Dérive (aileron de surf)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dérive.
Dérive d'une planche de surf
Triple dérive
Autre montage de dérive (2+1) : une dérive centrale (plus grande) avec 2 petits ailerons sur les côtés

La dérive (ou les dérives) en surf, appelée également aileron, est située sous la planche.

Elles permettent d'assurer le drive de la planche, elles peuvent également être un facteur de stabilité. Selon leurs formes, leur tailles ou leur matériaux, elles peuvent influencer le comportement de la planche.

Les dérives constituent en elles-mêmes un pan entier de la science des planches de surf. Au nombre de 1 à 5, de 6 cm de haut à 30 cm de long, un grand nombre de formes ont été expérimentées. Sous la partie arrière de la planche, elles apportent stabilité et contrôle.

Le plus souvent, les petites planches possèdent 3 dérives et sont montées en thruster, les grandes planches quant à elles sont en général des singles (une seule dérive).

Le single est le montage de base, une seule dérive dans un boitier. Sur des petites planches ou sur des grandes, le single offre peu de résistance à l'avancement mais aussi peu d'accroche en courbe, ce qui limite son utilisation aux yeux des surfeurs radicaux.

Les planches à deux dérives, les twins étaient très répandues avant qu'en 1981 Simmon Aderson ne mette le trhuster au point (figure particulière du tri-fin où les trois dérives sont de tailles identiques). Aujourd'hui, le retour de shapes "retros" redonnent vie aux twins.

À trois dérives, on trouve tous les tri-fins, du bonzer3 (une centrale "normale" et deux latérales longues et basses) au thruster (trois identiques).

Quatre dérives, ce sont les quatros et twinzers, mariage (de raison ?) entre les twins pour la maniabilité et les thrusters en termes d'efficacité.

Les bonzer 5, et peut-êtres d'autres planches, utilisent cinq dérives.

Selon leurs nombres, dimensions, formes et emplacements, les dérives remplissent leur rôle de façon différente. Changer les paramètres des dérives sur une planche peut transformer son comportement à l'eau de façon importante. C'est la raison pour laquelle certains optent pour des systèmes de dérives interchangeables.

Il existe plusieurs marques qui proposent des dérives : FCS (marque australienne), Futures fins (marque américaine), True Ames (marque américaine), Rainbow (marque américaine), Koalition (marque française)

Les règles[modifier | modifier le code]

  • Plus l'arrière de la planche est large plus les ailerons devront avoir de la hauteur, de façon à augmenter le contrôle et la stabilité.
  • Plus il y a de dérives, plus leur taille peut être réduite, sur une planche configurée en Single la dérive doit être assez haute, on remarque que les dérives de quattro sont généralement assez petites.
  • Plus les dérives sont placés proches du rail, plus elles accrocheront.

La Base[modifier | modifier le code]

C'est la partie de la dérive qui est en contact avec la planche, sa distance correspond à celle entre le bord d'attaque et le bord de fuite.

La hauteur[modifier | modifier le code]

La hauteur est la distance entre la base de dérive et la tête de dérive.

L'inclinaison (rake)[modifier | modifier le code]

L'inclinaison de la dérive est définie par la position de l'extrémité de la dérive par rapport à sa base. Plus cette inclinaison est prononcée vers l'arrière, plus le gain en drive est important. Plus l'inclinaison est faible (proche de la verticale), plus la planche gagne en maniabilité mais au détriment du drive.

La surface[modifier | modifier le code]

La surface varie en fonction de la hauteur et de la base. Plus la hauteur et la base seront importantes et plus la surface sera grande. Ce qui a pour effet d'augmenter le contrôle, ainsi que l'accélération, mais diminue la maniabilité. Il faut donc trouver des compromis :

- Exemple :

  • sur une petite planche on va pouvoir installer des dérives avec une grande surface, car même si celle-ci sera moins maniable, on compensera par la petite taille de la planche.
  • Paradoxalement sur les guns on pourrait supposer qu'il faille mettre des grandes dérives afin d'optimiser le stabilité, et bien non, on peut mettre des dérives avec une petite surface, car on peut compenser l'accroche grâce au pin tail.

La cambrure[modifier | modifier le code]

Pour la dérive centrale, symétrique la cambrure du profil est généralement nulle pour que l'aileron fonctionne de manière identique dans les virages gauches et droites , mais pour les dérives latérales la formation d'un extrados permet une augmentation de portance et donc d'accroche dans les virages. la cambrure des profils implique que les paires d'ailerons latéraux doivent être inversés pour fonctionner dans les deux directions de virages gauches et droites. Ces ailerons en oppositions génèrent des augmentations de traînée dans les lignes droites et contraignent une inclinaison importante pour sortir l'aileron antagoniste dans les virages radicaux. Les nouvelles générations d'ailerons à cambre variable adaptent leur cambrure suivant le virage, ceci permet à tous les ailerons , central, droite et gauche de présenter un extrados et une accroche optimale dans les virages, et d'effacer cette cambrure dans les lignes droite.

L'incidence (angle d'attaque)[modifier | modifier le code]

L'accroche de la dérive est générée par sa portance. La portance des profils hydrodynamique varie suivant l'angle avec lequel le fluide arrive sur le bord d'attaque. Le meilleur angle d'incidence est variable suivant la phase de vague et le mouvement souhaité par le surfeur.En ligne droite, sans recherche d'accroche l'angle optimal est nul car c'est celui qui fournit le moins de traînée. Mais en phase d'accroche sur la verticalité de la paroi de vague, un léger angle celui fournissant le rapport portance/traînée optimal est souhaité. Dans les virages radicaux un angle trop important génère le décrochage hydrodynamique (spin out). C'est pour diminuer l'angle apparent que les ailerons latéraux ont un calage qui diminue l'angle d'incidence dans les virages pour repousser le moment du décrochage et garder de la prise le plus longtemps possible. Le désavantage est que ces angles de calages, opposés suivant le côté droite ou gauche, génèrent de la traînée en ligne droite. La solution globale à ces problèmes d'adaptation optimale et permanentes des angles d'incidences réside dans la géométrie variable

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]