Drugs for Neglected Diseases initiative

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis DNDi)
Aller à : navigation, rechercher
Drugs for Neglected Diseases initiative
Devise : « Best Science for the Most Neglected »

Région Crystal Clear app package network.png Monde
Création
Type Association à but non lucratif
Organisation non gouvernementale internationale
Siège Genève, Suisse
Langue anglais
Executive Director Bernard Pécoul
Research & Development Director Graeme Bilbe
Fundraising & Advocacy Director Jean-François Alesandrini
Site web http://www.dndi.org/ .dndi.org]

Drugs for Neglected Diseases initiative (DNDi) est une organisation de recherche indépendante, à but non lucratif, basée à Genève, ayant pour objectif le développement de médicaments sur les maladies tropicales négligées, par exemple la Leishmaniose, la Maladie du sommeil, la Maladie de Chagas ou la Helminthiase.

Description[modifier | modifier le code]

DNDi a été créée en juillet 2003 par Médecins sans frontières[1] et l'Institut Pasteur[2], ainsi que quatre instituts de recherche de pays en zone tropicale :

et le programme spécial de recherche et de formation concernant les maladies tropicales de l'Organisation mondiale de la santé[6], du Programme des Nations unies pour le développement[7] ,[8], et de la Banque mondiale[9].

Succès[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui (2016), le succès de DNDi se démontre en 30 projets de recherche et développement et 15 médicaments en recherche ou en train de l'autorisation de mise sur le marché[10]. L'approche du DNDI porte en particulier sur des maladies graves répandues dans les pays tropicaux, et négligées par les laboratoires pharmaceutiques en raison de l'insolvabilité des populations concernées. Les recherches du DNDi permettent à ces laboratoires d'améliorer leur image tout en mettant en profit des molécules anciennes dont ils disposent et qui n'ont pas trouvé un marché porteur : « Le système des brevets est très adapté aux pays riches, mais ne marche pas dans les pays pauvres. »[11],[12].

Nouvelles méthodes[modifier | modifier le code]

La DNDi a permis de trouver plusieurs nouvelles méthodes, notamment :

Des tests sont en cours pour un nouveau traitement de l'hépatite C[15]

Organisation[modifier | modifier le code]

En 2009, l'organisation emploie une trentaine de personnes à Genève et 400 personnes en Afrique, Asie et Amérique du Sud[16]. Elle a des bureaux régionaux au Brésil, en Malaisie, en Inde, au Kenya, aux États-Unis[17] et au Japon[18]. 350 partenariats avec des organismes publics ou privés ont été signés[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Benkimoun, « Un dollar pour une vie », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. Catherine Ducruet, « Développer des médicaments pour dix fois moins cher : le pari réussi de DNDi », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  3. « Fondation Oswaldo Cruz (FIOCRUZ) » (consulté le 5 février 2017)
  4. « Indian Council for Medical Research - RESEARCH AND DEVELOPMENT FOR NEGLECTED DISEASES » (consulté le 5 février 2017)
  5. « International Recognition in the Promotion of Global Health Research Initiatives » (consulté le 5 février 2017)
  6. « Nouvelle initiative pour la recherche et le développement de médicaments contre les maladies les plus négligées » (consulté le 5 février 2017)
  7. « DNDi response to the Report of the United Nations Secretary-General’s High-Level Panel on Access to Medicines » (consulté le 5 février 2017)
  8. « Report of the United Nations Secretary-General's High-Level Panel on Access to Medicines » (consulté le 5 février 2017)
  9. (en) « History », DNDi (consulté le 10 octobre 2009)
  10. (en) « DNDi Portfolio June 2016 » (consulté le 5 février 2017)
  11. Chloé Hecketsweiler, « Les maladies négligées : pourquoi les labos s'y intéressent », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  12. a, b, c et d Pierre Bienvault, « Une initiative féconde contre les maladies négligées dans les pays pauvres », La Croix,‎ (lire en ligne)
  13. Dominique Raizon, « Soigner le paludisme pour moins d’un dollar », Radio France internationale,‎ (lire en ligne)
  14. (en) Susan Wells, Graciela Diap et Jean-René Kiechel, « The story of artesunate–mefloquine (ASMQ), innovative partnerships in drug development: case study », National Center for Biotechnology Information,‎ (lire en ligne)
  15. (en) Julia Kollewe, « Hepatitis C treatment for under $300 coming soon », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  16. « DNDi América Latina » (consulté le 5 février 2017)
  17. (en) « DNDi » (consulté le 5 février 2017)
  18. (ja) « DNDI JAPANについて » (consulté le 5 février 2017)
  19. La Liberté/Le Courrier, 9 octobre 2009.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]