EADS Tracker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis DRAC (drone))
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir DRAC.

Le Tracker est un drone de reconnaissance conçu par EADS Defence and Communications Systems (devenu Cassidian Air Systems puis Airbus Defence and Space) en partenariat avec la société Survey Copter.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un drone bimoteur à propulsion électrique, à fuselage bi-poutre, d'un poids de 8 kg. Il est lancé à la main, ou catapulté sur une petite rampe, et permet des reconnaissances à courte distance pour les unités de contact. Il peut voler pendant 75 minutes. Il est équipé, au choix, d'une caméra vidéo dans le spectre visible ou vidéo infrarouge (apte à la vision nocturne). Toutes les liaisons entre le DRAC et la station sol se font en LOS (liaison à vue radioélectrique). Un système DRAC tient dans deux sacs à dos et peut être déployé en quinze minutes.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

France

En janvier 2005, la Délégation générale de l'Armement acquiert 160 systèmes de drones pour le contrat Drone de renseignement au contact (DRAC). Le montant du contrat s’élève à trente millions d’euros[1].

Le DRAC est en service dans l'armée de terre française. Le programme subissant des retards, 25 sont en service en octobre 2009[2]. La France a déployé ses premiers engins, pour la première fois au Kosovo, puis en Afghanistan après l'embuscade d'Uzbin, les 18 et 19 août 2008, au cours de laquelle dix soldats français avaient été tués.

En 2016, son successeur pour le programme Système de minidrones de renseignement (SMDR) est le Thales Spy'Ranger[3].

Autriche

En 2013, l’Autriche achète six systèmes, soit 18 drones[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Communiqué d’EADS »,
  2. Jean-Dominique Merchet, « Drones: le scandale du DRAC », sur Libération.fr, (consulté le 10 avril 2016).
  3. Guillaume Belan, « Thales remporte le marché SMDR avec son Spy'Ranger », sur www.air-cosmos.com,
  4. « Austrian Forces to Receive Tracker Mini-UAS from Cassidian », sur defense-update.com,

Voir aussi[modifier | modifier le code]