Développé couché

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le développé couché.

Le développé couché (en anglais : bench press) est un exercice poly-articulaire de force et de musculation qui consiste à soulever et abaisser une barre d'haltères, développant principalement les pectoraux et les triceps, mais qui sollicite également d'autres muscles comme le grand dorsal, le grand rond, les trapèzes, les deltoïdes antérieurs et les biceps. C'est un des trois mouvements de base de la force athlétique avec les flexions sur jambe et le soulevé de terre.

Exécution du mouvement[modifier | modifier le code]

Pour commencer l'exercice, le sportif doit être allongé sur un banc de manière à pouvoir soulever une barre situé au dessus de sa tête, chargée de poids. Le mouvement consiste à abaisser la barre jusqu'à toucher le torse (phase excentrique) puis remonter (phase concentrique) jusqu'à la position de départ. Les mains sont en pronation, c'est-à-dire paumes vers les pieds (l'amplitude du mouvement est à adapter selon la morphologie). Selon l'objectif du sportif et la charge, le mouvement est généralement répété 3 à 15 fois, ces répétitions formant une série. L'écartement des mains est en général légèrement supérieur à la largeur des épaules, permettant de profiter au maximum de la force conjuguée des triceps et des pectoraux. L'inspiration se fait lors de la descente de la barre, l'expiration lors de la remontée.

Lors d'utilisation de charges lourdes, un assistant se place au niveau de la tête du sportif, facilitant la sortie puis la remise de la barre dans ses supports. Il est aussi présent pour aider le sportif à remonter la barre au cas où il ne serait plus en mesure de le faire. Avec des charges très lourdes, un assistant se place à chaque extrémité de la barre.

En compétition, une seule répétition est effectuée. Le sportif doit immobiliser la barre sur son torse et attendre le signal (dit « la claque ») du juge avant de remonter la charge, ce qui a pour effet d'empêcher la personne de profiter du léger rebond de la charge sur sa cage thoracique.

En compétition les sportifs sont généralement courbés, seules les épaules touchent le banc et les pieds doivent être à plat sur le sol ou sur des cales. Cette position permet d'augmenter la force fournie par les pectoraux, l'angle entre les bras et les pectoraux étant rendu plus faible. Les concurrents portent souvent un maillot d'assistance, un vêtement exerçant une force de rapprochement des bras et des épaules de plusieurs kilogrammes. Il arrive que ce vêtement ne serve qu'une fois car il est difficile de l'enlever sans le découper; son usage est donc généralement limité aux compétitions.

Variantes[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs variantes du développé couché classique (celui-ci étant néanmoins le seul reconnu en compétition de force athlétique) utilisées principalement en musculation et plus particulièrement en bodybuilding dont l'objectif est de mettre l'accent sur une partie spécifique des pectoraux, car il est impossible d'isoler une partie spécifique des pectoraux) :

  • le développé incliné : le mouvement est effectué sur un banc incliné (tête plus haute que le buste) de manière à mettre l'accent sur la partie supérieure des pectoraux (portion claviculaire). Selon la morphologie du pratiquant, le travail ne peut se faire qu'au niveau du deltoïde antérieur.
  • le développé décliné : cette fois-ci, la tête est plus basse que le buste de manière à mettre l'accent sur la partie inférieure et moyenne des pectoraux.
  • le développé couché («prise serrée») : le mouvement est identique au développé couché mais les mains sont rapprochées de manière à mettre l'accent sur la partie centrale des pectoraux et les triceps;
  • le développé couché avec haltères : il permet de faire travailler indépendamment le bras droit ou le bras gauche, ainsi que les muscles pectoraux droit et gauche favorisant ainsi la correction d'une éventuelle dissymétrie. Cela permet aussi d'augmenter l'amplitude du mouvement et la contraction des pectoraux.

Consignes de sécurité[modifier | modifier le code]

Cet exercice de musculation comporte plusieurs risques. Il est important d'éviter une trop grande courbure du bas du dos (lordose) lors de la réalisation du mouvement. Pour cela une astuce consiste à relever les jambes pendant le mouvement (cela contribue également à réduire la charge de travail, cette technique n'est donc pas utilisée en compétition d'haltérophilie). Les omoplates doivent quand même être serrées durant tout le mouvement. Il est aussi très important d'éviter les chocs sur la cage thoracique lors de la descente de la barre, ceux-ci pouvant causer des lésions plus ou moins graves au sternum. Comme tout exercice de musculation, qui plus est lorsque celui-ci est réalisé avec des charges lourdes, le développé couché peut entraîner des tendinites (généralement au niveau de l'épaule, du coude ou du poignet) ou des lésions articulaires et musculaires. Il est donc impératif de réaliser ce mouvement avec une technique parfaite, une charge adaptée à son niveau et assisté par une personne compétente. Très souvent, pour limiter les risques de blessure, les sportifs pratiquent cet exercice équipés de bandes élastiques très serrées (straps) autour des poignets. Pour éviter les traumatismes au niveau de l'articulation du coude, ils travaillent avec une amplitude complète, mais sans tendre les bras complètement. Il est également essentiel de s'échauffer progressivement avant de commencer avec sa charge de travail.

Records[modifier | modifier le code]

Année Record
1898 Georg Hackenschmidt : 164 kg
1972 Jim Williams : 307 kg
1985 Ted Arcidi : 317 kg
1990 Kenneth Lain : 327 kg
1995 Chris Confessore : 336 kg
1997 Anthony Clark : 365 kg
2004 Gene Rychlak : 455,8 kg
2006 Scot Mendelson : 457,2 kg
2006 Gene Rychlak : 458,1 kg
2008 Ryan Kennelly : 487,6 kg
2013 Paul "Tiny" Meeker : 500 kg[1]

Records bruts[modifier | modifier le code]

La plupart des records en développé couché se font grâce à un maillot d'assistance. Prévus à l'origine pour limiter les risques de blessures et d'accidents, ils se sont révélés être des améliorateurs de performance[2]. Les records dits "bruts" sont établis sans maillot d'assistance.

Année Détenteur du record Record
2002 Scot Mendelson 318 kg
2005 Scot Mendelson 324,3 kg
2013 Eric Spoto 327,5 kg
2015 Kirill Sarychev 335 kg
2020 Julius Maddox (en) 350 kg

Records féminins[modifier | modifier le code]

Records du monde féminins de développé couché[3].

Année Détentrice du record Record
1981 Beverly Francis 150 kg
avril 1985 Debra Poston 150,6 kg
1987 Jan Harrel 174 kg
1994 Tamara Rainwater-Grimwood 182,5 kg
4 juin 2000 Paula Suzuki 183 kg
10 juin 2000 Karen Sizemore 184 kg
2002 Karen Sizemore 205 kg
2004 Becca Swanson 227,5 kg
4 juin 2005 Becca Swanson 272.5 kg

Muscles sollicités[modifier | modifier le code]

Ce mouvement fait intervenir au moins les muscles suivants[4] :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marc Vouillot. La force Athlétique. Éd. Chiron, février 2008. (ISBN 978-2702709825)
  • Fabian Bernard, Adrien Poinson et Nicolas Piémont, Développé couché : des fondamentaux à la performance. Ed. Amphora, janvier 2016 (lire en ligne).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Dimanche, on va soulever de la fonte », sur Ouest-France, (consulté le 5 mars 2020)
  2. « L'impact d'un maillot d'assistance sur la performance en développé couché », sur Sci-Sport (consulté le 7 mars 2018)
  3. « Historique », sur www.benchpresschampion.com (consulté le 7 mars 2018)
  4. Marc Vouillot. La Force Athletique. Éd. Chiron, 2008, page 147. (ISBN 978-2702709825)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]