d'autres parties du corps, hormis les bras et les mains. La pratique de ce sport existe sous deux formats. En compétition il est pratiqué sur des terrains semblables à ceux du badminton. En loisir, les joueurs se mettent plus généralement en cercle et jouent dans des parcs ou dans la rue.

Ce sport est très populaire en Asie, notamment au Vietnam et dans le reste de l'Asie du Sud-Est, mais il a également fait son apparition en Europe où sa pratique est de plus en plus répandue.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Ce sport est appelé đá cầu (prononcer da kao) au Vietnam (đá = coup de pied et cầu = volant) où il est un véritable sport national. En Chine il se nomme jianzi ( 毽子 jiànzi ). L'appellation anglophone est shuttlecock. Le sport ne doit pas être confondu avec la pétéca, sport brésilien se jouant comme le plumfoot mais avec les mains, sur un terrain dont le filet est plus haut.

Historique[1][modifier | modifier le code]

Les origines asiatiques[modifier | modifier le code]

Les origines de ce sport sont disputées entre la Chine et le Vietnam. En Chine, la première version connue du Jianzi, appelée Cuju, remonte au IIe siècle avant Jésus-Christ. Cette version a été désignée comme la "première source du football contemporain" par l'ancien président de la FIFA Blater, dans une conférence de presse donnée en Chine en 2004. Le Cuju a ensuite gagné en popularité au cours de la période des Six Dynasties (220-589), ainsi qu'au cours des périodes Sui (581-618) et Tang (618-907). Ce sport s'est ensuite développé en Asie, arrivant par exemple au Japon au VIIe siècle[2]. Pendant la période Ming (1368-1644), les premières compétitions ont été lancées. La première compétition nationale a été organisée en Chine en 1933. Depuis les années 1960, le sport est enseigné aux enfants en Chine. En 1984, le plumfoot devient un Sport National officiel.

Au Vietnam, le nom đá cầu est utilisé depuis le Ve siècle avant Jésus-Christ. Ce n'est toutefois qu'à partir du XIe siècle que les sources historiques attestent de la tenue de compétitions. En outre, des sculptures sur bois de joueurs de plumfoot ont été trouvées dans des temples vietnamiens du XVIIe siècle.[2] La pratique de ce sport, devenu sport national, y est aujourd'hui largement répandue, après que le docteur Nguyen Khac Vien en a relancé la pratique dans les années 1970.

L'histoire mondiale du plumfoot[modifier | modifier le code]

La version moderne du plumfoot est arrivée en Europe en 1936, lorsqu'un athlète chinois en a donné une démonstration aux Jeux Olympiques de Berlin. La pratique s'y est propagée depuis lors.

La Fédération internationale de Plumfoot (International Shuttlecock Federation, ISF) a été fondée en 1999. Elle compte aujourd'hui 26 membres, dont entre autres la Chine, Taiwan, le Vietnam, le Laos, la Finlande, l'Allemagne, les Pays-Bas, la Hongrie, la France, la Grèce, la Roumanie et la Serbie.

Depuis lors, le sport ne cesse d'être davantage connu. Il a été intégré en 2003 dans les Jeux d'Asie du Sud Est. Le 11 août 2003, la fédération européenne de Plumfoot a été créée à Újszász.

Version Freestyle[3][modifier | modifier le code]

Volant de plumfoot (version de compétition).

Pratique[modifier | modifier le code]

C'est sous cette forme qu'on rencontre le plumfoot dans la rue en Asie du Sud-Est. Idéalement pratiqué à 4 ou 5 personnes, il s'agit de se passer un volant sans le faire tomber au sol, en jonglant avec l'ensemble des parties du corps. Cette pratique permet de se familiariser avec l'objet et d'en découvrir l'aspect ludique.

Volant utilisé[modifier | modifier le code]

Voir Pili. Le volant utilisé est différent de celui du badminton. Il est constitué de quatre plumes d'oie ou de canard de mêmes longueurs et reliées à une base en plastique. Les plumes peuvent être de couleur rouge, jaune, bleue et/ou verte. Souvent, les volants utilisés comportent une lamelle de cuir qui permet d'effectuer des mouvements plus précis.

Version de compétition (version filet)[4][modifier | modifier le code]

Terrain[modifier | modifier le code]

Le plumfoot en version filet se joue sur un terrain de badminton classique, avec les couloirs du côté (terrain de double), mais sans le couloir du fond. Il s’agit donc d’un rectangle de 6m10 de large sur 11m88 de long. La hauteur du filet est de 1m60 pour les épreuves masculines et mixte et de 1m50 pour les épreuves féminines.

Règles[5][modifier | modifier le code]

Il existe sept épreuves distinctes : le simple masculin, le simple féminin, le double masculin, le double féminin, le triple masculin, le triple féminin et le double mixte.

Le but est de marquer des points en faisant tomber le volant à l’intérieur du terrain adverse. Un match se joue en deux sets gagnants. Un set prend fin lorsqu’une des deux équipes obtient au moins 21 points, avec 2 points d’avance sur l’autre équipe.

Le service se fait derrière la ligne de fond du terrain, à l’intérieur d’une largeur de deux mètres centrée. Le service n’est pas nécessairement croisé et peut atterrir n’importe où dans le terrain adverse. Le service est effectué par l’équipe qui a gagné le dernier point. En double ou en triple le serveur change à point gagné (permutation et déplacement circulaire en triple, comme au volley).

Les fautes[modifier | modifier le code]

  • Contact d’un joueur avec le filet.
  • Morsure de la ligne au service
  • Contact du volant avec le filet au service.
  • Pied d’un joueur à l’intérieur du terrain adverse, par dessus le filet.
  • Pied d’un joueur à l’intérieur du terrain adverse, par dessous le filet, et contact avec le sol.
  • Volant envoyé à l’extérieur du terrain.
  • Plus de quatre contacts avec le volant dans une équipe.
  • Plus de deux contacts avec le volant par un joueur.
  • Contact du volant avec le bras d’un joueur (hors service et contre).
  • Renvoi du volant par la tête au delà de la ligne de démarcation du filet.

Le salut de rigueur[modifier | modifier le code]

En début et en fin de match, les deux équipes se placent au fond de leur terrain respectifs et s’inclinent face à l’adversaire. Elles avancent l’une vers l’autre en applaudissant puis se saluent au filet. Ce protocole s’appelle le « salut de rigueur ». Un volant est ensuite lancé en l’air, l’orientation de celui-ci indiquant l’équipe qui commencera à servir.

Volant utilisé[modifier | modifier le code]

Les plumes du volant sont le plus souvent blanches ou roses en compétition[6]. Le volant pèse environ 15 grammes et mesure de 15 à 18 cm. Il est lesté par du carton.

Compétitions[modifier | modifier le code]

Les premiers Championnats du monde de plumfoot sont organisés en 1995 à Hong Kong[7]. Toutefois, à cette époque l'ISF n'existe pas encore. Ils sont depuis organisés régulièrement, pour les sept épreuves, alternativement en Europe et en Asie sur la base du volontariat. Quelques Coupes du monde :

  • 1995 : Hong Kong, Royaume-Uni
  • 2000 : Újszász, Hongrie
  • 2010 : Xiaolan, Chine[8]
  • 2013 : Dong Thap, Vietnam[9]
  • La Coupe du Monde 2019 sera organisée en France.

Au niveau régional, le plumfoot a été représenté pour la première fois aux Jeux d'Asie du Sud-Est en 2003[10] et l'a été de nouveau en 2009[11]. Il est également présent aux Jeux asiatiques en salle de 2009[12]. Des championnats d'Europe sont organisés depuis 2003[13], tous les deux ans.

En outre, l'Open d'Allemagne est organisé depuis 1995 à Hagen. L'Open de Hongrie a quant à lui été initié en 1996, un an après la fondation de l'Association Hongroise de Plumfoot. Organisé dans la ville d’Ùjszász, cet Open est parfois décrit comme la compétition la plus difficile d’Europe. En effet, un grand nombre de joueurs et de joueuses hongrois y participe, la Hongrie restant à ce jour le pays ayant le plus grand vivier de pratiquants et, avec l'Allemagne, disposant des meilleurs joueurs d'Europe. De plus, aucun match de reclassement n'y est effectué. Cette compétition inclue une épreuve de triple et une épreuve de simple (déclinées en masculin, féminin).

La pratique en France[14][modifier | modifier le code]

Plusieurs associations pratiquent ce sport au format compétition en France. Le sport est pratiqué à Marseille, où est né le nom "plumfoot", depuis 1994. En parallèle, en 2002, une association est créée en île-de-France. Jusqu'en 2007, elle demeure la seule association de plumfoot française connue des instances internationales. Depuis 2008, les deux associations sont fédérées par l'association France Plumfoot. Chaque année, les licenciés participent à 3 compétitions nationales (organisées à Paris, Marseille et Dunkerque). Une phase finale des championnats de France a lieu à chaque fin de saison.

De nouveaux clubs ont peu à peu rejoint les premières associations :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « France Plumfoot – Le site officiel », sur www.plumfoot.net (consulté le 22 mars 2018)
  2. a et b « History of Shuttlecock Sport », sur www.shuttlecock-world.org (consulté le 23 mars 2018)
  3. « Version Freestyle – France Plumfoot », sur www.plumfoot.net (consulté le 22 mars 2018)
  4. « Version Filet – France Plumfoot », sur www.plumfoot.net (consulté le 22 mars 2018)
  5. « Official Shuttlecock Sport Rules », sur www.shuttlecock-world.org (consulté le 23 mars 2018)
  6. (en) « The Official Featherball for Competitions », sur www.shuttlecock-world.org (consulté le 15 avril 2010).
  7. « History of Shuttlecock Sport », sur www.shuttlecock-world.org (consulté le 23 mars 2018)
  8. « 6th Shuttlecock World Championships », sur www.shuttlecock-world.org (consulté le 23 mars 2018)
  9. « Việt Nam lần đầu đăng cai giải đá cầu thế giới », sur https://news.zing.vn (consulté le 23 mars 2018)
  10. (en) « Ho Chi Minh 2003 », sur www.ocasia.org (consulté le 15 avril 2010).
  11. (en) « Vientiane 2009 », sur www.ocasia.org (consulté le 15 avril 2010).
  12. (en) « Vietnam 2009 », sur www.ocasia.org (consulté le 15 avril 2010).
  13. (en) « History », sur www.shuttlecock-world.org (consulté le 15 avril 2010).
  14. « L’Association France Plumfoot – France Plumfoot », sur www.plumfoot.net (consulté le 22 mars 2018)
  15. « FMDK plumfoot », sur www.facebook.com (consulté le 22 juillet 2017)
  16. « Plumfoot PACA », sur plumfoot.fr (consulté le 22 juillet 2017)
  17. « Association Paris Plumfoot », sur Association Paris Plumfoot (consulté le 22 juillet 2017)
  18. « Association Puteaux Plumfoot – Shuttlecock Club », sur www.apup.fr (consulté le 22 juillet 2017)
  19. « Plumfoot Rennais », sur www.facebook.com (consulté le 22 juillet 2017)