Déportations soviétiques depuis l'Estonie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les déportations soviétiques d'Estonie sont une série de déportations massives menées par l'Union soviétique en Estonie en 1941 et de 1945 à 1951[1]. Les deux plus grandes vagues de déportations se sont produites simultanément en juin 1941 et mars 1949 dans les trois États baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie). Les déportations visaient diverses catégories d'éléments anti-soviétiques et « ennemis du peuple »: nationalistes (c'est-à-dire élite politique, officiers militaires, policiers de l'Estonie indépendante), Frères de la forêt, koulaks et autres. Il y eut des expulsions fondées sur la nationalité (Allemands en 1945 et Finnois d'Ingrie en 1947–1950) et la religion (Témoins de Jéhovah en 1951). Les Estoniens résidant dans l'oblast de Léningrad avaient déjà été expulsés depuis 1935[2],[3].

Les personnes ont été déportés vers des régions éloignées de l'Union soviétique, principalement vers la Sibérie et le nord du Kazakhstan[4], au moyen de wagons à bestiaux. Des familles entières, y compris des enfants et des personnes âgées, ont été expulsées sans procès ni annonce préalable. Sur les déportés de , plus de 70% des personnes étaient des femmes et des enfants de moins de 16 ans[5]. Environ 7 550 familles, soit 20 600 à 20 700 personnes, ont été expulsées d'Estonie[6].

Le service estonien de sécurité intérieure a traduit en justice plusieurs anciens organisateurs de ces événements[7]. Les expulsions ont été déclarées à plusieurs reprises comme un crime contre l'humanité par le Parlement d'Estonie[8] et reconnues comme telles par la Cour européenne des droits de l'homme[9].

Déportation de juin 1941[modifier | modifier le code]

Exposition de véhicules similaires à ceux utilisés lors de la déportation vers la Sibérie en 1941.

En Estonie, ainsi que dans d'autres territoires annexés par l'Union soviétique en 1939-1940, la première expulsion à grande échelle de citoyens ordinaires a été effectuée par le siège opérationnel local du NKGB de la RSS d'Estonie sous Boris Kumm (président), Andres Murro, Aleksei Shkurin, Veniamin Gulst et Rudolf James, selon le décret conjoint top secret « N° 1299-526ss : Directive sur la déportation de l'élément socialement étranger des Républiques baltes, de l'ouest de l'Ukraine, de l'ouest de la Biélorussie et de la Moldavie[10] » par le Comité central du Parti communiste de l'Union soviétique et Conseil des commissaires du peuple de l'Union soviétique du [11] La procédure d'expulsion a été établie par les instructions de Serov.

Les premières répressions en Estonie ont affecté l'élite nationale estonienne. Le , le commandant en chef des forces armées Johan Laidoner (décédé en 1953 à la prison de Vladimir) et sa famille, et le , le président Konstantin Päts (décédé en 1956 dans l'oblast de Kalinin) et sa famille ont été déportés à Penza et à Oufa, respectivement. Les dirigeants politiques et militaires du pays ont été déporté presque entièrement, y compris 10 des 11 ministres et 68 120 membres du Parlement.

Le et les deux jours suivants, de 9 254 à 10 861 personnes, pour la plupart des citadins, dont plus de 5 000 femmes et plus de 2 500 enfants de moins de 16 ans[11],[12],[13],[14], 439 Juifs (plus de 10% de la population juive estonienne[15]) ont été déportés, principalement vers l'oblast de Kirov, l'oblast de Novossibirsk ou les prisons. Trois cents ont été abattus.

Seules 4 331 personnes sont rentrées en Estonie. 11 102 personnes devaient être expulsées d'Estonie selon l'ordonnance du , mais certaines ont réussi à s'échapper[13]. Des expulsions identiques ont été effectuées simultanément en Lettonie et en Lituanie. Quelques semaines plus tard, environ 1 000 personnes ont été arrêtées à Saaremaa pour y être expulsées, avant d'être interrompu lorsque l'Allemagne nazie lança une invasion à grande échelle de l'Union soviétique et qu'une partie considérable des prisonniers furent libérés par l'avancée des forces allemandes.

La première vague de déportation est toujours bien documentée car de nombreux témoins ont par la suite pu fuir à l'étranger pendant la Seconde Guerre mondiale. Les déportations après 1944 sont cependant beaucoup plus difficiles à documenter[16].

En , l'Estonie est conquise par l'Allemagne nazie, avant d'être expulsée par l'avancée des troupes soviétiques en 1944. Dès le retour des Soviétiques, les déportations reprennent. En , 407 personnes, la plupart d'entre elles d'origine allemande, sont transférées d'Estonie à l'oblast de Perm. 18 familles (51 personnes) sont ainsi transférées à l'oblast de Tioumen en octobre (51 personnes), 37 familles (87 personnes) en novembre et 37 autres familles (91 personnes) en , considérés comme « Traîtres[17] ».

Déportation de mars 1949[modifier | modifier le code]

Au cours de la période de collectivisation dans les républiques baltes, le , le Conseil des ministres publie le décret top secret « n ° 390–138ss[18] » qui obligeait le ministère de la Sécurité d'État (MGB) à exiler les Koulaks et les ennemis du peuple des trois républiques baltes pour une durée indéterminée.

Au petit matin du débute la deuxième grande vague de déportation des Républiques baltes, l'opération Priboï, menée par le MGB. Elle vise 30 000 personnes en Estonie, paysans compris[19]. Le lieutenant-général Pyotr Burmak, commandant des troupes internes du MGB, est responsable de l'opération. En Estonie, les expulsions sont coordonnées par Boris Kumm (en), ministre de la Sécurité de la RSS d'Estonie, et le général de division Ivan Yermolin, représentant du MGB en Estonie. Plus de 8 000 parviennent à s'échapper, mais 20 722 (soit 7 500 familles, plus de 2,5% de la population estonienne, dont la moitié sont des femmes, plus de 6 000 enfants de moins de 16 ans et 4 300 hommes) sont envoyées en Sibérie pendant trois jours. Un peu plus de 10% étaient des hommes en âge de travailler. Les expulsés comprenaient des personnes handicapées, des femmes enceintes, des nouveau-nés et des enfants séparés de leurs parents. La plus jeune déportée était Virve Eliste (1 jour), originaire de l'île de Hiiumaa et décédée un an plus tard en Sibérie ; la plus âgée était Maria Raagel, 95 ans[20]. Neuf trains remplis sont dirigés vers l'oblast de Novossibirsk, six vers le kraï de Krasnoïarsk, deux vers l'oblast d'Omsk et deux vers l'oblast d'Irkoutsk[21].

Beaucoup ont péri, la plupart ne sont jamais rentrés chez eux. Cette deuxième vague de déportations à grande échelle visait à faciliter la collectivisation, mise en œuvre avec de grandes difficultés dans les républiques baltes. En conséquence, à la fin d', la moitié des agriculteurs individuels restants en Estonie avaient rejoint les kolkhozes[16],[22],[23].

De 1948 à 1950, un certain nombre de Finnois d'Ingrie ont également été expulsés de la RSS d'Estonie. La dernière campagne d'expulsion à grande échelle d'Estonie a eu lieu en 1951, lorsque des membres de groupes religieux interdits des pays baltes, de la Moldavie, de l'Ukraine occidentale et de la Biélorussie ont été soumis à une réinstallation forcée[17].

Déportation continue[modifier | modifier le code]

En dehors des grandes vagues, des individus et des familles ont été continuellement déportés à plus petite échelle depuis le début de la première occupation en 1940 jusqu'au « dégel » de Khrouchtchev de 1956, lorsque la déstalinisation conduisit l'Union soviétique à passer de sa tactique de terreur de répressions de masse à des répressions individuelles. Les déportations soviétiques ne se sont arrêtées que pendant trois ans en 1941-1944, lorsque l'Estonie fut occupée par l'Allemagne nazie.

L'expérience des Estoniens avec la première année d'occupation soviétique, qui comprenait la déportation de juin, a conduit à deux développements importants :

  • Cela a motivé une grande vague de réfugiés à quitter l'Estonie, principalement par des navires au-dessus de la mer Baltique à la fin de 1944, après que la nouvelle du retrait de l'Allemagne nazie soit devenue publique. On sait qu'environ 70 000 personnes sont arrivées à destination ; un nombre inconnu a péri à cause des tempêtes d'automne et de la guerre navale[24].
  • Cela a incité de nombreux Estoniens, auparavant plutôt sceptiques à l'idée de rejoindre l'armée allemande (entre et , environ 4 000 personnes, majoritairement des hommes, dont plus de la moitié ont moins de 24 ans, c'est-à-dire réductibles, ont fui en Finlande[25]) pour rejoindre les légions étrangères récemment créées de la Waffen-SS, pour toujours essayer de maintenir l'Armée rouge hors du sol estonien et ainsi éviter une nouvelle occupation soviétique. La tentative a échoué. Pour un exemple d'une telle légion étrangère ethnique, voir 20e division SS. Ce n'est qu'en 1956, pendant le dégel de Khrouchtchev, que certains déportés survivants furent autorisés à retourner en Estonie.

Statut légal[modifier | modifier le code]

Mémorial pour les victimes des déportations de 1941 et 1949 à Paldiski.
Plaque sur Stenbock House, le bâtiment du gouvernement de l'Estonie, Toompea, commémorant les membres du gouvernement tués par la terreur communiste.

Le , des diplomates en exil d'Estonie, de Lettonie et de Lituanie ont appelé les États-Unis à soutenir une enquête des Nations Unies sur les « déportations massives génocidaires » qui, selon eux, étaient menées dans leur pays par l'Union soviétique[26].

Reconnaissance soviétique des déportations de Staline[modifier | modifier le code]

La déportation des peuples par Staline a été critiquée dans une section fermée du rapport de Nikita Khrouchtchev de 1956 lors du 20e Congrès du Parti communiste de l'Union soviétique comme des « actes monstrueux » et des « violations grossières des principes léninistes de base de la politique de nationalité de l'État soviétique[27]».

Le , le Soviet suprême de l'URSS accepta la déclaration « Sur la reconnaissance comme illégales et criminelles des actes répressifs contre les peuples soumis à une réinstallation forcée et sur la garantie de leurs droits », dans lequel il condamna la déportation des peuples par Staline comme un crime terrible, garanti que de telles violations des droits de l'homme ne se répéteront pas tout en promettant de restaurer les droits des peuples soviétiques réprimés[28].

Procès et condamnations[modifier | modifier le code]

En 1995, après le rétablissement de l'indépendance de l'Estonie, le Riigikogu, le parlement de l'Estonie indépendante, déclara les expulsions officiellement comme un crime contre l'humanité, et quelques auteurs des déportations de 1949, anciens officiers du MGB, furent jugés et condamnés selon l'article 61-1 § 1 du code pénal depuis lors[29],[30],[31],[32] Une note de la BBC d' montre que les allégations de génocide de l'Estonie ne sont pas largement acceptées[33].

  • Johannes Klaassepp (1921–2010), Vladimir Loginov (1924–2001)[34] et Vasily Beskov[35] ont été condamnés à huit ans de probation en 1999.
  • Le , Mikhail Neverovsky (né en 1920) a été condamné à quatre ans de prison.
  • Le , August Kolk (né en 1924) et Pyotr Kisly (né en 1921) ont été condamnés à huit ans de prison avec trois ans de probation. Les affaires ont été portées devant la Cour européenne des droits de l'homme, les accusés alléguant que la condamnation était contraire à l'interdiction de l'application rétroactive des lois pénales, mais le , la requête a été déclarée « manifestement sans fondement[36] ».
  • Le , Yury Karpov a été condamné à huit ans de prison avec sursis.
  • Le , Vladimir Kask a été condamné à huit ans de prison avec trois ans de probation. Arnold Meri était jugé pour sa participation aux expulsions mais est décédé en avant la fin du procès. Les charges retenues contre Nikolai Zerebtsovi ont été abandonnées[33].

Le point de vue de la Russie[modifier | modifier le code]

La Fédération de Russie, seul État successeur légal de l'Union soviétique, n'a jamais reconnu les expulsions comme un crime et n'a à ce jour versé aucune indemnité aux victimes des déportations[13],[37]. Moscou critiqua les poursuites de la Baltique, les qualifiant de vengeance et non de justice, et s'est plaint au sujet de l'âge des criminels[38].

En , l'ONG russe Memorial conclut que les expulsions étaient un crime contre l'humanité, tout en refusant le terme de génocide ou crimes de guerre. De l'avis de Memorial, l'interprétation des événements de 1949 comme génocide n'est pas fondée sur le droit international et est dénuée de fondement[39].

Comité d'enquête[modifier | modifier le code]

La Commission internationale estonienne d’enquête sur les crimes contre l’humanité[40] est créée par le président Lennart Meri, lui-même survivant de la déportation de 1941, en , pour enquêter sur les crimes contre l’humanité commis en Estonie ou contre des citoyens estoniens pendant la période soviétique et l'occupation nazie. La commission tient sa première session à Tallinn en . Le diplomate finlandais Max Jakobson est nommé à la présidence de la commission. À des fins de neutralité, il n'existe aucun citoyens estoniens parmi ses membres[41].

Parlement européen[modifier | modifier le code]

Le Parlement européen publia une résolution condamnant les crimes contre l'humanité commis par tous les régimes totalitaires et autoritaires le . Cela inclut les expulsions soviétiques d'Estonie, que la Cour européenne des droits de l'homme considéra comme des crimes contre l'humanité . Le Parlement appela à la proclamation du comme jour du souvenir à l'échelle européenne pour les victimes de tous les régimes totalitaires et autoritaires[42].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aigi Rahi-Tamm, Name list of persons deported from Estonia 1945-1953, vol. R8/3, Estonian Repressed Persons Records Bureau, (ISBN 978-9985-9914-6-6), « "Anti-Soviet Elements" to Be Expelled », p. 20
  2. Martin, « The Origins of Soviet Ethnic Cleansing », The Journal of Modern History, vol. 70, no 4,‎ , p. 813–61 (DOI 10.1086/235168, JSTOR 10.1086/235168, lire en ligne)
  3. The Oxford Handbook of Genocide Studies Oxford University Press Inc. 2010; retrieved 9 May 2013.
  4. Ventsel, « How Kazakhstan Remembers the Gulag », Diplomaatia (consulté le 11 juin 2018)
  5. Aigi Rahi-Tamm et Andres Kahar, Estonia Since 1944: Report of the Estonian International Commission for the Investigation of Crimes Against Humanity, Tallinn, Estonian International Commission for the Investigation of Crimes Against Humanity, (ISBN 978-9949183005), « The Deportation Operation "Priboi" in 1949 », p. 380
  6. (en) « An unbearably discernible tragedy. Deportation », An unbearably discernible tragedy. Deportation | Communist Crimes (consulté le 29 octobre 2020)
  7. « Kaitsepolitseiamet », Kapo.ee (consulté le 25 mars 2017)
  8. (et) « Meenutagem, mälestagem, püsigem – Riigi Teataja », Riigiteataja.ee (consulté le 25 mars 201)
  9. « EuroCases - KOLK AND KISLYIY v. ESTONIA, no. 23052/04, ECtHR (Fourth Section), Decision of 17.01.2006, Reports of Judgments and Decisions 2006-I », Freecases.eu (consulté le 25 mars 2017)
  10. Постановление ЦК ВКП(б) и СНК СССР от 14 мая 1941 г. за N 1299-526сс «Директива о выселении социально-чуждого элемента из республик Прибалтики, Западной Украины и Западной Белоруссии и Молдавии». Published in Николай Бугай (ред., 2005) Народы стран Балтии в условиях сталинизма (1940-е – 1950-е годы). Документированная история [Soviet and Post-Soviet Politics and Society 11]. Stuttgart: Ibidem-Verlag. pp. 103-04; (ISBN 3-89821-525-3).
  11. a et b Conclusions of the Estonian International Commission for the Investigation of Crimes Against Humanity historycommission.ee; accessed 13 December 2016.
  12. Uustalu, Evald (1952). The History of Estonian People, London: Boreas.
  13. a b et c Laar, Mart (2006). Deportation from Estonia in 1941 and 1949 Estonia Today: Fact Sheet of the Press and Information Department, Estonian Ministry of Foreign Affairs (June 2006).
  14. The Soviet Occupation of Estonia in 1940-1941, mnemosyne.ee; retrieved 6 May 2013.
  15. Anton Weiss-Wendt, « The Soviet Occupation of Estonia in 1940–41 and the Jews », Holocaust and Genocide Studies, vol. 12, no 2,‎ , p. 308–25 (DOI 10.1093/hgs/12.2.308, lire en ligne)
  16. a et b Taagepera, « Soviet Collectivization of Estonian Agriculture: The Deportation Phase », Soviet Studies, vol. 32, no 3,‎ , p. 379–97 (DOI 10.1080/09668138008411308, JSTOR 151169)
  17. a et b Estonia's Occupations Revisited: Accounts of an Era (compiled by Heiki Ahonen). Tallinn: Kistler-Ritso Estonian Foundation, 2004; (ISBN 9949-10-821-7).
  18. Постановление Совета Министров СССР от 29 января 1949 г. №390-138сс «О выселении с территории Литвы, Латвии и Эстонии кулаков с семьями, семей бандитов и националистов, находящихся на нелегальном положении, убитых при вооруженных столкновениях и осужденных, легализованных бандитов, продолжающих вести вражескую работу, и их семей, а также семей репрессированных пособников бандитов».
  19. Strods et Kott, « The file on operation "Priboi": A re-assessment of the mass deportations of 1949 », Journal of Baltic Studies, vol. 33, no 1,‎ , p. 1–36 (DOI 10.1080/01629770100000191)
  20. « Postimees », Postimees.ee, (consulté le 15 décembre 2016)
  21. Estonia's Occupations Revisited: Accounts of an Era (compiled by Heiki Ahonen). Tallinn: Kistler-Ritso Estonian Foundation, 2004; (ISBN 9949-10-821-7).
  22. Misiunas, Romuald J. & Rein Taagepera.Collectivization of Estonian Agriculture Estonica; retrieved 9 May 2013.
  23. "The Baltic States: Years of Dependence, 1940-1990" (1993), estonica.org; retrieved 9 May 2013.
  24. The Estonian State Commission on Examination of the Policies of Repression The White Book (page 30), parliament.ee; accessed 13 December 2016.
  25. The Estonian State Commission on Examination of the Policies of Repression The White Book (page 29), parliament.ee; accessed 13 December 2016.
  26. GENOCIDE IN BALTIC BY SOVIET CHARGED; Envoys of Estonia, Lithuania and Latvia Call on U.S. to Urge U.N. Investigation, The New York Times, 28 July 1950, pg. 7
  27. Nikita Khrushchev Special Report to the 20th Congress of the Communist Party of the Soviet Union (1956), trussel.com; accessed 13 December 2016.
  28. "The Supreme Soviet of the USSR unambiguously condemns the practice of forceful deportation of the entire nations as the most terrific felony, contradicting the basics of the international legislation and humanitarian nature of socialistic order. The Supreme Soviet of the Union of Soviet Socialistic Republics guarantees that violations of human rights and norms of humanity at the state level will never be repeated in our country. The Supreme Soviet of USSR considers it necessary to take the relevant legislative measures to unambiguously restore the rights of all Soviet peoples who had undergone repressions." On the Recognition as Unlawful and Criminal The Repressive Acts Against Peoples Who Were Subjected to Forced Resettlement, and On Guaranteeing Their Rights, USSR Supreme Soviet Declaration, 14 November 1989.
  29. Estonia brings Stalin's secret police to justice, telegraph.co.uk, 26 November 2002.
  30. Criminal cases, Estonian Internal Security Service ; retrieved 6 May 2013.
  31. Mass deportation case pending, The Baltic Times, 14 March 2002; retrieved 6 May 2013.
  32. "The Martens Clause And International Crimes in Estonia", ksk.edu.ee; retrieved 6 May 2013.
  33. a et b « Estonian war figure laid to rest », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 13 décembre 2016)
  34. « Kaitsepolitseiamet », www.Kapo.ee (consulté le 16 décembre 2017)
  35. Vasily Beskov
  36. Martin Arpo: kommunismiaja kuritegude tee Euroopa Inimõiguste Kohtuni, postimees.ee, 31 March 2009.
  37. Soviet deportations from Estonia in 1940s, Estonia.eu; retrieved 6 May 2013.
  38. Stalin agent found guilty in Estonia, The Independent, 1 November 2002.
  39. (ru) « ru:Общество "Мемориал" о депортации 1949 года в Эстонии », Memorial,‎ (consulté le 2 avril 2009)
  40. Estonian International Commission for Investigation of Crimes Against Humanity, historycommission.ee; accessed 13 December 2016.
  41. Mälksoo, « Soviet Genocide? Communist Mass Deportations in the Baltic States and International Law », Leiden Journal of International Law, vol. 14, no 4,‎ , p. 757–87 (DOI 10.1017/S0922156501000371)
  42. European Parliament resolution on European conscience and totalitarianism, europarl.europa.eu; accessed 13 December 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]