Daïra d'Azazga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Azazga (homonyme).

Daïra d'Azazga
دائرة عزازقة
Iɛeẓẓugen
Daïra d'Azazga
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Tizi-Ouzou
Chef-lieu Azazga
Nb. communes 5
Démographie
Population 83 560 hab. (2008[1])
Densité 232 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 44′ 43″ nord, 4° 22′ 16″ est
Superficie 360,2725 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
Daïra d'Azazga

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
Daïra d'Azazga

La daïra d'Azazga est une circonscription administrative de la wilaya de Tizi-Ouzou. Son chef lieu est la commune éponyme d'Azazga.

Communes[modifier | modifier le code]

La daïra comprend cinq communes :

La population totale de la daïra est de 83 560 habitants[2] pour une superficie de 360,2725 km2.

Localisation[modifier | modifier le code]

Daïras limitrophes de la daïra d'Azazga
Daïra d'Ouaguenoun Daïra d'Azeffoun Wilaya de Béjaïa
Daïra de Tizi-Ouzou daïra d'Azazga Wilaya de Béjaïa
Daïra d'Aïn El Hammam Daïra de Mekla Daïra de Bouzeguene

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les principaux cours d'eau de la commune sont :

  • Assif(fleuve) Sébaou
  • Assif (fleuve) Aboud

Institut national de recherche forestière[modifier | modifier le code]

Singe Magot de Yakouren

Cette daïra abrite une station de recherche et d'expérimentation rattachée à l'Institut national de recherche forestière.

Économie[modifier | modifier le code]

Plusieurs industries sont implantées dans cette région : briqueterie, pépinières, récolte et transformation du liège, etc

Émigration[modifier | modifier le code]

Les habitants de cette commune-daïra ont connu de nombreuses vagues d'émigration vers le Moyen-Orient au XIXe siècle. Une première ayant eu pour origine l'exil de l'émir Abd El-Kader, et une deuxième durant les années 1873 suite aux révoltes kabyles successives et la défaite de Mokrani et de son clan. C'est ainsi qu'on retrouve aujourd'hui de nombreux foyers encore kabylophones, en Syrie et au Liban[réf. nécessaire].

Culture[modifier | modifier le code]

A l'entrée d'Azazga

Autrefois, l'accent régional était marqué par l'usage du z. Exemple : lemleh → zemzah (le sel)

Des inscriptions berbères lybiques sont observables dans une grotte d'Ifigha. Elles furent révélées pour la première fois en 1909 par Said Boulifa, et présentent la particularité de ne montrer aucune lettre punique ou latine[3]. Les panneaux officiels dans la ville, et à l'entrée de la mairie, du tribunal, ou de la daïra (sous Préfecture) sont écrits dans trois langues, tifinagh, kabyle (alphabet latin) et arabe (français pour les panneaux).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Evolution intercensitaire de la population sur le site de la wilaya de Tizi Ouzou. Consulté le 25/02/2011
  2. Découpage Administratif de la Wilaya sur le site officiel de la wilaya de Tizi-Ouzou. Consulté le 12/02/2011.
  3. J-P. Laporte, K6 :La Kabylie Antique, Encyclopédie Berbère Volume 26, 2004 (ISBN 2857442017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]