Cette page est semi-protégée.

Démographie de l'Algérie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Démographie en Algérie)

Démographie en Algérie
Pyramide des âges de l'Algérie en 2005
Pyramide des âges de l'Algérie en 2005
Dynamique
Population 43 900 000 hab.
(2020) [1]
Évolution de la population 1.93 % (2020)[2],[3]
Indice de fécondité 3,00 enfants par [4]
(2020)[5]
Taux de natalité 23,80  (2020)[6],[7]
Taux de mortalité 4,4  (2020)[8],[9]
Taux de mortalité infantile 17,6  (2020)[10]
Âges
Espérance de vie à la naissance 77,5 ans (2020)[11]
Hommes : 76,1 ans
Femmes : 79,1 ans
Âge médian 28,9 ans (2020)[12]
Hommes : 28,6 ans
Femmes : 29,3 ans
Structure par âge 0-14 ans : 29,58 %
15-64 ans : 64,25 %
65 ans et plus : 6,17 %
Sex-ratio (2020)
Population totale 103 /100
À la naissance 105 /100
Par tranche d'âge 0-14 ans : 105 /100
15-24 ans : 105 /100
25-54 ans : 103 /100
55-64 ans : 101 /100
65 ans et + : 89 /100
Flux migratoires (2020)
Taux de migration −0,9 
Composition linguistique
Arabe algérien 78 %
Kabyle 13 %
Chaoui %
Autres dialectes berbères %
Composition ethnique
Arabo-Berbères (ou chamito-sémites) 99 %
Africains Sub-Sahariens, Chinois, autres %
Composition religieuse
Islam 98 %
Athéisme 1,8 %
Christianisme 0,2 [13] %
Répartition géographique de la population de l’Algérie en 1971.
Répartition de la population (2008)
Évolution démographique

La démographie de l'Algérie est le domaine qui étudie de l'ensemble des données concernant la population de l'Algérie, d'hier et d'aujourd'hui.

L'organisme se chargeant à la connaissance de la démographie en Algérie est l'Office National des Statistiques publiant chaque année les données relative à la démographie du pays. Ainsi, il a été estimé au premier janvier 2020 que sa population était de 43 900 000 habitants, ce qui en fait le huitième pays d'Afrique par son poids démographique et trente-cinquième pays dans le monde[14] C'est la sixième année consécutive que l'Algérie dépasse en volume de naissances vivantes le seuil un million de naissances bien qu'il y ait eu une légère baisse par rapport à 2018[15].

La densité de la population est de 18,40/km²[16] en 2020, très inégalement répartie : la majorité se concentre sur les côtes au nord du pays.

Évolution de la population

On observe une augmentation rapide de la population algérienne depuis l’indépendance

En janvier 2016[17], la population de l'Algérie est évaluée à 40,4 millions d'habitants contre 12,7 millions en 1965[18].

En janvier 2019, la population algérienne est passé à 43 millions[19].

Année Population
(en milliers)[20]
1966 12 096
1970 13 309
1975 15 768
1980 18 666
1985 21 863
1990 25 022
1995 28 060
2000 30 879
2005 32 906
2010 35 978
2018 42 578

Projection de la population

L'ONS se basant sur un Indicateur Conjoncturel de Fécondité (ICF) évaluée à 2,4 enfants par femme et d’une espérance de vie à la naissance projetée à 82 ans pour les hommes et 83 ans pour les femmes a estimée que l'Algérie sera peuplée de 57 625 000 d'habitants en 2040[15].

Structure de la population

La population masculine représente 50,7% de la population totale. L’âge moyen de la population passe de 28,0 ans à 29,4 ans entre 2009 et 2019, il continue de croître sous l’effet de l’allongement de l’espérance de vie à la naissance. De plus, au cours de la même période l’âge médian est passé de 24,5 ans à 27,7 ans.

Âge moyen
Années Masculin Féminin Ensemble
2009 27,8 28,1 28,0
2014 28,5 29,0 28,8
2019 29,1 29,7 29,4


La population âgée de moins de cinq ans est passée de 11,8% à 11,7% entre 2018 et 2019, au profit de celle âgée de 5 à 9 ans qui constitue désormais 10,4% de la population totale, contre 10,2% en 2018. De même, la part de la population âgée de moins de 15 ans poursuit sa progression, elle passe de 30,1% à 30,4% durant la même période. De plus, la part des personnes en âge d'activité de 15 à 59 ans continue de décroître passant de 60,6% à 60,0% durant la même période. Néanmoins, la part de la population âgée de 60 ans et plus est passée de 9,3% à 9,5% entre 2018 et 2019[15].

Structure de la population par âge et sexe (pour 10 000) en 2019
Groupe d'âge Masculin Féminin Ensemble
00 an 120 114 234
01-04 ans 482 456 938
05-09 ans 534 505 1038
10-14 ans 429 404 834
15-19 ans 347 331 678
20-24 ans 376 361 738
25-29 ans 422 408 831
30-34 ans 440 434 874
35-39 ans 411 404 815
40-44 ans 332 328 659
45-49 ans 275 277 551
50-54 ans 236 238 474
55-59 ans 190 191 381
60 ans et + 473 480 953

Période coloniale

Durant la période coloniale, selon Les Tableaux de l'Économie Algérienne du Service de la Statistique Générale de l'Algérie (1960), la population totale en Algérie a évolué comme suit[21] :

Population de l'Algérie aux divers recensements - Unité : Millier d'habitants Tableaux de l'Économie Algérienne (Statistique Générale de l'Algérie - 1960)
Année Population totale Musulmans Non-Musulmans* Population

comptée à part

1856 2 496,1 2 307,4 180,3 8,4
1866 2 921,2 2 652,1 251,9 17,2
1876 2 807,6 2 462,9 344,8 59,9
1886 3 817,3 3 287,2 464,8 65,3
1896 4 429,4 3 781,1 578,5 69,8
1906 5 231,9 4 477,8 680,3 73,8
1911 5 563,8 4 740,5 752 71,3
1921 5 804,3 4 923,2 791,4 89,7
1931 6 553,5 5 588,3 881,6 83,6
1936 7 234,7 6 201,2 946 87,5
1948 8 681,8 7 679,1 922,3 80,4
1954 9 529,7 8 449,3 984 96,4

* Les Français-Musulmans ayant abandonné leur statut local (10 000 environ) sont comptés dans cette colonne jusqu'en 1936 inclus.

Natalité

Après une chute rapide de sa natalité dans les années 1980-1990, faisant passer la fécondité de 4,5 enfants par femme en 1990 à 2,4 enfants par femme en 2000, la fécondité a remonté sensiblement depuis, progressant régulièrement et dépassant les 3 enfants par femme depuis 2012 (3,1 enfants par femme en 2015), une évolution assez inhabituelle. Le nombre de naissances passe de 600 000 naissances par an dans les années 1990-2000 à 1 million de naissances en 2015, augmentation qui est décrite comme un « réel nouveau baby-boom »[22].

Cette explosion des naissances s'expliquerait par l'amélioration des conditions de vie notamment un meilleur accès au logement, davantage d'emplois et l'amélioration de la situation sécuritaire avec la fin de la guerre civile[22].

Le taux de natalité est également encouragé par le rajeunissement de l'âge du mariage[23]. Ce serait « vraisemblablement le premier moteur de la hausse récente de la fécondité. » À cela s'ajoute un reflux de la pratique contraceptive dans le mariage[24].

En 2017, le taux de natalité est de 25,40 pour mille habitants. Cette année est la quatrième année de suite durant laquelle le pays connaît un nombre total de naissances supérieur à un million[25]. Cette natalité en hausse laisse prévoir une augmentation des charges liées à la santé et à l’éducation[26].

Mortalité

L'année 2019 a connu une augmentation de 5 000 décès par rapport à 2018, ainsi le nombre de personnes décédées a atteint 198 000. Le taux brut de mortalité a aussi connu une augmentation enregistrant une légère hausse en passant de 4,53‰ à 4,55‰ au cours de cette période.

Avec un recul de plus de 800 décès par rapport à 2018, l'année 2019 obtient un nombre de décès infantiles élevé à 21 030. Depuis 2016, on observe une stagnation du taux de mortalité infantile de l'ordre de 21,0%. Réparti par sexe, il atteint 22,5% chez les garçons et 19,4% chez les filles.

La mortalité néonatale est estimée à 16,2‰ (17,7‰ pour les garçons et 14,7‰ pour les filles),alors que la mortalité néonatale précoce se situe à 12,7‰[15].

Les maladies cardiovasculaires demeurent la première cause des décès en Algérie en 2020.

Répartition des principales causes médicales de décès 2015-2016[27] Selon l'Institut National de Santé Publique
Cause de décès Nombre de mort (en %)
Maladie génito urinaire 2,8
Maladie Infectieuse 3
Maladie Digestive 3,3
Malformations 4
Maladie endocrinienne 4,2
Maladie Respiratoire 6
Causes Externes 5,3
Tumeurs 12
Affections périnatales 11,5
Causes mal définies 23
Maladie cardiovasculaire 21,5


Espérance de vie

L’espérance de vie à la naissance continue sa progression à la hausse. En 2019, elle a atteint 77,8 ans au niveau global. Déclinée par sexe, elle est de 77,2 ans pour les hommes et 78,6 ans pour les femmes.

Entre 2001 et 2019, l'espérance de vie à la naissance d'une personne de sexe masculin a gagné un peu plus de 5 ans alors qu'une personne de sexe féminin a gagné 4 ans.[15]

Répartition de la population

La population algérienne est très inégalement répartie sur le territoire, en effet elle est très majoritairement concentrée à moins de 250 km du littoral méditerranéen, au-delà de 250 km au sud du littoral la population se fait rare hormis en quelques villes qui correspondent à des oasis.

Les 12 wilayas ayant une densité de moins de 20 habitants au km² (Djelfa, Laghouat, El Oued, Naama, El Bayedh, Ouargla, Ghardaïa, Adrar, Bechar, Tamenrasset, Illizi et Tindouf) représentent 89 % de la superficie du pays pour à peine 13 % de la population.

Les 36 autres wilayas, ayant toutes une densité supérieure à 20 habitants au km², et toutes situées au nord du pays, représentent 11 % de la superficie (soit environ 240 000 km2) et regroupent 87 % de la population.

Parmi ces 36 wilayas du Nord, les densités les plus fortes se retrouvent autour des grandes agglomérations (Alger, Oran, Constantine et Annaba), viennent ensuite les wilayas littorales plus rurales (Chlef, Tipaza, Tizi Ouzou, Jijel, Skikda, etc), puis les wilayas intérieures (Relizane, Mascara, Médéa, Souk Ahras, etc) et enfin les wilayas proches du Sahara (Tébessa, M'sila, Tiaret, Saïda, etc).

Wilaya Densité de la population
(en habitant au km²)
Alger 3693,63
Oran 685,56
Blida 678,58
Boumerdès 504,14
Constantine 429,12
Annaba 423,56
Mostaganem 338,90
Tizi Ouzou 316,03
Béjaïa 279,25
Tipaza 272,86
Jijel 247,17
Sétif 229,09
Mila 225,09
Skikda 223,22
Chlef 209,16
Bouira 156,70
Ain Defla 156,42
Ain Temouchent 156,05
Bordj Bou Arreridj 152,73
Relizane 149,11
Mascara 131,98
El Tarf 122,32
Guelma 117,64
Tlemcen 104,75
Souk Ahras 96,48
Tissemsilt 93,43
Médéa 92,48
Batna 91,85
Oum El Bouaghi 81,38
Sidi Bel Abbès 66,09
M'sila 52,92
Saïda 48,88
Tebessa 45,60
Tiaret 40,96
Khenchela 39,41
Biskra 34,37
Laghouat 18,18
Djelfa 16,44
El Oued 11,87
Naâma 6,44
Ghardaïa 4,22
El Bayadh 2,90
Ouargla 2,63
Bechar 1,66
Adrar 0,94
Tamenrasset 0,32
Tindouf 0,31
Illizi 0,18

Nuptialité

Depuis 2014, on constate une baisse de l'effectif des mariages, en 2013 le nombre d'unions s'établissait à 388 000. Au cours de l'année 2019 les bureaux de l’état civil ont enregistrés 315 000 unions, soit une baisse de plus de 5% par rapport à 2018. Le taux brut de nuptialité continue de décroître, passant de 7,79‰ à 7,26%.

L'évolution de la population âgée de 20 à 34 ans (population où se contracte 80% des mariages) fait ressortir une régression du volume de celle-ci à partir de 2015, laquelle est passée de 10,997 à 10,606 millions entre 2015 et 2019. Bien qu'il y ait un rythme de décroissance de l’effectif des mariages semblant plus soutenu que celui de la baisse de cette population, la corrélation entre l’évolution du volume de la population âgée entre 20 et 34 ans et celui des mariages est clairement établie. Avec le maintien de la baisse du volume de cette population dans les années à venir, il est probable que la baisse du volume des mariages se poursuivra jusqu'en 2030[15].

Nuptialité
Années Marriages Taux brut de Nuptialité (%) Divorces Taux de divorce (%)
2001 194 000 6,29
2005 279 500 8,50 31 021 11,10
2010 345 000 9,58 49 845 14,46
2015 369 000 9,24 59 909 16,23
2019 315 000 7,26 65 967 20,94

Au cours de l'année 2019, 65.967 ruptures d’unions ont été prononcées. Le taux brut de divortialité, exprimé par le rapport entre le nombre de divorces et la population moyenne de l’année a atteint ainsi 1,52‰, en baisse par rapport à 2018 où il avait atteint 1,54%. En outre, le taux de divorce, définit comme le rapport entre l’effectif des divorces et celui des mariages contractés durant la même année,est passé de 19,80% à 20,94 entre 2018 et 2019.

Émigration

Rang Pays Chiffres (2017)
1 Drapeau de la France France 5,000,000[28],[29]
2 Drapeau de l'Espagne Espagne 300,000[30]
3 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 250,000[28],[29]
4 Drapeau du Canada Canada 160,000[31]
5 Drapeau des États-Unis États-Unis 115,000 [32]
6 Drapeau de l'Allemagne Allemagne 106,238[33]
7 Drapeau de l'Italie Italie 100,000[34]
8 Drapeau de la Belgique Belgique 90,000 [35],[36]

Le pays connaît un taux important d'émigration. En 2000, l'Algérie est le 15e pays du monde ayant fourni le plus de migrants, estimés à plus de 2 millions d’individus, soit une proportion de 6,8 % par rapport à la population du pays[37]. La France abrite la plus importante communauté algérienne à l'étranger, estimée à un million de personnes, dont près de 450 000 binationaux[38]. Selon l'Association internationale de la diaspora algérienne, d'autres communautés importantes vivent en Espagne (300 000)[39], au Royaume-Uni (250 000)[39], au Canada (160 000)[40], en Allemagne(106 238)[41], en Italie (100 000)[42] et en Belgique (90 000)[43]. Le taux de migration est négatif (-0,33 ‰), car le taux d'émigration n'est qu'en partie compensé par l'immigration de populations venues des pays du sud. L'Algérie abrite notamment dans la région de Tindouf près de 165 000 réfugiés sahraouis[44] ayant fui le Sahara occidental en 1975.

Cette émigration s'est encore accélérée depuis 2000. Entre 2000 et 2013, 840 000 Algériens ont quitté le pays portant le nombre d'Algériens expatriés à 1 770 000 en 2013. 82 % des émigrés algériens se trouvent en France. Cette émigration a pour conséquence une « hémorragie grave dans l'encadrement et les élites universitaires »[45]. En 2017, les chiffres de l'émigration repartent à la hausse. Entre les mois de juillet et septembre, les Algériens faisaient partie des cinq principales nationalités d'arrivants en Europe après la Syrie, le Maroc, le Nigeria et l'Irak[46].

Immigration

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) affirme que près de 500 migrants arrivent chaque jour sur le territoire algérien, ce qui rend les conditions d'accueil très difficiles.[47] Depuis 2018, le nombre de migrants franchissant la frontière a triplé. Le pays est considéré comme « une plaque tournante de l'immigration » selon Paolo Giuseppe Caputo, le chef de mission de l'OIM à Alger[48].

Les soins étant gratuits[49], de nombreuses femmes viennent accoucher mais aussi de nombreux migrants atteint de VIH ou d'autres maladies chroniques venant faire leur bilan de santé. En outre, la majorité des migrants sont des hommes venus pour travailler car le pays offre beaucoup plus d'opportunité que dans leurs pays d'origine[48].

Les principaux migrants arrivant en Algérie depuis janvier 2019 sont originaires du Mali, du Niger, de Guinée, de Côte d'Ivoire, du Cameroun, du Sénégal, du Sierra-Léone, du Bénin et du Nigéria[48].

Selon Amnesty International il y aurait un profilage ethnique conduisant à des expulsions illégales. Les migrants irréguliers de l’Algérie qui sont estimés par les ONG à environ 100 000 personnes vivent en dehors de tout cadre juridique, ces individus souvent exploitées par des patrons peu soucieux de leur bien être vivent dans des conditions souvent très difficiles. Amnesty International a déclaré fin octobre que plus de 2 000 Africains originaires de pays subsahariens avaient été arrêtés en Algérie entre septembre et octobre 2017 et renvoyés au Niger[50].

Il y aurait une importante diaspora chinoise en Algérie, faisant d'elle la première minorité ethnique en Algérie. On décompte 40 000 ressortissants chinois, dont 2 000 sont naturalisés. Ce phénomène s'explique par le fait qu'au début des années 2000, des entreprises de BTP chinoises avaient obtenus des permis de construire notamment celle de la grande mosquée et du l'opéra d'Alger, important avec elles des travailleurs chinois[51]. En parallèle, il eut aussi une immigration volontaire dont les principaux ressortissants chinois sont des commerçants originaires de la province côtière du Fujian, dans le sud-ouest de la Chine. Ils se concentrent pour la majorité dans des petits immeubles sur 10 hectares baptisé Boushaki et y créent une importante activité commerciale[52].

Langues

Les langues officiels en Algérie sont l'arabe et le tamazight[53]. L'arabe dialectal, appelé localement darja, wattani ou maghribi est la principale langue véhiculaire utilisée par la population. L'arabe algérien est maîtrisé par une grande partie de la population. L'arabe algérien n'est pas uniforme elle se décline en plusieurs variétés qui ont été influencées par d'autres langues : l'arabe algérois (surtout influencé par le berbère et le turc), l'arabe oranais (influencé par l'espagnol), l'arabe constantinois (influencé par l'italien), l'arabe tlemcenien (influencé par l'arabe andalou), etc.[54]

Le français est la langue la plus utilisées par les Algériens sur les réseaux sociaux, selon l'Organisation internationale de la francophonie il y aurait 13,8 millions de francophones en Algérie soit 33% de la population[55]

L'Algérie compterait environ 30 à 40 % de berbérophones[56]

Origine du peuplement

Aujourd'hui, en majorité les Algériens se désignent comme ethniquement arabes. Originellement les ancêtres des Algériens actuels étaient essentiellement des Berbères autochtones, auxquels se sont mêlés des migrants venus du Moyen-Orient arabe, d'Europe du Sud et d'Afrique subsaharienne[57].

La diffusion de l'islam à partir du VIIe siècle[58] et la migration limitée des Arabes du VIIIe et XIe siècles, entraîne la généralisation de la langue arabe[57]. Une partie de la population s'identifie aux Berbères, principalement les Kabyles, les Chaouis des Aurès et les Mozabites[57].

Les Arabes et les Berbères ne forment pas deux ethnies différentes ; mais seulement deux groupes linguistiques distincts, il est plus juste de parler d'une population arabo-berbère[59]. Les campagnes peuplées actuellement d'Arabophones ont été le lieu d'un brassage important de populations, il est à peu près impossible de faire, en toute certitude, la part de l'élément arabe et de l'élément berbère dans ces régions[60]. Les Arabophones sont en effet très souvent des Berbères arabisés, alors que les Berbères sont de nos jours généralement eux aussi arabophones[58], et ne constituent pas un groupe « pur » non pénétré par l'élément arabe[59].

Génétique

Le chromosome Y est transmis de père en fils. Des tests dans cette partie du chromosome Y fournissent des informations au sujet des ancêtres masculins directs, soit le père, le grand-père paternel et ainsi de suite.

Selon trois études génétiques menées parmi des Algériens d'Alger, Oran et Tizi Ouzou, les principaux haplogroupes présents en Algérie seraient le E1B1b (50 à 60 %) associé aux Berbères, le J (25 %) associés aux Moyen-Orientaux et le R1b (10 à 15 %) associé aux Européens de l'Ouest[61],[62].

Fréquences des haplogroupes Y-ADN dans les trois villes
Population Nb A/B E(xE1b1b1) E1b1b1 E1b1b1a E1b1b1b E1b1b1c F K G I J1 J2 R1a R1b-M269 Autres Études
1 Oran 102 0 7,9 % 0 5,9 % 45,1 % 0 0 0 0 0 22,5 % 4,9 % 1 % 11,8 % 1 % Robino et al. (2008)[61]
2 Alger 35 0 2,9 % 0 11,4 % 42,9 % 0 11,8 % 2,9 % 0 0 22,9 % 5,7 % 0 0 0 Arredi et al. (2004)[62]
3 Tizi Ouzou 19 0 0 0 0 47,4 % 10,5 % 10,5 % 0 0 0 15,8 % 0 0 15,8 % 0 Arredi et al. (2004)


Notes et références

  1. [1] publié par l' Office National des Statistiques.
  2. Le taux de variation de la population 2020 correspond à la somme du solde naturel 2020 et du solde migratoire 2020 divisée par la population au 1er janvier 2020.
  3. [2] publié par l' Office National des Statistiques.
  4. L'indicateur conjoncturel de fécondité (ICF) pour 2020 est la somme des taux de fécondité par âge observés en 2020. Cet indicateur peut être interprété comme le nombre moyen d'enfants qu'aurait une génération fictive de femmes qui connaîtrait, tout au long de leur vie féconde, les taux de fécondité par âge observés en 2020. Il est exprimé en nombre d’enfants par femme. C’est un indicateur synthétique des taux de fécondité par âge de 2020.
  5. [3] publié par l' Office National des Statistiques.
  6. Le taux de natalité 2020 est le rapport du nombre de naissances vivantes en 2020 à la population totale moyenne de 2020.
  7. [4] publié par l' Office National des Statistiques.
  8. Le taux de mortalité 2020 est le rapport du nombre de décès, au cours de 2020, à la population moyenne de 2020.
  9. Indicateurs du World-Factbook publié par la CIA.
  10. Le taux de mortalité infantile est le rapport entre le nombre d'enfants décédés à moins d'un an et l'ensemble des enfants nés vivants.
  11. L'espérance de vie à la naissance en 2020 est égale à la durée de vie moyenne d'une génération fictive qui connaîtrait tout au long de son existence les conditions de mortalité par âge de 2020. C'est un indicateur synthétique des taux de mortalité par âge de 2020.
  12. L'âge médian est l'âge qui divise la population en deux groupes numériquement égaux, la moitié est plus jeune et l'autre moitié est plus âgée.
  13. (en) « Table : Religious Composition by Country, in Percentages », sur Pew Research Center's Religion & Public Life Project, (consulté le 12 octobre 2020).
  14. « Country Comparison :: Population — The World Factbook - Central Intelligence Agency », sur www.cia.gov (consulté le 26 mai 2020)
  15. a b c d e et f ONS, « 1 », sur ons.dz, (consulté en 26 mais 2020)
  16. « Algérie • Fiche pays • PopulationData.net », sur PopulationData.net (consulté le 26 mai 2020)
  17. Office National des Statistiques algérien
  18. « Population Division of the Department of Economic and Social Affairs of the United Nations Secretariat, World Population Prospects: The 2010 Revision », Nations unies
  19. Démographie algérienne 2018
  20. Evolution de la population algériennerésidente.Estimations au milieu de l’année., ONS, p.33
  21. Jacques Breil, Tableaux de l'Économie Algérienne 1960, Alger, Service de la Statistique Générale de l'Algérie, , 248 p., p. 219
  22. a et b Taux de natalité en Algérie: plus d'un million de naissances par an, huffpostmaghreb.com, 25 juillet 2015
  23. Un million de naissances en Algérie en 2015, un "baby boom" et un nombre de mariages multiplié par deux, huffpostmaghreb.com, 25 décembre 2016
  24. ZAHIA OUADAH-BEDIDI, Plus de doute, la fécondité augmente en Algérie, orientxxi.info, 4 avril 2017
  25. Explosion démographique / Le taux de natalité en Algérie parmi les plus élevés au monde, algerie-focus.com, 14 juillet 2018
  26. Parmi les plus élevés au monde, le taux de natalité en Algérie inquiète les autorités, huffpostmaghreb.com, 14 juillet 2018
  27. INSP, « Déclaration des décès parvenus à l'INSP », sur Institut National de Santé, (consulté le 29 mai 2020)
  28. a et b Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées n
  29. a et b Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées b
  30. Selma Kasmi, « Les Algériens premiers clients du marché immobilier d'Alicante ( Espagne ) en 2014 », sur www.maghrebemergent.com (consulté le 1er octobre 2016)
  31. « Portrait de la diaspora algérienne et de ses forces - Ecomnews Med »
  32. « Les immigrés algériens veulent créer un lobby algérien aux USA: Toute l ... »
  33. Modèle {{Lien web}} : paramètre « url » manquant. (en) « https://www.bmi.bund.de › security Résultats Web Federal Criminal Police Office - BMI »
  34. Algeriens en Italie (en)
  35. (nl-BE) Joram Nijs, « OVERZICHT. België telt 1,25 miljoen buitenlanders », sur Het Nieuwsblad (consulté le 11 mars 2019)
  36. Modèle:« Accueil - Kabyles.com »
  37. Gilles Pison, Atlas de la population mondiale. Faut-il craindre la croissance démographique et le vieillissement ?, Paris, Autrement (Éditions), coll. « Atlas/Monde », , 80 p. (ISBN 978-2-7467-1259-1), p. 57
  38. « Présentation de l’Algérie » sur le site du ministère français des Affaires étrangères.
  39. a et b Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées :0
  40. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant. http://ecomnewsmed.com/article/1123/portrait-de-la-diaspora-algerienne-et-de-ses-forces/
  41. Modèle {{Lien web}} : paramètre « url » manquant. (en) « https://www.bmi.bund.de › security Résultats Web Federal Criminal Police Office - BMI »
  42. Algeriens en Italie (en)
  43. (nl-BE) Joram Nijs, « OVERZICHT. België telt 1,25 miljoen buitenlanders », sur Het Nieuwsblad (consulté le 11 mars 2019)
  44. (en) « Humanitarian aid for the Sahrawi refugees living in the Tindouf region », par la direction générale de l'aide humanitaire (ECHO) de la commission européenne.
  45. 840.000 Algériens ont quitté le pays sous Bouteflika contre 110.000 dans la décennie 90, huffpostmaghreb.com, 20 septembre 2014
  46. L’émigration algérienne repart à la hausse, lemonde.fr, 6 décembre 2017
  47. « "L’Algérie reçoit quotidiennement plus de migrants que toute l’Europe", selon une agence de l'ONU », sur Franceinfo, (consulté le 23 mai 2020)
  48. a b et c « Près de 500 migrants entrent chaque jour en Algérie, selon l’OIM », sur InfoMigrants, (consulté le 23 mai 2020)
  49. Dib Nassima, « Projet de loi sur la Santé: la gratuité des soins, un acquis essentiel pour le citoyen », sur www.aps.dz (consulté le 23 mai 2020)
  50. « Algérie: les «conséquences désastreuses» de la campagne d'expulsion de migrants », sur Franceinfo, (consulté le 23 mai 2020)
  51. « « En Algérie, la Chine n’investit pas beaucoup, mais elle compte énormément » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mai 2020)
  52. Célian Macé, « A Alger, «au fond, on ne veut pas des Chinois» », sur Libération.fr, (consulté le 30 mai 2020)
  53. République algérienne, « Journal Officiel » (consulté le 30 mai 2020)
  54. « Algérie: situation géographique et démolinguistique », sur www.axl.cefan.ulaval.ca (consulté le 30 mai 2020)
  55. « Qui parle français dans le monde – Organisation internationale de la Francophonie – Langue française et diversité linguistique » (consulté le 30 mai 2020)
  56. « Salem Chaker, Langue et littérature berbères - Clio - Voyage Culturel », sur www.clio.fr (consulté le 30 mai 2020)
  57. a b et c Algeria, sur encyclopédie Britannica.
  58. a et b Massensen Cherbi, Algérie, De Boeck Superieur, (ISBN 978-2-8073-1325-5, lire en ligne), p. 53
  59. a et b Jean-Pierre Durand et Habib Tengour, L'Algérie et ses populations, FeniXX réédition numérique, (ISBN 978-2-402-03978-9, lire en ligne), p. 94
  60. Bourdieu Pierre, « Les Arabophones », dans : Pierre Bourdieu éd., Sociologie de l'Algérie. Paris cedex 14, Presses Universitaires de France, « Que sais-je ? », 2006, p. 51-82. URL : https://www.cairn.info/sociologie-de-l-algerie--9782130521754-page-51.htm
  61. a et b (en) Robino C, Crobu F, Di Gaetano C, et al., « Analysis of Y-chromosomal SNP haplogroups and STR haplotypes in an Algerian population sample », International Journal of Legal Medicine, vol. 122, no 3,‎ , p. 251–5 (PMID 17909833, DOI 10.1007/s00414-007-0203-5)
  62. a et b (en) Arredi B, Poloni ES, Paracchini S, et al., « A predominantly neolithic origin for Y-chromosomal DNA variation in North Africa », American Journal of Human Genetics, vol. 75, no 2,‎ , p. 338–45 (PMID 15202071, PMCID 1216069, DOI 10.1086/423147)

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes