Désiré Bolya Baenga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Désiré Bolya Baenga
Naissance
Léopoldville (aujourd’hui Kinshasa, Drapeau de la république démocratique du Congo République démocratique du Congo
Décès (à 53 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Désiré Bolya Baenga, né le à Léopoldville (aujourd’hui Kinshasa), en République démocratique du Congo, et décédé le à Paris (France)[1], est un écrivain congolais, auteur de plusieurs essais et de deux romans policiers ethnologiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Paul Bolya et ancien étudiant à l'Institut d'études politiques de Paris[1], Désiré Bolya Baenga est un romancier et essayiste. Son œuvre, consacré à l’Afrique, dénonce des maux comme la corruption, les marchands d’armes, le viol des femmes[1]

Après plusieurs essais, il se consacre aux romans policiers mettant en scène l'inspecteur Robert Nègre dans La Polyandre et dans Les Cocus posthumes.

Début 2012, aux éditions québécoises Mémoire d'encrier, un livre d'hommages lui est consacré par quinze de ses proches (sous la direction de Françoise Naudillon), Bolya – nomade cosmopolite mais sédentaire de l'éthique, qui retrace ses multiples apports à la littérature et à la connaissance de l'Afrique, mais aussi de la réalité de la caste intellectuelle française.

Son essai, La Gauche française, la plus raciste du monde, n'a toujours pas trouvé d'éditeur.[réf. nécessaire]

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Série policière Inspecteur Robert Nègre[modifier | modifier le code]

  • La Polyandre, Éditions Le Serpent à Plumes, coll. « Serpent noir », 1995
  • Les Cocus posthumes, Éditions Le Serpent à Plumes, coll. « Serpent noir », 2001

Autre roman[modifier | modifier le code]

  • Cannibale, Éditions Pierre-Marcel Favre, 1986

Essais[modifier | modifier le code]

  • L’Afrique en kimono. Repenser le développement, Ivry-sur-Seine, Nouvelles du Sud, 1993
  • L’Afrique à la japonaise. Et si l’Afrique était si mal mariée ? Ivry-sur-Seine, Nouvelles du Sud, 1995
  • Afrique, le maillon faible, Éditions Le Serpent à Plumes, 2002
  • La Profanation des vagins, Éditions Le Serpent à Plumes, 2005

Récompense[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Franck Salin., « L’ultime départ de Bolya L’écrivain congolais est décédé à Paris », sur Afrik.com, (consulté le 22 août 2010)
  2. Grand prix littéraire de l'Afrique noire. Liste des lauréats, [lire en ligne], consulté le 14 avril 2016