Désonide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Désonide
Image illustrative de l’article Désonide
Identification
No CAS 638-94-8
No ECHA 100.010.320
No EC 211-351-6
Code ATC A07EA06, D07AB08, D07AC09, R01AD05, R03BA02, S01BA11
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C24H32O6  [Isomères]
Masse molaire[1] 416,5073 ± 0,0232 g/mol
C 69,21 %, H 7,74 %, O 23,05 %,
Propriétés physiques
fusion 274 °C
Considérations thérapeutiques
Précautions Sous ordonnance
Composés apparentés
Autres composés

Budésonide


Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le désonide est une puissante base corticostéroïde, disponible depuis les années 1970. Cette substance est essentiellement utilisée en pharmacologie pour traiter la dermatite atopique (autrement dit, l'eczéma), la dermatite seborrhéique et la dermatite de contact, aussi bien chez l’adulte que chez l’enfant, car elle est considérée comme une molécule sûre.

Sels et autres dérivés[modifier | modifier le code]

Le désonide est appelé également « acétonide de desfluorotriamcinolone », « acétonide de hydroxyprednisolone » ou encore « acétonide de prednacinolone ». Désonide est la dénomination commune internationale (DCI). Ses sels ou dérivés les plus connus sont l'acétate de prednisolone, le caproate de prednisolone, le métasulfobenzoate de prednisolone sodique, le phosphate de prednisolone sodique et, surtout, le prednisolone.

désonide
Noms commerciaux
  • Locapred 0,1 % crème, Locatop 0,1 % crème et Tridésonit 0,05 % crème (France)
  • locapred (Suisse)
  • Delphi (Belgique) (association)
  • Desocort (cream ; lotion) 0.05% (Canada)
  • Tridesilon (Canada, Grande-Bretagne), Prénacid et Réticus (Italie), Sterax, Tridesilon et Topifug (Allemagne)
  • Desowen, Sterax et Tridesilon (ÉU)
  • Verdeso (Canada)
Classe Corticoïdes, préparations dermatologiques, corticoïdes non associés, corticoïdes d'activité modérée (groupe II), ATC code D07AB08

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]